Publié le : 13th août 2020

Iran Human rights July 2020CSDHI – Les groupes de défense des droits humains continuent de dénoncer la torture et les exécutions dans les prisons iraniennes et le non-respect par le régime d’Iran des normes fondamentales en matière de droits humains.

Vous trouverez ci-dessous un résumé des violations des droits humains en Iran en juillet 2020 :

1. Exécutions

En juillet 2020, au moins 34 prisonniers ont été exécutés. Tous les prisonniers étaient des hommes et toutes les exécutions ont eu lieu en prison. L’âge déclaré des prisonniers exécutés variait de 24 à 49 ans.

Parmi les prisonniers exécutés, deux prisonniers politiques ont été exécutés sous l’accusation de moharebeh.

Diako Rasoulzadeh a été exécuté à la prison centrale de Kermanshah le 14 juillet 2020.

Saber Sheikh Abdullah a été exécuté à la prison centrale de Kermanshah le 14 juillet 2020.

Parmi les prisonniers exécutés, deux ont été exécutés pour espionnage.

Reza Asgari a été exécuté dans un lieu inconnu à Téhéran le 10 juillet 2010.

Mahmoud Mousavi Majd a été exécuté à la prison de Gohardasht le 20 juillet 2020.

Parmi les prisonniers exécutés, un a été exécuté pour avoir bu de l’alcool.

Morteza (famille inconnue) ; Il a été exécuté à la prison centrale de Mashhad le 8 juillet 2020.
Lieu d’exécution

Les exécutions ont eu lieu dans les prisons centrales de Gohardasht, Rasht, Mashhad, Chiraz, Gorgan, Ispahan, Kermanshah, Yasuj, Qazvin, Oroumieh, Naqadeh, Hamadan et Sanandaj. La plupart des exécutions ont eu lieu dans les prisons centrales d’Oroumieh et Mashhad.

Les motifs des exécutions étaient : moharebeh, espionnage, consommation d’alcool, meurtre, drogue et viol.

2. Arrestations

Au cours du mois de juillet 2020, 811 arrestations ont été signalées et enregistrées. Voici le détail de ces arrestations.

Arrestations politiques

143 personnes sous les rubriques de « soutien à l’Organisation des Moudjahidines (MEK/OMPI), participation aux manifestations de Behbahan, participation aux rassemblements devant l’ambassade d’Arménie à Téhéran, participation aux rassemblements devant le consulat de la République d’Azerbaïdjan à Tabriz, participation à des manifestations devant le consulat de la République d’Azerbaïdjan à Oroumieh, participation à des rassemblements de travailleurs à Suse, participation à des rassemblements de protestation contre l’exécution, coopération avec les partis kurdes et invitations à des rassemblements de protestation ont été arrêtées par des agents de sécurité, des agents du renseignement, la police FATA et les forces de l’ordre.

Arrestations arbitraires

En juillet 2020, 660 personnes ont été arrêtées pour chasse illégale, propagande pour des studios de massage et tirs sur les forces environnementales, par les rangers, les forces de l’ordre, les agents du renseignement et la police.

Arrestation de minorités religieuses

En juillet 2020, huit bahaïs et convertis chrétiens ont été arrêtés par les forces de sécurité.

Arrestation sociale

En juillet 2020, 30 personnes ont été arrêtées pour détournement de fonds, corruption, fraude et perturbation du marché des changes.

3. Torture

En juillet 2020, nous avons reçu un certain nombre d’informations sur la répression et la torture de prisonniers dans les prisons du régime clérical.

La torture physique

Shahin Mostafavi a été emmené dans la cour de la prison de Bukan par deux gardiens, où il a été sévèrement battu et torturé, et son corps a subi plusieurs fractures.

Tohid Amjad, Ahmad Amjad et Omid Amjad, qui sont frères, ont été battus à mort dans la prison centrale d’Oroumieh, par le gardien spécial de la prison.

Zeinab Afravi, Maryam Hamadi, Fatemeh Tonitzadeh, Zouideh Afravi, Qaisieh Afravi, Maryam Zubeidi, Makieh Nisi, Masoumeh Saidavi, Susan Saidavi, Sakineh Segor, Elahe Darvishi ont été torturés dans la prison de Sepidar à Ahwaz.

