Publié le : 14th août 2020

Iran women suppressionCSDHI – Les mollahs en Iran répriment les femmes en droit depuis qu’ils ont pris le pouvoir en 1979, l’un des principaux moyens étant les lois sur le voile obligatoire que 27 organismes officiels, y compris les forces de sécurité armées, sont chargés de faire respecter.

Les femmes qui méprisent le voile sont traitées comme si elles mettaient en danger la sécurité de la nation, car le régime considère le pouvoir féminin comme une menace pour lui, et à mesure que la température monte en Iran, de plus en plus de femmes défieront le code vestimentaire imposé.

Les commandants des forces de sécurité iraniennes se sont montrés très ouverts à l’idée de réprimer les femmes cet été. Le coordinateur adjoint des forces de sécurité de la province de Gilan, Hossein Hassanpoor, a annoncé qu’il allait déployer « 194 équipes supplémentaires de voitures et de motos » sur les plages et les zones de loisirs, tandis que le commandant Morteza Mirzaii de la province de Mazandaran a déclaré que la province sera patrouillée par « 2 000 policiers, marines, adjoints de police et entreprises de services de sécurité. »

Sinon, comment le régime applique-t-il le hijab obligatoire ?

En attaquant les fabricants de vêtements et les magasins, en fermant 49 entreprises et en lançant des avertissements à 87 autres en date du 6 juillet

En menaçant les conductrices de confisquer leur voiture si elles-mêmes ou une passagère ne respecte pas le hijab
En soudoyant des mercenaires pour sévir contre les femmes en offrant une maison – payée par le contribuable iranien – aux 24 agents qui ont procédé au plus grand nombre d’arrestations et d’attaques et délivré le plus d’amendes en leur nom

Ils ont également arrêté l’hôte d’un festival qui permettait aux hommes et aux femmes de se rencontrer, où les femmes étaient habillées de façon « inappropriée », selon le régime. Parmi les autres personnes arrêtées pour des motifs similaires, citons un superviseur et un guide touristique à Cheshmeh Lal qui avait organisé une fête de visite mixte.

Bien sûr, malgré toute la répression, les femmes iraniennes continuent de tenir tête au régime et les mollahs n’appliquent pas les lois sur le port obligatoire du voile sur les femmes iraniennes.

Le 14 juillet, lors d’une réunion sur la chasteté et le hijab dans les médias de la province du Golestan, le représentant de la propagande islamique Hassan Mohajer Neyshabouri a admis qu’à cause de la fermeture des mosquées en raison de la pandémie de coronavirus – que le régime n’a pas réussi à contrôler – ils ont moins réprimé les femmes.

Alors que l’imam de la prière du vendredi d’Astara, Kazem Hafeznia, a qualifié la situation du hijab de « terrible » avant de se plaindre que les vêtements qui ne respectent pas le code du voile sont produits en Iran.

Il a déclaré : « Si le ministère de l’Industrie, des Mines et du Commerce, ainsi que la Chambre des Métiers et des places, ne sont pas au courant de la situation de la production de vêtements dans le pays, c’est à cause de leur faiblesse managériale. S’ils savent mais n’agissent pas, leur trahison est impardonnable. »

Source : Iran Focus (site anglais)

Nouvelles associées