Publié le : 9th août 2020

kianoosh sanjari iranCSDHI – Kianoosh Sanjari, journaliste et militant des droits humains, actuellement en permission carcérale, a décrit dans une série de tweets l’expérience amère et douloureuse de son transfert de sa cellule de prison à l’hôpital psychiatrique d’Aminabad en Iran (Centre psychiatrique Razi).

Dans ses tweets, Sanjari commence par expliquer qu’il a été envoyé dans un centre médical avec deux soldats au début de l’année 2019. Il ne savait pas qu’il était transféré à l’hôpital psychiatrique d’Aminabad jusqu’au moment où, déjà en route, il a vu l’enseigne de l’hôpital. Selon le journaliste, une drogue lui a été injectée à son arrivée, ce qui l’a soudainement paralysé : « Au début, un homme en tenue d’infirmier m’a mis au lit et m’a injecté une drogue inconnue. Je me suis évanoui. Ma mâchoire s’est décrochée. Je voulais vous demander ce que vous faisiez. Mais j’avais la bouche sèche. Peu de temps après, j’ai remarqué que j’étais allongée sur un lit dans une chambre de cinq personnes, la main droite et le pied gauche enchaînés au lit. J’ai été paralysé pendant 24 heures. Le lendemain, j’ai voulu parler à l’infirmier, mais ma langue ne bougeait plus. »

Cette série de tweets a une fois de plus attiré l’attention et suscité des questions sur la question de la torture dans les prisons iraniennes. Sanjari a écrit qu’il avait été attaché à un lit, ses mains et ses pieds menottés aux montants du lit pendant des jours, et que les chaînes n’étaient pas retirées de ses jambes même lorsqu’il allait aux toilettes.

Mais les médecins et les infirmières des hôpitaux et des centres médicaux collaborent-ils vraiment avec les agences de sécurité ? Quelle était la drogue qui a été injectée à Kianoosh Sanjari et quels étaient ses effets secondaires ?

Un psychiatre vivant à Téhéran, qui travaillait auparavant au centre psychiatrique de Roozbeh, pense que les médecins ordinaires des centres médicaux ne collaborent pas avec les agences de sécurité.

« Nous, les médecins ordinaires, n’avons rien à voir avec ça », a déclaré le psychiatre à IranWire. « Mais en tout cas, je pense que ces dernières années, les forces de sécurité ont formé des médecins pour répondre à leurs exigences », a ajouté le psychiatre, qui a vu plusieurs prisonniers être admis dans un hôpital psychiatrique. « Par exemple, tous les médecins ne peuvent pas devenir employés de l’Organisation des prisons ou entrer au ministère de la défense et y travailler. Les médecins de ces centres sont généralement des employés de ces institutions. »

Le psychiatre estime qu’à chaque examen d’entrée à l’université, plusieurs personnes font médecine à la demande des institutions de sécurité et judiciaires : « Après tout, ils ont besoin d’un médecin pour couper les mains ou, comme on dit, pour exécuter les décisions islamiques. »

Le psychiatre a également parlé de la drogue injectée à Kianoosh Sanjari : « Selon ce que M. Sanjari a dit sur les effets secondaires de cette drogue, qui lui a été injectée à son arrivée, il s’agissait probablement d’une dose d’halopéridol », un antidépresseur utilisé pour traiter les états psychotiques.

Selon le psychiatre, « Habituellement, certains patients psychiatriques résistent à l’entrée des centres médicaux, et dans certains cas se comportent de manière agressive. Ce médicament est utilisé pour contrôler la résistance du patient et son sentiment de panique, mais si le patient ne résiste pas, il n’est pas nécessaire de lui injecter ce médicament. »

Ce n’est pas la première fois qu’un prisonnier politique est transféré dans un hôpital psychiatrique. La mère de Hengameh Shahidi, une journaliste emprisonnée, a affirmé sur son Instagram le 1er janvier 2020 que sa fille avait été transférée au centre psychiatrique d’Aminabad : « Aujourd’hui, mercredi 1er janvier 2020, Hengameh a appelé de la prison, après une semaine de silence. Elle a raconté l’acte odieux et criminel de quatre agents de l’hôpital qui l’ont transférée à l’hôpital psychiatrique d’Aminabad au lieu de l’hôpital de Taleghani. » Un jour après la publication de ce post Instagram, Hengameh Shahidi a publié un fichier audio adressé à Ebrahim Raisi, chef du pouvoir judiciaire, et il a raconté ce qui lui est arrivé.

Le récit de Hengameh Shahidi sur son transfert à l’hôpital psychiatrique d’Aminabad n’est pas sans rappeler l’histoire de Kianoosh Sanjari. Elle mentionne spécifiquement l’utilisation d’une injection d’halopéridol à l’entrée du centre psychiatrique : « Là, lorsque quatre hommes du personnel hospitalier se sont heurtés à ma résistance et à mes cris, ils ont attrapé mes membres et ils m’ont traînée au sol jusqu’à ce qu’ils décident de m’injecter de l’halopéridol, qui m’a anesthésiée et m’a empêchée de résister, puis ils m’ont hospitalisée pendant deux mois sans visites ni contact avec l’extérieur.

