Publié le : 4th août 2020

Iran Human Rights Monitor monthly reportCSDHI – Le mois de juillet 2020 a été marqué par toutes sortes de violations des droits humains : le recours généralisé du régime iranien à la peine de mort et à la torture, par la suppression de la liberté d’expression et par la discrimination à l’encontre des minorités ethniques et religieuses.

Bien qu’elles aient dû faire face à une épidémie catastrophique de la Covid-19, qui a tué plus de 80 000 personnes, les autorités iraniennes n’ont pas arrêté leurs horribles exécutions.

Le régime clérical a exécuté en moyenne une personne par jour au mois de juillet, afin d’intensifier encore le climat de répression dans la société. Les plus notables sont l’exécution de deux prisonniers politiques kurdes et l’exécution par pendaison d’un homme, marié et père de deux enfants, pour avoir bu de l’alcool. Les condamnations à mort prononcées contre des manifestants arrêtés lors des manifestations de décembre 2017 et de novembre 2019 ont suscité l’indignation de la population du pays.

Le traitement lourd des prisonniers politiques, les restrictions à la liberté de religion et de croyance et les conditions cruelles dans de nombreuses prisons et centres de détention sont également des indications flagrantes de la répression croissante en Iran.

Le régime a également intensifié ses efforts pour contrer la vague de mécontentement en infligeant de lourdes peines de prison aux dissidents et en appréhendant les militants des droits humains.

La peine de mort

Le régime clérical a exécuté au moins 31 personnes en juillet. Vingt-quatre de ces exécutions étaient liées à des meurtres, tandis que les autres étaient liées au trafic de drogue, à la sécurité et à des accusations à motivation politique.

Trois hommes ont également été exécutés fin juillet pour des accusations de viol dans la ville de Hamedan, dans l’ouest du pays.

 

Le 15 juillet, Amnesty International a déclaré que « l’utilisation de la peine de mort contre les manifestants, les dissidents et les membres des groupes minoritaires en Iran a connu une escalade alarmante. »

Le 13 juillet, deux hommes kurdes ont été exécutés dans la prison d’Oroumieh, dans la province de l’Azerbaïdjan occidental.

Diaku Rasoulzadeh et Saber Sheikh Abdollah, qui avaient respectivement une vingtaine et une trentaine d’années, étaient dans le couloir de la mort depuis 2015. Ils ont été condamnés à mort en 2015 sur la base d’ « aveux » obtenus sous la torture. Leur avocat a déclaré qu’ils étaient innocents et qu’aucune preuve n’avait été présentée lors de leur procès, à l’exception d’aveux arrachés sous la torture.

Le 8 juillet, l’exécution sauvage d’un homme accusé d’avoir « consommé de l’alcool » a eu lieu dans la prison centrale de Mashhad, au nord-est de l’Iran. Selon l’avocat de l’homme, Hossein Habibi Shahri, Morteza avait été arrêté en 2017 ou 2018 et il avait été accusé de consommation d’alcool pour la sixième fois. Selon Shahri, Morteza a également été accusé de conduite sans permis et de possession de boissons alcoolisées.

Les tribunaux iraniens ont également prononcé ou confirmé des peines d’exécution en relation avec les protestations répétées contre la mauvaise gestion économique, la corruption, l’inflation et le chômage au cours des deux dernières années.

Ces condamnations ont été prononcées sur la base d’accusations de sécurité nationale vaguement définies, et les accusés ont eu un accès limité aux avocats et ont déclaré que les autorités les avaient torturés pour leur faire faire des aveux sous la contrainte.

Le porte-parole du pouvoir judiciaire iranien a confirmé aujourd’hui que la condamnation à mort de trois jeunes manifestants avait été confirmée par la Cour suprême.

Les condamnations à mort d’Amir Hossein Moradi, Mohammad Rajabi et Saied Tamjidi n’avaient pas été officiellement confirmées par le régime avant cela, bien que leurs avocats aient annoncé la confirmation par la Cour suprême.

Les experts de l’ONU affirment que les hommes ont avoué sous la torture et que leurs « procès ont été inéquitables ».

Le 15 juillet, la justice iranienne a été contrainte de suggérer qu’elle pourrait annuler les condamnations à mort des trois jeunes hommes après que le hashtag persan #do_not_execute contre l’exécution ait été utilisé des millions de fois en ligne. Le pouvoir judiciaire a déclaré que son chef examinerait toute demande de révision de la peine des trois jeunes hommes.

La Cour suprême iranienne a également condamné à mort cinq autres manifestants. Les hommes ont été arrêtés à Ispahan, dans le centre de l’Iran, pour avoir participé à de vastes manifestations fin 2017, début 2018.

Mohammad Bastami, Hadi Keyani (Kiani), Abbas Mohammadi, Majid Nazari Kondori, et Mehdi Salehi- Qaleh Shahrokhi, ont reçu « deux condamnations à mort » chacun pour « guerre contre Dieu » et « prise d’armes contre le régime des mollahs ».

Le 26 juin, le responsable du pouvoir judiciaire d’Ispahan avait annoncé que la peine de mort pour huit détenus arrêtés dans la province fin 2017, début 2018 avait été confirmée à cause de rassemblements de protestation.

Liberté d’expression, d’association et de réunion

Les autorités ont supprimé les droits à la liberté d’expression, d’association et de réunion. Les forces de sécurité du régime ont tiré des gaz lacrymogènes pour disperser les manifestants rassemblés le 16 juillet dans la ville de Behbahan, dans le sud-ouest de la province du Khouzistan, riche en pétrole. Les forces de sécurité ont arrêté au moins 50 manifestants pendant et après les manifestations pacifiques.

