Publié le : 9th août 2020

consommation viande iranCSDHI – Les résultats d’une récente enquête menée par le Centre de sondage d’opinion des étudiants iraniens (ISPA) montrent que 8,2 % des ménages iraniens, soit l’équivalent de 6,4 millions de personnes, n’ont pas consommé de viande rouge au cours de l’année dernière.

Consommation de viande dans les ménages

L’enquête montre également que 14,4 % des ménages, soit 11,5 millions de personnes, n’ont consommé de la viande rouge que quelques fois l’année dernière.

Ces chiffres montrent que par rapport à la période de l’année précédente 2019, le nombre de personnes qui ne mangent pas de viande rouge dans leur famille a augmenté de 3,5 %, ce qui équivaut à 875 000 ménages ou 2,8 millions de personnes.

L’enquête montre également que 3,7 % des ménages iraniens, soit 925 000 ménages ou près de 3 millions de personnes, ne mangent du poulet que quelques fois par an, et que 1,3 % des ménages, soit 325 000 ménages ou 1,4 million de personnes, n’ont pas consommé de poulet au cours de l’année écoulée.

Les résultats de ces informations montrent également que 7,9 % des ménages iraniens, soit 1 975 000 ménages, ou 6,32 millions de personnes, n’ont pas du tout consommé de lait au cours de l’année avant le mois de juin 2020.

Consommation de poisson dans les ménages

La viande de poisson est une autre source de protéines qui a été remise en question par les ménages iraniens.

Entre-temps, 24,6 % des ménages, soit plus de 6,15 millions de ménages ou 19,68 millions de personnes, n’ont pas consommé de poisson dans leur panier de subsistance au cours de l’année précédant le mois de juin 2020.

Selon les informations publiées, la consommation de riz, de viande blanche, et même de lait et de yaourt a considérablement diminué parmi les familles iraniennes, et certaines familles iraniennes ont cessé d’en consommer.

Auparavant, le Centre de recherche du Parlement iranien avait publié un compte-rendu mettant en garde contre la diminution du panier de la ménagère iranienne et contre l’impact d’une inflation d’environ 30 % au printemps et au cours de l’été 2020 sur les déciles inférieurs de la société également.

Les médias affiliés à la faction du Guide suprême Ali Khamenei ont imputé la hausse des prix de la viande et l’inflation à la baisse de la capacité des ménages à les fournir, tandis que le quotidien iranien citait plus tôt des fournisseurs et des fonctionnaires du ministère de l’Industrie, Mines and Trade a déclaré que le problème résidait dans l’attribution de devises et la fourniture d’intrants de bétail pour la hausse des prix.

La raison de la flambée des prix des denrées alimentaires

En d’autres termes, la raison de la hausse vertigineuse du prix de la viande et d’autres produits animaux de grande consommation dans le panier des ménages iraniens est due à l’absence d’allocation de devises à ces produits par le gouvernement.

En mai, Qassem Nodeh Farahani, le chef de la Chambre des métiers de Téhéran, a annoncé l’omission de la monnaie à 4 200 dollars pour les importations de produits alimentaires et a déclaré : « Dorénavant, les gens devront acheter des matières premières ou importer des marchandises avec la monnaie Nima (Système intégré de transactions de devises étrangères – Ce système a été créé dans le but de fournir des devises étrangères et de faciliter l’approvisionnement en devises pour l’importation de marchandises et de créer un environnement sûr dans les transactions pour les acheteurs et les vendeurs de marchandises et de devises), ce qui augmentera le prix des denrées alimentaires sur le marché. »

L’augmentation du taux de change du Nimayee à 16 000 tomans au cours des derniers mois, soit près de quatre fois la monnaie du gouvernement qui était censée être allouée à l’achat de nourriture et de médicaments, a porté un coup dévastateur aux moyens de subsistance des populations.

Cela a mis les moyens de subsistance des gens au bord de l’effondrement. Un regard sur les prix des marchandises qui battent des records jour après jour confirme le fait regrettable que le système du Velayat-e-Faqih n’a ni le pouvoir ni l’intention de contrôler et de réguler les prix.

Selon l’accord des membres du Conseil suprême du travail d’Iran, en mai de cette année, la base des salaires des travailleurs pour l’année 2020 a été fixée à 1,836 millions de Tomans (374 €).

Entre-temps, selon les médias officiels iraniens, le seuil de pauvreté pour une famille de quatre personnes a atteint 9 millions de tomans (1 836 €) en mai 2020.

Aujourd’hui, avec un seuil de pauvreté de 9 millions (1836 €) et un salaire de 1,8 million (374 €), comment une famille de travailleurs peut-elle subvenir à ses besoins, alors que son salaire mensuel représente environ un cinquième du seuil de pauvreté ?

Source : INU

Nouvelles associées