Publié le : 14th novembre 2020
Farhad Vosuqi mort sous les tortures des pasdaranstorture-iran

Farhad Vosuqi

CSDHI – Un homme de 27 ans a été tué sous la torture. Il était alors incarcéré dans la prison centrale de Khorramabad, dans l’ouest de l’Iran, a déclaré sa famille à une organisation de défense des droits humains.

Farhad Vosuqi mort sous la torture

Selon l’organisation Hengaw, les agents du régime iranien ont torturé puis tué Farhad Vosuqi, marié et père d’un garçon de trois mois, le 10 novembre.

Le frère de Farhad a confirmé cette information. Il a même déclaré avoir été témoin des marques de torture sur le corps de son frère lors de l’expertise médico-légale. Farhad vivait dans la ville de Nourabad, dans la province du Lorestan.

Une source informée a déclaré que les forces répressives iraniennes ont arrêté Farhad, il y a trois semaines. Les autorités l’ont accusé du meurtre d’un homme qui s’appelait Hossein Juzi. Selon la source, il était en isolement dans la prison centrale de Khorramabad pendant toute la durée de son incarcération.

Torturé par les pasdarans

« Les pasdarans ont secrètement arrêté Hossein Juzi, manifestant et organisateur des manifestations nationales anti-gouvernementales de novembre 2019 à Nourabad. Ensuite, ils l’ont tué », a ajouté la source. « Farhad et son frère ont été arrêtés pour « couvrir les traces des pasdarans ».

Les forces du régime ont arrêté le frère de Farhad, Mostafa, trois mois auparavant. Il est actuellement en prison.

Un autre site web sur les droits humains a déclaré que les agents du régime ont torturé Farhad Vosuqi pour qu’il avoue le meurtre.

Les autorités ont remis le corps de Farhad à sa famille, hier. Selon les informations, après l’annonce de la mort de Farhad, une émeute a éclaté en prison, et les forces de sécurité ont battu les détenus.

Le procureur nie les tortures

Le procureur du Lorestan a confirmé la mort de Farhad Vosuqi. Néanmoins, il a nié les tortures. Dans des commentaires diffusés par l’agence de presse officielle ILNA, Daryoush Shahounvand a déclaré qu’il était mort au cours d’une bagarre avec d’autres détenus. Mais il a dit que des enquêtes étaient en cours.

Le régime iranien torture systématiquement les prisonniers. Le but est de les punir ou leur extorquer des « aveux » qui sont ensuite utilisés pour les incriminer devant un tribunal.

Selon le département des enquêtes criminelles de la police iranienne, les lois de la République islamique considèrent les aveux comme la preuve la plus importante pour prouver la culpabilité d’une personne.

« Les aveux sont la preuve la plus importante pour un tribunal. Lorsqu’il y a une confession, ils ne citent aucune autre preuve », a-t-il déclaré dans une déclaration du 22 septembre.

Source : Iran news Wire

Nouvelles associées