Publié le : 11th septembre 2020
suicides-iran

Augmentation des suicides en Iran

CSDHI – En Iran, cinq Iraniens se sont suicidés en l’espace de quatre jours. Les problèmes économiques, les maladies mentales, les obligations culturelles et les pressions sociales sont les principaux facteurs des suicides en Iran.

Deux adolescentes

Selon l’agence de presse officielle ROKNA, une adolescente a tenté de se suicider le 8 septembre dernier. Selon les informations recueillies, la jeune fille « qui a environ 18 ans » allait sauter d’un pont à Tuyserkan, dans la province de Hamedan, dans le nord-ouest du pays, avant que la police ne l’arrête. ROKNA a déclaré que la jeune fille avait, de toute évidence, des « problèmes familiaux ».

Le 8 septembre, une adolescente a tenté de se suicider dans une ville du nord de l’Iran. Selon le site web d’IRIB News, la jeune fille, a été transportée d’urgence à l’hôpital à Babol. Elle avait avalé 50 pilules de rispéridone. Il faut souligner qu’elle avait des antécédents de dépression.

Un adolescent de 15 ans

Le 5 septembre, un garçon de 15 ans s’est suicidé à Goldareh, un village pauvre de la province occidentale d’Ilam. Selon le site Tabnak, le garçon, identifié grâce à son prénom – Morteza – est décédé. Il souffrait de « problèmes nerveux. » Au cours des six derniers mois, c’est le deuxième enfant à se suicider dans ce village très pauvre. Avant Morteza, c’est Zeinab âgée de 13 ans, qui est morte après s’être suicidée.

Selon l’Organisation iranienne de médecine légale, 7 % des suicides en Iran sont commis par des adolescents.

Un sociologue iranien a déclaré en novembre 2019 que les autorités n’ont pas annoncé le taux élevé de suicides des habitants d’Ilam. Lors d’une réunion sur les femmes à Ilam, Salar Kasraie a déclaré que les femmes de la province qui choisissaient de se suicider, prenaient des pilules et du poison au lieu de s’auto-immoler.

Ses remarques ont été couvertes par l’agence de presse officielle, ILNA.

« Malheureusement, les autorités compétentes n’annoncent pas les taux de suicide à Ilam. C’est un problème que j’ai rencontré au cours de mes recherches sur les suicides parmi les habitants d’Ilam », a-t-il déclaré lors de la réunion.

Un père et son fils

Le 7 septembre, un homme s’est suicidé par pendaison à Bukan, dans le nord-ouest de l’Iran. Selon l’Agence de presse des droits humains HRANA, Rasould Ahmadi souffrait de graves problèmes financiers. Trois jours auparavant, le 4 septembre, son fils Mohammad, âgé de 24 ans, s’était suicidé à cause de la pauvreté.

En juin, le quotidien officiel Jahan-e San’at a déclaré que les suicides avaient augmenté de 23 % en Iran.

Le quotidien a déclaré que la tendance croissante des suicides en Iran était une forme de protestation contre la pauvreté. Il a ajouté que cette tendance se transformerait bientôt en protestations à l’échelle nationale.

« En étudiant la carte des principales provinces en termes d’indice de misère en Iran, nous pouvons comprendre le rapport entre l’inflation et le chômage et l’occurrence des protestations sociales », écrit le quotidien le 13 juin.

Source : Iran News Wire

Nouvelles associées