Publié le : 4th août 2020

manifestations iranCSDHI – Dans un contexte économique difficile, des protestations et des grèves des travailleurs ont éclaté en Iran pour protester contre les salaires impayés et les mauvaises conditions de travail, et pour exiger l’application de la loi sur la classification des emplois et le versement des salaires et des avantages sociaux.

Le samedi 2 août, une nouvelle vague a frappé différents secteurs et usines, dont le complexe industriel de la canne à sucre Haft Tappeh et l’industrie du pétrole et du gaz.

Dans une interview avec l’Observatoire international des droits de l’homme (OIDH), Mehdi Kouhestaninejad, un militant syndical iranien basé au Canada, a déclaré : « Les protestations actuelles n’ont pas commencé maintenant, elles ont commencé en 1979. »

Pourquoi les travailleurs protestent-ils en Iran ?

Ces deux dernières années, des grèves générales ont été menées en Iran contre les difficultés économiques et la corruption du gouvernement, les manifestants réclamant la stabilité économique, la poursuite des responsables corrompus et les droits des travailleurs. De nombreux travailleurs disent ne pas avoir reçu leur salaire depuis des mois, tandis que d’autres soulignent le manque de sécurité de l’emploi et les conditions difficiles.

« Les soulèvements ne se déroulent pas seulement à Téhéran, mais aussi dans le sud, le nord, l’ouest et l’est de l’Iran », a déclaré M. Kouhestaninejad à l’OIDH.

Le complexe industriel de canne à sucre de Haft Tappeh a connu des protestations continues au cours des deux derniers mois. Samedi, les travailleurs de l’usine ont marqué le 48ème jour de leur grève. Les travailleurs de l’usine de canne à sucre exigent le paiement immédiat des trois mois de salaires en retard, le renouvellement de leur assurance, le retour des employés licenciés, l’arrestation immédiate du PDG de la société, Omid Assadbeigi et la condamnation de celui-ci et du président du conseil d’administration de la société, Mehrdad Rostami Chegini, à la prison à vie. Les propriétaires sont également impliqués dans une affaire de corruption de 1,5 milliard de dollars sur le marché du Forex.

L’exemple de Haft Tappeh montre que, bien que les sanctions américaines aient nui à l’économie iranienne et à la capacité du gouvernement à renflouer les entreprises en difficulté, la corruption et la mauvaise gestion sont au cœur de nombreuses protestations ouvrières.

M. Kouhestaninejad a déclaré à l’OIDH que si les sanctions ont sans aucun doute affecté l’économie iranienne, la situation des droits des travailleurs en Iran est restée la même depuis 1979.

Lors d’une des sessions du procès Forex, le procureur a allégué que le PDG de Haft Tappeh et un de ses propriétaires, n’ont délibérément pas payé les salaires des travailleurs afin de faire pression sur le tribunal pour être acquittés, étant probablement conscients des complications que les protestations et les grèves des travailleurs créeront pour le gouvernement.

La situation économique en Iran pourrait cependant se détériorer, car les États-Unis ont menacé de durcir les sanctions si l’Iran signe un accord commercial de 340 milliards d’euros avec la Chine. Lors d’une interview le 2 août, le secrétaire d’État américain Mike Pompeo a déclaré, en réponse à une question sur l’accord : « Il ne faut pas s’étonner que des régimes qui ne respectent pas la liberté chez eux et qui fomentent des problèmes de sécurité nationale à l’étranger veuillent se serrer la main » et il a ajouté que les Etats-Unis veilleront à faire respecter toutes les dispositions dont ils disposent et à appliquer toutes les sanctions contre l’Iran, « au Parti communiste chinois et à leurs affaires ainsi qu’aux entreprises d’Etat. »

Pompeo a également souligné que les nouvelles sanctions américaines contre l’Iran, déposées le vendredi 31 juillet, qui comprennent l’extension des sanctions à l’industrie des métaux iranienne, tenteront également d’empêcher la levée de l’embargo sur les armes du JCPOA qui expirera en octobre.

En réponse, le Guide suprême de l’Iran, l’Ayatollah Ali Khamenei, a accusé les Etats-Unis d’essayer de susciter des protestations anti-gouvernementales en imposant des sanctions qui, selon lui, visent à mettre le pays en faillite.

La situation désastreuse des droits des travailleurs en Iran

Ces dernières années, les salaires et les avantages non payés en Iran sont devenus un problème majeur pour les travailleurs. Les syndicats sont interdits et bien qu’il existe des organisations similaires appelées conseils islamiques du travail, elles ne sont pas suffisantes et surtout, elles ne sont pas indépendantes. La Confédération internationale des syndicats a classé l’Iran dans la « catégorie cinq », le pire niveau pour un État non défaillant.

Le code du travail iranien (ILC) est l’un des principaux documents juridiques pour la protection du travail, mais selon un rapport de Small Media, plus de la moitié de la main-d’œuvre iranienne n’est pas couverte par l’ILC aujourd’hui.

En outre, la République islamique arrête quiconque participe à des manifestations syndicales. Des dizaines de militants syndicaux ont été détenus au cours des deux dernières années, tandis que certains ont été condamnés à la prison et que d’autres ont reçu des coups de fouet, car ces manifestations ont souvent un prix personnel élevé.

Le mois dernier, le tribunal pénal d’Arak a condamné 42 travailleurs d’Azarab Industries à un an de prison, 74 coups de fouet et un mois de travail forcé pour avoir protesté contre le non-paiement des salaires. Ils n’avaient pas été payés durant les mois de mai et juin de cette année. Pourtant, le tribunal a jugé que les travailleurs qui ont participé aux manifestations sont coupables d’avoir troublé l’ordre public et insulté les autorités.

« Nous savons que 500 syndicalistes sont actuellement derrière les barreaux et que plus de 10 000 personnes sont en prison pour des problèmes liés au travail », a déclaré M. Kouhestaninejad à l’OIDH.

Si les travailleurs sont payés, le salaire minimum mensuel est de 68 euros, alors qu’une famille de trois personnes a besoin d’au moins 300 dollars par mois pour couvrir les coûts de base de la vie, selon Faramarz Tofighi, le président du comité des salaires de l’Association des conseils islamiques du travail.

Les travailleurs et la COVID-19

L’épidémie de la COVID-19 a encore compliqué la situation pour les travailleurs et les protestations ont eu lieu malgré une pandémie mortelle de coronavirus qui a tué au moins 16 000 personnes et en a infecté près de 300 000 en Iran, des chiffres qui, selon beaucoup, ne sont pas suffisamment signalés. Ces dernières semaines, le pays a été confronté à une augmentation du nombre de décès dus à la COVID-19, ce qui a entraîné une augmentation des appels aux Iraniens pour qu’ils respectent les protocoles d’hygiène et de distanciation sociale.

Selon l’Agence iranienne d’information sur le travail (ILNA), les travailleurs sont également inquiets de la propagation du coronavirus parmi eux.

« Quarante de nos collègues sont maintenant isolés à cause de la COVID-19 », a déclaré l’un des travailleurs, cité par l’ILNA.

La série d’agitations parmi les travailleurs fait monter la pression sur le gouvernement islamique d’Iran qui, en novembre 2019, a utilisé la force létale contre les manifestants dans les rues des villes de tout le pays, en colère contre une hausse soudaine des prix de l’essence.

Source : International Observatory Human Rights

Nouvelles associées