Alireza Farshi et Behnam Sheikhi, militants civils dans la prison d’Evine, ont été sévèrement battus par les forces de sécurité pendant leur détention.

Ebrahim Armesh, Mohammad Nazarian, Jalal Jafari et Payam Jijuni, qui ont participé aux manifestations de Behbahan, ont été battus et torturés par les agents du renseignement de Behbahan.

Deux prisonnières ont été torturées à la prison centrale de Tabriz et à la prison de Dolatabad à Ispahan.

Torture psychologique

Amir Hossein Moradi, un prisonnier politique dans le couloir de la mort de la prison du Grand Téhéran, s’est vu refuser un traitement médical bien qu’il souffre d’une maladie rénale.

Hossein Silavi, un prisonnier politique condamné à mort dans la prison de Sheiban, a été privé de soins médicaux immédiats et d’un accès aux services médicaux malgré sa mauvaise condition physique.

Zeinab Afravi, Maryam Hamadi, Fatemeh Tonitzadeh, Zouideh Afravi, Qaisiyeh Afravi, Maryam Zubeidi, Makieh Nisi, Masoumeh Saidavi, Susan Saidavi, Sakineh Segor, Elahe Darvish dans la prison de Sepdar à Ahwaz sont privés des conditions de vie et médicaux minimums dans la prison.

Alireza Alinejad, un prisonnier politique de la prison d’Evine, s’est vu refuser un traitement médical malgré une grave infection de l’oreille et des douleurs persistantes.

Une détenue de la prison centrale de Tabriz, malgré de graves problèmes physiques, n’est volontairement pas envoyée dans un centre de santé ou un hôpital. (Son nom n’a pas été identifié)

Fouet

Sajjad Sadeghi, présentateur radio et expert, a été condamné à 74 coups de fouet à Téhéran.

La sentence de 74 coups de fouet d’Ahmad Reza Haeri, l’un des accusés dans l’affaire du « Jeudi noir d’Evine », a été exécutée par la police de sécurité de Téhéran.

La sentence de 72 coups de fouet de Fouad Enayati, arrêté en octobre 2019, a été exécutée à Sanandaj.

Exécutions arbitraires

En juillet 2020, un certain nombre de Koulbars, de commerçants et de civils ont été tués par les tirs directs du régiment frontalier, des pasdarans et des forces de police.

Ziad Esbati et Ebrahim Abu Bakri, deux Kolbars, ont été tués dans les zones frontalières de Chaldoran et Piranshahr par des tirs directs des gardes-frontières.

Shamzin Ahmadi, un Koulbar, qui a été blessé à l’abdomen par trois balles tirées par des pasdarans dans la zone de Soma à Oroumieh, est mort huit jours plus tard.

Vazir Mohammadi, un jeune Koulbar de 29 ans, a été tué par un coup de feu à bout portant tiré par les gardes-frontières sur les hauteurs de Meleh Ghandi Nosud.

Reza Pourasmail Kolber, âgé de 29 ans, a été tué par un tir à bout portant des gardes frontaliers à la frontière de Chaldoran.

Un berger a été abattu par les pasdarans à la frontière de Sardasht-Irak.

Un jeune homme de 17 ans a été blessé lors d’une fusillade policière à Omidiyeh et il est mort le lendemain.

Wahab Shahozi, 17 ans, a été abattu par la police de la ville de Delgan alors qu’il travaillait comme chauffeur de taxi indépendant.

Un prisonnier nommé Ismail Totazahi, qui a été blessé à la jambe par la police, est mort un mois plus tard à la prison centrale de Zahedan d’une infection causée par une blessure par balle et parce qu’on a tardé à l’envoyer à l’hôpital.

Monireh Bahrami, un prisonnier de la prison de Qarchak à Varamin, s’est suicidé en prison.

Une prisonnière s’est suicidée et elle est morte dans la prison de Qarchak à Varamin. Une autre prisonnière s’est suicidée dans la même prison.

Seyed Omid Mousavi, l’un des détenus du soulèvement de novembre 2019, s’est suicidé dans la prison du Grand Téhéran.

Source : INU

Nouvelles associées