Publié le : 9th septembre 2020
rapport-droits-humains-iran-aout-2020

Dans quel état étaient les droits humains en août 2020 ?

CSDHI – Le mois d’août a été marqué par une pression accrue sur les prisonniers politiques et l’imposition de peines sévères. Prenons les cas des exécutions, des flagellations et de longues peines de prison imposées aux manifestants.

Existe-t-il encore des droits humains en Iran ?

Cette escalade de la répression a été considérée comme une crise dans la situation actuelle des droits humains en Iran. C’est aussi une tentative du régime au pouvoir de faire taire toute voix dissidente.

Ainsi, le régime iranien a continué à prononcer des condamnations à mort injustes contre les manifestants.

Condamnations à mort

Actuellement, au moins 20 prisonniers politiques et idéologiques sont condamnés à mort dans les prisons du régime. Dix d’entre eux font partie des manifestants des soulèvements de décembre 2017, juillet 2018 et novembre 2019.

Ce mois-ci, le régime iranien a fait tout son possible pour augmenter la pression sur les prisonniers politiques et les manifestants détenus. Cette pression s’est intensifiée malgré la pandémie du coronavirus, menaçant la vie des prisonniers.

La pandémie du coronavirus

Dans la plupart des prisons, le nombre de personnes souffrant de maladies coronariennes augmente de jour en jour. En outre, le nombre de prisonniers ayant contracté le virus augmente quotidiennement.

Alors que le régime tente de camoufler la situation par divers scénarios et de dissimuler le nombre réel de patients, les prisonniers sont privés de matériel sanitaire et médical.

Reporters sans frontières a publié une déclaration le 21 août sur la situation catastrophique de la Covid-19 dans les prisons iraniennes.

« L’inquiétude concernant la situation générale de la santé publique en Iran est aujourd’hui très forte, en particulier dans les quelque 18 provinces encore en état d’alerte rouge. Mais le sort des personnes détenues dans ses prisons surpeuplées, où la distanciation sociale est impossible pour la plupart des détenus, est encore plus préoccupant. Aucun chiffre n’a été publié sur les infections à la Covid-19 et les décès dans les prisons iraniennes. »

La santé des détenus en danger

Dans le même temps, le régime iranien empêche délibérément les prisonniers d’accéder aux traitements et aux services médicaux. D’autre part, le régime iranien met en danger la sécurité et la santé de ces prisonniers. En effet, il place des prisonniers politiques aux côtés de criminels ordinaires et dangereux. Il ne respecte pas le principe de la ségrégation des crimes. En août, à plusieurs reprises, des mercenaires ont attaqué et menacé des prisonniers politiques et idéologiques.

La répression, coûte que coûte

À plusieurs reprises au cours du mois dernier, des protestations pacifiques ont dégénéré en violence des forces de sécurité. Prenons le cas des villageois qui protestaient contre la démolition de leurs maisons dans le village d’Abolfazl à Ahwaz. Ils ont essuyé des tirs de la police avec des gaz lacrymogènes et des fusils à plomb.

La répression contre les journalistes ne s’est pas calmée en août. À cet égard, des militants des médias officiels ont été convoqués ou condamnés parce qu’ils avaient parlé de réalité des problèmes de la population.

Les violations des droits des minorités ethniques et religieuses en Iran, y compris les chrétiens et les bahaïs, se sont poursuivies également.

La répression des femmes sous le prétexte du port obligatoire du voile a aussi continué. Le régime a adopté des programmes de répression estivale sur les plages, les promenades et les lieux publics.

Exécutions en Iran

Le régime iranien a continué à procéder à des exécutions en août. Evidemment, le but était d’intimider la population et contrer les protestations populaires.

Au moins 28 exécutions ont eu lieu dans différentes prisons iraniennes.

Parmi elles, 4 étaient accusées de drogue, 2 étaient des femmes, Mehri et Marzieh Ebrahimipour. Au moins une des personnes pendues était mineur au moment du crime.

Arsalan Yassini a été exécuté à la prison d’Oroumieh le 17 août 2020, après avoir passé 13 ans et deux mois en prison. Il était âgé de 17 ans au moment du crime présumé.

Mostafa Salehi, un prisonnier politique, a été exécuté à l’aube du mercredi 5 août 2020 dans la prison de Dastgerd à Ispahan. Il était un des manifestants arrêtés en janvier 2018.

