Publié le : 18th novembre 2020

human rights watchHuman Rights Watch – Les autorités iraniennes ne sont pas parvenues à mesurer la responsabilité pour la violente répression des protestations généralisées en 2019, a déclaré aujourd’hui Human Rights Watch.

Les manifestations ont commencé à la suite d’une brusque augmentation du prix du carburant le 15 novembre 2019. Elles ont duré une semaine. Elles se sont transformées en une expression plus large du mécontentement populaire face à la répression du gouvernement et à la corruption perçue. Le gouvernement a imposé une coupure quasi totale d’Internet du 15 au 19 novembre. Il s’est lancé dans la répression la plus brutale contre les manifestants depuis des décennies.

« Un an après la répression de novembre, les autorités iraniennes ont évité toute mesure de responsabilisation. Elles continuent de harceler les familles des personnes tuées pendant la manifestation », a déclaré Tara Sepehri Far, chercheuse sur l’Iran à Human Rights Watch. « Les familles des centaines de victimes, dont la plupart appartiennent aux segments les plus vulnérables de la société iranienne, méritent que les responsables des graves violations des droits soient tenus de rendre des comptes ».

En raison de la coupure d’Internet et des menaces des autorités contre les familles des victimes, il a été difficile de documenter toute l’étendue de la répression, y compris le nombre total de personnes tuées. Grâce à des entretiens avec des victimes et des témoins, à l’examen de photos et de vidéos des manifestations et à l’analyse d’images satellite, Human Rights Watch a conclu que les forces de sécurité ont eu recours à une force meurtrière illégale à au moins trois reprises dans le pays. Le nombre total de ces cas est très probablement plus élevé.

Les personnes interrogées et les vidéos sur les médias sociaux ont indiqué que dans plusieurs cas, les forces de sécurité ont tiré sur des personnes qui fuyaient les lieux des manifestations. En outre, les membres de la famille et les personnes ayant une connaissance approfondie des affaires des personnes tuées ont déclaré que les victimes étaient mortes de coups de feu à la tête et/ou à la poitrine.

Selon Amnesty International, au moins 304 personnes ont été tuées. Le 1er juin, Mojtaba Zonoor, le chef de la commission parlementaire de sécurité nationale iranienne, a estimé ce chiffre à 230. Il a affirmé que la cause du décès dans 26 % des cas était encore inconnue. Les autorités n’ont publié aucune enquête détaillée et n’ont tenu personne pour responsable des abus présumés.

Les autorités continuent de condamner à la prison et au fouet des dizaines de personnes arrêtées pendant les manifestations. Le 24 juin, la cour suprême iranienne a confirmé les condamnations à mort de trois jeunes hommes arrêtés après avoir participé aux manifestations. Il s’agit d’Amirhossein Moradi, Saeed Tamjidi et Mohammad Rajabi, accusés d’avoir « pris part à des destructions et des incendies, visant à contrer la République islamique d’Iran ». Après une réaction interne, les avocats représentant ces hommes ont annoncé que le pouvoir judiciaire avait accepté leur appel pour arrêter l’affaire.

Le 23 août, le tribunal des médias et de la culture a condamné six militants politiques « réformistes » à un an de prison pour avoir signé une lettre condamnant la répression des autorités contre les manifestants.

À plusieurs reprises, les autorités ont tenté de justifier l’usage illégal de la force par les forces de sécurité en qualifiant les manifestants d’ « émeutiers ». Le 17 décembre, Mahmoud Sadeghi, un ancien député de Téhéran, a déclaré au journal Etemad que lors d’un briefing parlementaire, un député de Karaj a déclaré que deux personnes de son district avaient reçu une balle dans la tête.

Il a dit avoir demandé au ministre de l’intérieur Rahmani Fazli pourquoi les forces de sécurité n’ont pas tiré sur « la partie inférieure du corps ». Il a déclaré que Fazli n’a pas nié que les forces de sécurité avaient tiré sur les manifestants à la tête. Il a aussi ajouté que les forces de sécurité « ont également tiré sur les pieds des personnes. »

Le 4 décembre, l’ayatollah Ali Khamenei, le Guide suprême de l’Iran, a approuvé les recommandations du secrétaire du Conseil national de sécurité de considérer les citoyens ordinaires qui sont morts pendant les manifestations mais n’y ont pas participé comme des « martyrs », et d’apporter le soutien du gouvernement à leurs familles. La réponse de Khamenei, cependant, ne comprenait aucune disposition pour enquêter sur les allégations d’usage excessif et illégal de la force par les agents de sécurité.

Plusieurs familles dont des proches ont été tués pendant les manifestations ont déclaré à Radio Farda que les autorités judiciaires avaient renvoyé leur affaire pour une compensation financière mais n’avaient pas ouvert d’enquête pour identifier les responsables des meurtres. Elles ont également déclaré que les autorités les avaient menacées de garder le silence, et/ou d’accepter une compensation et de renoncer à exiger des comptes. Depuis le 18 juillet, les autorités ont arrêté Manoucher Bakhtiari, le père de Pouya Bakhtiari, un manifestant de 27 ans d’une balle dans la tête à Karaj.

Human Rights Watch réitère son appel au Conseil des droits de l’homme des Nations Unies pour la mise en place d’une enquête dirigée par l’ONU sur les graves violations des droits humains commises par les autorités iraniennes pendant et après les manifestations.

« Les autorités iraniennes répriment systématiquement les efforts de ceux qui demandent justice pour la répression sanglante de novembre », a déclaré M. Sepehri Far. « Les acteurs internationaux guidés par des principes devraient exercer des pressions sur les autorités iraniennes et prendre des mesures pour s’assurer que l’Iran ne s’en tire pas avec une répression aussi brutale. »

Nouvelles associées