Un autre psychiatre de Téhéran a déclaré à IranWire : « L’halopéridol n’est pas une substance psychoactive, il tombe dans la catégorie des antipsychotiques. Il est utilisé pour traiter les maladies mentales aiguës comme la schizophrénie, les troubles mentaux incontrôlables ou l’agitation grave, et est couramment utilisé comme injection pour les patients qui sont résistants au comprimé et qui est administré sous forme d’injection intramusculaire pour des résultats de traitement rapides. »

Selon ce médecin, l’injection intramusculaire provoque une libération lente du médicament dans le corps du patient, et donc les effets secondaires du médicament, tels que la somnolence, la sécheresse de la bouche, etc. peuvent durer des heures et des jours : « Il est probable qu’une injection d’halopéridol, également appelé Haldol, ait été faite à Kianoosh Sanjari, et la sensation de paralysie soudaine est l’un des effets secondaires de ce médicament. »

Mais Hengameh Shahidi et Kianoosh Sanjari ne sont pas les seuls prisonniers politiques à avoir été transférés dans un centre psychiatrique. Nazanin Zaghari-Ratcliffe, une irano-britannique détenue en Iran depuis 2016, a été admise dans le service psychiatrique de l’hôpital Imam Khomeini pendant un certain temps. La famille de Nazanin n’a pas été autorisée à lui rendre visite pendant son séjour à l’hôpital.

Hachem Khastar, un enseignant et un militant du syndicat des enseignants, a été enlevé par le Corps des gardiens de la révolution islamique (les pasdarans) et il a été hospitalisé à l’hôpital psychiatrique Sina à Mashhad. Il a déclaré que, dès le début de son hospitalisation, il avait été battu sous prétexte de problèmes mentaux et que les infirmières de l’hôpital lui avaient injecté de la drogue.

La femme de Mohammad Ali Babapour, chargé de cours à l’université de police qui a été condamné à dix ans de prison sur des allégations de collaboration avec des Etats hostiles, a déclaré à IranWire l’année dernière que le prisonnier avait été transféré dans un hôpital psychiatrique.

Selon l’épouse de Babapour, celui-ci était dépressif et prenait des médicaments sous la surveillance d’un médecin : « Lorsqu’il a été arrêté, il n’avait plus de médicaments à prendre. La sœur de Mohammad Ali, qui était à Téhéran, s’est rendue à plusieurs reprises à la section 15 du tribunal révolutionnaire pour leur montrer son dossier médical, jusqu’à ce qu’elle puisse enfin voir le juge Salavati pendant quelques minutes ; mais je ne sais pas si le juge a finalement accepté sa maladie ou non. Finalement, mon mari a été transféré à l’hôpital [psychiatrique] d’Aminabad, ce que j’aurais préféré éviter. À son retour, il prenait des comprimés qui le faisaient dormir pendant des heures. »

Auparavant, des prisonniers politiques avaient déclaré avoir été contraints de prendre des pilules en prison. Niloufar Bayani, une militante écologiste emprisonnée, a récemment écrit une lettre à l’Ayatollah Ali Khamenei, le Guide suprême de la République islamique, pour protester contre les tortures qu’elle a subies en prison. Elle a notamment écrit que ses interrogateurs « ont menacé de lui injecter des drogues paralysantes et des injections d’air en retroussant leurs manches. »

Le psychiatre de Téhéran, qui a parlé à IranWire, pense que tous les médecins et les infirmières ne se conformeront pas aux exigences des agences de sécurité : « Demander à des médecins et des infirmières qui n’ont pas la confiance des forces de sécurité, malgré les pressions et les menaces, pourrait être plus dangereux et risqué. » Selon ce médecin, ils ont un moyen plus facile et peuvent utiliser les médecins qui sont formés dans les centres gouvernementaux : « Comme il semble, c’est ce qu’ils font. »

Les médecins qui quittent l’Université Baqiyatollah ou l’Université Shahed doivent travailler pour les autorités pendant une longue période, a déclaré ce médecin, par un engagement qu’ils prennent auprès des autorités au début de leurs études.

« Après l’examen d’entrée à l’université, ces universités acceptent les étudiants en fonction de leur niveau et du processus de validation, et l’étudiant s’engage également à servir dans ces centres pendant un certain temps à la fin de la formation », a déclaré le médecin. « Au cours de leurs études et de leur service dans ces centres, les médecins seront supervisés et ceux qui sont plus proches d’eux intellectuellement et idéologiquement peuvent se voir offrir des emplois dans des institutions de sécurité. »

L’Université des sciences médicales Baqiyatollah est l’un des centres éducatifs sous la supervision des pasadarans, et l’Université Shahed est également sous la supervision de la Fondation des Martyrs et des Anciens Combattants, un groupe lié aux forces de sécurité et aux factions dures de l’Iran.

Le médecin a également souligné que de nombreux médecins de prison servent actuellement leur service militaire obligatoire : « Ces médecins rencontreront le même sort que Ramin Pourandarjani s’ils parlent. »

Ramin Pourandarjani était un médecin de la police qui a rendu visite à des patients au Centre de Détention de Kahrizak à plusieurs reprises au cours des événements des manifestations de 2009 qui ont suivi la réélection contestée de Mahmoud Ahmadinejad comme président.

La torture et des conditions de détention inférieures aux normes ont entraîné la mort d’Amir Javadifar, Mohammad Kamrani et Mohsen Rouhalamini, tous détenus pendant les manifestations. Le centre de détention a été fermé sur ordre du Guide Suprême. Pourandarjani est décédé quelques mois après avoir comparu devant le tribunal de Kahrizak en novembre 2009 – quelques mois après les manifestations. Il est mort d’une crise cardiaque alors qu’il dormait au poste de police, mais sa famille et ses amis se demandent si le récit officiel est vrai. Pourandarjani avait déjà raconté à ses amis proches ce qu’il avait vu au centre de détention de Kahrizak.

Source : IranWire

Nouvelles associées