Publié le : 18th novembre 2020
suicide iran

Un nombre croissant de suicides en Iran

CSDHI – Les suicides en Iran ont quadruplé au cours des deux dernières décennies.

Le régime interdit aux journaliste de parler de suicides

Le département de la culture et de l’orientation islamiques de la ville de Ramhormoz a publié une directive. Celle-ci interdit aux reporters et aux journalistes de cette ville de couvrir les informations sur les suicides. Cette mesure fait suite au suicide de six lycéens à Ramhormoz. Cette ville est située dans la province iranienne du Khouzistan, en peu de temps.

Après le suicide d’un étudiant de 15 ans à Ramhormoz, cinq autres étudiants de cette ville auraient fait de même, auparavant.

Le site web Asr-e Jonoub a rapporté que le gouvernorat et le réseau de santé de la ville de Ramhormoz avaient écrit au département de la culture et de l’orientation islamiques. Le régime clérical l’a chargé de la censure. Il a demandé à l’agence d’interdire formellement à tous les journalistes de faire des reportages sur les suicides dans cette ville.

Un nombre croissant de suicides, qui doit rester discret

Le gouverneur de Ramhormoz a confirmé le nombre croissant de suicides dans sa ville le lundi 16 novembre. Il a affirmé qu’ils enquêtaient sur les cas et les raisons. Quelques heures plus tard, il a demandé au département de la culture et de l’orientation islamiques d’interdire à tous les journalistes de couvrir les informations sur les suicides.

Rostami est le chef du département de l’éducation à Ramhormoz. Il a déclaré qu’au moins 4 000 des 27 000 étudiants de cette ville ne sont pas scolarisés. En effet, ils n’avaient pas de téléphones portables pour suivre des cours en ligne.

Il a clairement indiqué qu’une jeune fille s’est suicidée. Car sa famille n’était pas d’accord avec le fait qu’elle achète un smartphone pour pouvoir poursuivre ses études.

Plus de 7 % des victimes de suicide en Iran sont de jeunes adolescents.

Source : Iran HRM