Publié le : 17th octobre 2020
Shahla-Entesari-and-Shahla-Jahanbin-iran.

Shahla Entesari et Shahla Jahanbin

CSDHI – Deux iraniennes dissidentes ont répondu avec défi à la convocation à purger leurs peines de prison en Iran. Elles disent qu’elles ne regrettent pas d’avoir signé la lettre de 2019 demandant la démission du dirigeant islamiste de la nation.

Les deux dissidentes ne regrettent pas avoir demandé la démission du Guide suprême

C’est cela qui avait déclenché leur arrestation.

Dans des interviews exclusives avec VOA, jeudi, Shahla Entesari et Shahla Jahanbin ont déclaré avoir reçu des appels téléphoniques la veille de la prison d’Evine de Téhéran. Les autorités les ont informées qu’elles devaient se présenter à la prison dans les 10 jours. Le système judiciaire iranien a ordonné aux deux femmes de purger une peine de 27 mois de prison pour avoir signé la lettre ouverte du 9 août 2019. Cette lettre demandait la démission du Guide suprême iranien, l’Ayatollah Ali Khamenei.

Entesari et Jahanbin faisaient partie des 14 femmes iraniennes qui ont signé la lettre. Le régime les a accusées par la suite de « diffuser de la propagande anti-gouvernementale » et de « se rassembler et conspirer contre la sécurité nationale. »

Les signataires ont écrit : « Nous nous élevons contre ce régime misogyne qui a anéanti nos valeurs humaines. Nous exigeons un départ total de la République islamique et la rédaction d’une nouvelle constitution. Nous voulons construire un État dans lequel la dignité, l’identité et l’égalité des droits des femmes sont reconnues dans tous les domaines. »

L’Iran est dirigé par des religieux chiites depuis qu’ils ont pris le pouvoir lors de la révolution islamiste en 1979.

La signature de « Ne regrettez pas »

Les agents de sécurité iraniens ont arrêté Entesari et Jahanbin en lien avec la lettre d’août 2019 plus tard ce mois-là avant de les libérer toutes deux sous caution en novembre.

Les deux femmes ont dit à VOA qu’elles « ne regrettent pas » d’avoir signé la lettre, même si elles risquent une peine d’emprisonnement imminente qui pourrait exacerber leurs problèmes médicaux. Et parce que cela pourrait les exposer au risque d’exposition au coronavirus. Les militants des droits internationaux ont documenté de multiples éclosions de coronavirus dans le système carcéral insalubre et surpeuplé de l’Iran.

Jahanbin souffre d’arthrose, une maladie dégénérative des articulations qui affecte à la fois son cou et ses épaules. Entesari souffre de maladies cardiaques et de tremblements dans son bras et sa jambe.

Jahanbin a déclaré avoir reçu une première convocation de prison en mai. Mais elle a demandé aux autorités de retarder son incarcération. Elle voulait avoir le temps de se faire opérer du dos nécessaire. Mais aussi de se remettre de la procédure. Elle a déclaré que les autorités lui avaient accordé une période de rétablissement de deux mois. Cependant, elle n’a pas pu programmer l’opération en raison de la pandémie.

Les Iraniens qui résistent à une première convocation en prison peuvent recevoir plusieurs avis de suivi sur une période de plusieurs semaines ou de plusieurs mois, mais risquent également d’être arrêtés et envoyés en prison à tout moment.

« Nous tenons nos promesses », a déclaré M. Jahanbin en référence à la lettre demandant la démission de Khamenei. Elle a déclaré qu’elle restait préoccupée par les problèmes croissants de l’Iran. Les dirigeants islamistes sont aux prises avec la pire épidémie de coronavirus du Moyen-Orient. Ils doivent aussi affronter une récession économique de deux ans, alimentée par la mauvaise gestion du gouvernement.

« Nous avons seulement fait une demande »

Jahanbin a également déclaré qu’elle et les autres signataires de la lettre n’avaient rien fait de mal. « Nous n’avons pas rassemblé ou fomenté de mouvement violent. Nous avons seulement fait une demande (de Khamenei) basée sur nos droits constitutionnels », a-t-elle déclaré.

Mme Entesari a dit à VOA : « Plus le temps passe depuis la signature de la lettre, plus elle pense que c’était la meilleure chose à faire. »

« La détérioration de la situation en Iran, principalement due à l’incompétence de ses dirigeants islamistes, montre à combien nos déclarations étaient justes », a déclaré Mme Entesari. « C’est à cause de leur faiblesse qu’ils veulent emprisonner tous ceux qui cherchent la liberté. Et tous ceux qui émettent la moindre critique à leur égard », a-t-elle ajouté.

Les médias officiels iraniens sont restés muets sur les cas des deux femmes ces dernières semaines.

La lettre signée par Entesari et Jahanbin s’inspire en partie d’une lettre ouverte datant de juin 2019. Dans celle-ci, 14 autres dissidents, des hommes pour la plupart, ont fait des demandes similaires. Elle tient en deux attentes :  la démission de Khamenei et la modification de la constitution islamiste.

La plupart des signataires de la première lettre ont également été arrêtés et accusés d’infractions à la sécurité nationale. L’une des personnes détenues en août 2019 était le mari de Jahanbin, Abbas Vahedian Shahroudi. Il a bénéficié d’une libération temporaire d’une prison de Mashhad en juillet.

Source : VOA