Publié le : 1st septembre 2020
Navid-Afkari-manifestant-torture-iran

Navid Afkari, manifestant torturé en prison en Iran

CSDHI – Navid Afkari Sangari est âgé de 27 ans. Il a été condamné à deux peines de mort, six ans et six mois de prison, et 74 coups de fouet pour le meurtre d’un agent de sécurité. Ce ne sont qu’une partie des charges portées contre lui.

Le torturer pour le faire avouer

La condamnation à mort de Navid a été confirmée par la Cour suprême et sa demande d’appel a été rejetée. Dans un message audio, le champion de lutte a déclaré avoir été torturé dans un centre de détention. Mais aussi, il a été forcé d’avouer le meurtre d’un agent. Il s’est ensuite rétracté puis, il a laissé entendre que le régime cherchait une excuse pour le pendre.

Dans le fichier audio de la prison, Navid a déclaré qu’il « ne céderait pas à l’oppression et aux mensonges. »

« Lorsque l’isolement et les tortures ont pris fin, et que j’ai mis les pieds dans la cellule de la prison, j’ai immédiatement écrit à différents responsables judiciaires et déposé une plainte », a-t-il déclaré.

« J’ai crié que je n’étais pas un meurtrier et un criminel. J’ai demandé à être emmené chez un médecin légiste. Cela a été prouvé par leur rapport, un témoin oculaire et la preuve que j’ai été torturé. »

Ils cherchent des prétextes pour me pendre

« Même si j’ai écrit sans cesse que j’étais forcé de me confesser sous la torture et qu’il n’y avait même pas un élément de preuve pour prouver ma culpabilité dans cette fichue affaire, ils ne voulaient pas entendre ma voix. »

« J’ai réalisé qu’ils voulaient juste un cou pour lancer leur corde autour », a ajouté Navid Afkari.

Lui et ses deux frères ont également été accusés d’avoir joué un rôle actif dans les manifestations de Kazeroun et de Chiraz en août 2018.

« Navid et Vahid Afkari ont été brutalement torturés par la tristement célèbre police de renseignement de Chiraz pour faire des aveux forcés », a déclaré une source à un groupe de défense des droits humains.

Le tribunal ignore les preuves de tortures

Des témoignages de témoins oculaires sur les tortures et les passages à tabac ont été inclus dans leur dossier. Cependant, ils ont été ignorés par le tribunal. Navid Afkari a détaillé ses tortures dans une lettre de la prison publiée par des groupes de défense des droits humains.

« Ils m’ont mis un sac en plastique sur la tête. Maintenu jusqu’à ce que j’étouffe. Puis, ils m’ont brutalement frappé les mains, le ventre et les pieds avec des matraques. De plus, ils utilisaient un langage vulgaire et des insultes. Ils m’ont aussi attaché et versé de l’alcool dans le nez », a-t-il écrit.

Source : Iran News Wire