Publié le : 10th novembre 2020
Behbahan-juillet-manifestations-iran

Manifestations à Behbahan au mois de juillet 2020

CSDHI – La justice iranienne a convoqué soixante et onze Iraniens, hommes et femmes, pour des « enquêtes » sur leur participation aux manifestations de juillet dans une ville du sud-ouest très agitée. Selon l’agence de presse HRANA, les 71 citoyens doivent se présenter au tribunal dans les 5 prochains jours à Behbahan.

Les hommes et les femmes ont été accusés d’ »insulte du Guide, de perturbation de l’ordre public et de la sécurité du pays, et de rassemblement et collusion contre la sécurité nationale et étrangère. »

Bien que les manifestations de juillet étaient totalement pacifiques, le régime ne tolère pas les slogans anti-régime tels que « Foutez le camp, les mollahs » et « nous ne voulons pas d’un régime clérical. »

Les manifestations de juillet

Un grand nombre de personnes se sont rassemblées le 16 juillet à Behbahan pour dénoncer les condamnations à mort prononcées à contre des manifestants arrêtés en novembre 2019 et pour exprimer leurs difficultés économiques.

Les hommes et les femmes se sont rassemblés devant une succursale de la Meli Bank, théâtre de grandes manifestations en novembre 2019.

Ils ont traité le Guide suprême du régime, Ali Khamenei, de meurtrier et ils ont scandé des slogans tels que « Khamenei est un meurtrier, son règne est illégitime ».

Ils ont également scandé des slogans contre les forces du Bassidj, la branche paramilitaire des pasdarans chargée de réprimer la dissidence et les libertés civiles.

« A bas le dictateur », « nous ne voulons pas d’un régime clérical », « les Iraniens vont mourir plutôt que de se rendre », scandaient les hommes et les femmes.

Ils ont également scandé des slogans contre le soutien du régime au terrorisme dans la région. Ils ont crié « Non à Gaza et au Liban ». « Ma vie n’est que pour l’Iran ».

Les forces de sécurité ont arrêté plusieurs manifestants. Ils ont aussi tiré des coups de feu en l’air tout en utilisant des gaz lacrymogènes pour disperser la foule. De nombreux manifestants ont été identifiés puis arrêtés à leur domicile.

Le régime a également bloqué lInternet dans la province du Khouzistan. Selon NetBlocks, un site web qui surveille les pannes internationales d’Internet, il y a eu des « perturbations partielles à totales » dans la province du sud-ouest à partir de 22 heures, heure locale.

Novembre 2019 : manifestations de Behbahan

Lors des manifestations de novembre 2019, les forces de sécurité ont tué par balles plusieurs citoyens de Behbahan. Il s’agit notamment de Mehrdad Dashti Nia et son frère Mahmoud Dashti Nia, Farzad Ansari Far, Mohammad Hossein Ghanavati, Ehsan Abdollah Nejad et Mohammad Hasham.

Plus récemment, le 8 novembre, la police et la municipalité ont détruit la route menant au cimetière de Behesht Rezvan, de peur que les familles des manifestants tombés ne se rassemblent sur leurs tombes dans les jours à venir pour commémorer leurs proches à l’occasion du premier anniversaire de leur mort.

Source : Iran News Wire

Nouvelles associées