Mustafa Salehi, 33 ans, était un ouvrier du bâtiment qui voyageait pour gagner sa vie. Il était père de deux jeunes enfants, Nazanin, 4 ans, et Amir Hossein, 6 ans. A la suite de l’exécution de ce prisonnier politique, la justice du régime iranien a également ordonné la confiscation des biens de sa femme et de ses enfants. Selon cette décision, la famille de Mustafa Salehi doit payer 425 millions de tomans (80 000 €) après son exécution.

Étant donné que de nombreuses exécutions en Iran sont désormais effectuées en secret. Le nombre réel est naturellement plus élevé.

Les prisonniers dans le couloir de la mort

Parmi les prisonniers actuellement dans le couloir de la mort, se trouve Navid Afkari, arrêté lors des manifestations de juillet 2018 à Chiraz et Kazeroun. Mais aussi, Hadi Kiani, Mehdi Salehi Ghaleh Shahrokhi, Mohammad Bastami, Majid Nazari Kondari et Abbas Mohammadi qui ont été arrêtés pendant le soulèvement de décembre 2017.

Par ailleurs, Mohammad Keshvari, Amir Hossein Moradi, Saeed Tamjidi et Mohammad Rajabi à Téhéran figurent parmi les prisonniers condamnés à mort.

En 2019, le tribunal révolutionnaire de Mashhad a condamné à mort neuf prisonniers sunnites à la prison de Vakilabad à Mashhad, pour adultère. Leurs noms sont Hamid Rast Bala, Farhad Shakeri, Kabir Saadat Jahani, Mohammad Ali Arayesh, Issa Eid Mohammadi, Taj Mohammad Khormali, Hakim Azim Gargij, Abdolrahman Gargij et Hossein Varasteh Soleimani.

Haidar Ghorbani, Hossein Osmani, et Mohieddin Ebrahimi sont également des prisonniers kurdes dans le couloir de la mort.

La situation catastrophique des prisonniers durant la pandémie du coronavirus

Cela fait plus de 6 mois se soient écoulés depuis la catastrophe de la Covid-19. Pourtant, les prisons ne disposent pas des installations minimales et les prisonniers sont laissés sans défense contre ce virus mortel. Cela a entraîné la mort d’un certain nombre de prisonniers et l’exposition d’un grand nombre d’entre eux.

Dans de nombreuses prisons, les détenus n’ont pas d’accès aux désinfectants, aux masques et aux soins médicaux essentiels.

La densité élevée, la malnutrition et la présence de personnes âgées vulnérables au coronavirus ont aggravé la situation.

Au cours du mois dernier, les prisons du pénitencier du Grand Téhéran, de Qarchak à Varamin, de Semnan, de Sheiban d’Ahwaz, d’Evine, de Taybad et les deux prisons centrales d’Oroumieh, d’Adelabad à Chiraz, de Yasouj et de Behbahan ont été particulièrement exposées au virus mortel.

Les prisonnières solidaires les unes des autres

Ainsi, environ 140 femmes détenues dans la prison centrale d’Oroumieh ont commencé une grève de la faim, le mardi 18 août 2020.

Elles protestaient contre la détention de quatre prisonnières infectées par le coronavirus dans le quartier pour femmes. Selon les grévistes, les prisonnières infectées n’ont pas été soignées ni emmenées à l’hôpital. Les personnes infectées se trouvaient dans une salle du quartier des femmes de la prison centrale d’Oroumieh avec d’autres prisonnières. Les grévistes demandaient le transfert des patientes dans un centre de santé. Cependant, les responsables de la prison ont ignoré leur demande.

Par ailleurs, le dimanche 9 août 2020, 17 détenus de la prison d’Evine ont été testés de manière aléatoire. Il a été révélé que 12 avaient été infectés par le coronavirus.

Le 10 août 2020, 27 prisonniers politiques de ce quartier se sont assis dans la cour de la prison. Puis, ils ont demandé une enquête immédiate sur la situation dans la prison. Après avoir transféré les prisonniers au centre médical de la prison d’Evine, les autorités pénitentiaires leur ont fait subir un autre test Corona (test de gorge). Le mardi 11 août 2020, les résultats des tests effectués ont montré que 8 personnes sur 12 étaient positives.

Source : Iran HRM

Nouvelles associées