Publié le : 13th octobre 2020
pauvreté iran

La paupérisation de la population iranienne

CSDHI – Ces derniers jours, le seuil de pauvreté en Iran pour chaque famille de quatre personnes a atteint 100 millions de rials [333,3 dollars ou 283 euros].

Le gouffre entre les classes sociales se creuse

Avec l’augmentation du seuil de pauvreté, les différences de classe se sont de plus en plus accentuées.

Le 5 octobre, le quotidien Arman a écrit une satire amère sur les crises sociales. « Ce qui est gratifiant, c’est que les autres classes sociales et la séparation des couches de la société ont perdu leur sens ancien. Grâce aux autorités, pour la plus grande partie du pays, nous sommes tous réunis sous le même toit. »

De plus, Gholamreza Mesbahi Moghadam, membre du Conseil de discernement de l’intérêt supérieur du régime, a souligné les énormes différences de classe. « Aujourd’hui, certains ont amassé de grandes richesses. Pourtant, une partie importante de la société est tombée sous le seuil de la pauvreté. Cela a réduit l’espoir que pouvait avoir la population dans le gouvernement. Cela indique également son inefficacité.

Les classes moyennes tombent dans la pauvreté

« Les déciles de la société ont changé. Maintenant, nous avons sept déciles qui sont dans le besoin. Auparavant, nous avions trois déciles supérieurs, trois déciles inférieurs. Ces statistiques n’existent pas du tout. Quelque chose comme quatre déciles moyens, maintenant presque aucun décile moyen n’existe », a déclaré un expert lié au gouvernement, Mohsen Ghadimi, dans une interview à TV Channel Two, le 5 octobre, concernant la tendance à la baisse et la tendance des classes moyennes vers la pauvreté et la privation.

Selon Mahmoud Jam Saz, « le neuvième décile est en déclin et se dirige vers la pauvreté, et la classe moyenne n’existe plus. » (Quotidien Etemad, 27 septembre)

Selon le quotidien Etemad, « En Iran, aucune des institutions responsables ne fournit de chiffres précis et fiables pour le seuil de pauvreté. En 2011, le seuil de pauvreté a été annoncé à un peu plus de 5 millions de rials [35 dollars ou 29.8 euros sur la base du taux de change du dollar américain de 2011], et en mai 2020, selon le Centre de recherche parlementaire, ce chiffre a atteint 90 millions de rials [562,5 dollars – 478 euros – sur la base du taux de change du dollar américain de mai 2020]. Et bien sûr, le centre a déclaré que « 30 à 40 % des Iraniens ont des revenus inférieurs à ce chiffre. »

Les riches s’enrichissent

Ces conditions ont fait qu’ « un petit nombre de personnes ont des richesses qui montent en flèche alors que le reste de la société disparaît », a ajouté M. Etemad.

En décrivant les conditions économiques et sociales actuelles, le quotidien Mardomsalari a écrit le 17 septembre : « Le pays est dans de mauvaises conditions économiques. On peut ainsi dire que l’économie du pays est dans une large mesure dans un état de demi-vie. Nous devons penser au sort de ceux qui n’ont aucune source de revenus. Car ils supportent cette crise du coronavirus. Ils doivent travailler dur pour gagner de l’argent grâce à des emplois quotidiens et des faux emplois. Nous devons penser aux mauvaises conditions de vie des pauvres et, des défavorisés. Sur le plan économique, ils n’ont plus le pouvoir, et ils sont détruits. Pendant ce temps, notre cycle économique fonctionne grâce aux efforts de cette classe inférieure de la société. »

Soulignant la situation du peuple, le quotidien officiel, Mostaghel, a écrit le 5 octobre : « La société iranienne mérite-t-elle tout ce désordre ? Qui est responsable du gaspillage de la vie et de l’âme du peuple ? La classe moyenne se meurt, et les nouveaux arrivants [les nouveaux riches] deviennent plus homogènes. »

Source : Iran Focus (site anglais)