Les autorités ont continué à prononcer des peines de prison et à fouetter les personnes qui exprimaient leur désaccord.

Un tribunal de l’ouest de l’Iran a condamné trois jeunes Iraniens à de lourdes peines de prison pour avoir brûlé une bannière de Qasem Soleimani, le commandant désormais décédé de la Force Qods. Arman Hosseinzadeh, 20 ans, Bahman Rahimi, 19 ans et Milad Hosseini, 19 ans ont été condamnés à 16 ans et six mois de prison par un tribunal de Saqqez. Le tribunal révolutionnaire de Saqqez les a accusés de « diffusion de propagande contre l’État en brûlant des banderoles représentant Qasem Soleimani » et d’ « appartenance à un parti kurde ».

Le 26 juillet, Ahmadreza Haeri, un militant kurde, a été fouetté 74 fois dans la tristement célèbre prison d’Evine à Téhéran. Il s’est rendu le samedi 25 juillet, pour être puni de 74 coups de fouet et commencer à purger une peine de six mois. Ahmadreza Haeri a été transféré au pénitencier du Grand Téhéran. En février, la cour d’appel de Téhéran a condamné Haeri à la prison et au fouet pour « diffusion de propagande contre l’État » et « trouble de l’ordre public ».

Les avocats des droits humains
L’avocate des droits humains, Narges Mohammadi, détenue à la prison de Zanjan, a développé des symptômes alarmants de la maladie Covid-19 tout en se voyant refuser l’accès aux tests et aux traitements.

Le 16 juillet, un clip qui avait été filmé en secret comme preuve que Narges Mohammadi recevait des soins médicaux a été diffusé sur la télévision officielle iranienne, prétendant montrer la militante des droits humains en train de se faire tester pour le coronavirus dans la clinique de la prison.

Dans ses journaux intimes de la prison pour femmes de Zanjan, Narges Mohammadi a déclaré qu’elle avait reçu des injections pour la préparer à une vidéo mise en scène la montrant à la télévision officielle.

Un groupe d’experts des droits humains des Nations unies a déclaré le 22 juillet : « Nous sommes extrêmement préoccupés par le bien-être de Mme Mohammadi. »

« Nous avons déjà exprimé notre inquiétude sur le fait qu’elle et d’autres personnes dans les prisons iraniennes courent un grand risque si elles contractent la COVID-19 et nous avons demandé leur libération immédiate », ont déclaré les experts.

Les experts de l’ONU ont également déploré la publication de la vidéo qui « représente une violation des droits à la vie privée de Mme Mohammadi et n’a aucune valeur car son contenu ne peut être vérifié d’aucune manière. »

Mme Mohammadi, qui a été infectée par le coronavirus en prison le 5 juillet, a déclaré qu’après avoir présenté les symptômes de la COVID-19, les autorités de la prison l’ont mise en quarantaine avec onze autres patients et qu’elle et ses compagnons de cellule ont été privés des soins médicaux les plus élémentaires pour les patients atteints de la COVID-19.

Les dissidents politiques

Les autorités ont intensifié la pression sur les dissidents politiques.

Le prisonnier politique Majid Assadi, précédemment détenu dans la prison Gohardasht de Karaj, à l’ouest de la capitale iranienne de Téhéran, a été transféré le 22 juillet dans la section 209 de la tristement célèbre prison d’Evine où il est interrogé.

Il semble que les autorités aient ouvert un nouveau dossier contre lui, ce qui permet au régime de prolonger sa détention plutôt que de le libérer.

Majid Assadi souffre depuis des années de problèmes vertébraux et digestifs en raison des mauvaises conditions de vie dans les prisons où il est détenu.

Majid Assadi, un ancien étudiant militant qui travaillait comme traducteur pour une entreprise privée, est en détention depuis février 2017, date à laquelle il a été arrêté à son domicile à Karaj, près de la capitale iranienne, Téhéran.

Liberté de religion et de croyance

La liberté de religion et de croyance a été systématiquement violée.

La persécution des Bahaïs iraniens se poursuit avec des dizaines de Bahaïs condamnés à la prison, privés d’éducation ou d’emploi.

Une cour d’appel de la province de Fars, dans le sud-ouest de l’Iran, a condamné 12 Bahaïs iraniens à 33 ans de prison au total.

Un Bahaï de 19 ans, Kiarash Moieni, a été expulsé des pompiers de Chiraz à cause de sa religion. Il avait terminé sa formation et travaillait comme pompier volontaire sans aucun salaire.

Adib Vali, un étudiant bahaï d’élite de 15 ans à Karaj, près de Téhéran, s’est vu interdire de poursuivre sa formation en raison de ses croyances religieuses.

Adib Vali n’a pas été autorisé à s’inscrire en dixième année. Bien qu’il ait reçu plusieurs médailles pour ses résultats, le directeur de l’école de Salam lui a annoncé le 8 juillet qu’il ne pouvait pas poursuivre ses études à l’école.

Adib avait étudié de la septième à la neuvième année à l’école de Salam et il était le premier de sa classe.

Une source bien informée a déclaré que l’étudiant d’élite bahaï avait été interdit d’enseignement après avoir écrit qu’il était bahaï dans un formulaire scolaire.

Source : Iran HRM

Nouvelles associées