Publié le : 20th novembre 2020
World-Childrens-Day-for-Children-in-Iran

La Journée mondiale de l’enfance sonne creux pour les enfants d’Iran qui ne jouissent d’aucun droit

CSDHI – Les Nations unies ont adopté la Convention relative aux droits de l’enfant le 20 novembre 1989 pour souligner l’importance de la reconnaissance des droits des enfants.

Le régime d’Iran manie la maltraitance des enfants avec perfection

Cette convention internationale énumère les droits civils, politiques, économiques, sociaux et culturels des enfants qui doivent être reconnus. Les États parties à cette convention sont tenus de respecter et d’appliquer les articles de cette convention.

Comme les enfants n’ont pas le pouvoir de se défendre, chaque pays doit protéger ses enfants par des législations et des politiques administratives spéciales. Les enfants sont l’avenir de chaque pays. Ils doivent donc recevoir une éducation et avoir la possibilité de montrer leurs talents.

Une comparaison de la situation des enfants en Iran avec les normes internationales et les droits des enfants universellement reconnus met en lumière les conditions de vie déplorables des enfants iraniens.

Les mesures adoptées par le régime clérical depuis sa création ne laissent aucun doute sur le fait qu’il ne respecte pas les droits des enfants. Parmi celles-ci, on peut citer l’envoi de dizaines de milliers d’enfants sur les fronts de guerre. Il y a aussi les mariages forcés et précoces des fillettes, ainsi que la torture et l’exécution de centaines d’enfants de moins de 18 ans.

Les autorités du régime gardent le silence. Elles ne prennent aucune mesure pour soulager les douleurs et les souffrances d’une armée d’enfants travailleurs, d’enfants des rues et d’enfants porteurs. Il ne faut pas oublier les millions d’enfants non scolarisés, les millions d’enfants toxicomanes, les orphelins et les enfants vendus.

Les enfants privés d’éducation

Le nombre d’abandons scolaires en Iran a toujours été controversé.

Les responsables du régime fournissent souvent des statistiques contradictoires sur les abandons scolaires. Leur seul but est de minimiser la situation.

Les estimations varient de 2 à 4 millions sur le nombre d’enfants qui sont laissés en dehors de l’école et privés d’éducation. Cela est principalement dû au fait que l’éducation n’est ni gratuite ni obligatoire en Iran. Et les familles pauvres n’ont pas les moyens d’envoyer leurs enfants à l’école. Au lieu de cela, les enfants partent travailler. Et ils aident leur famille à gagner de l’argent.

Cette année, cependant, la situation s’est aggravée depuis l’apparition de la pandémie du coronavirus.

En juillet 2020, 50 % des élèves n’étaient pas scolarisés

Le 20 juillet 2020, l’agence de presse officielle Tasnim a écrit que la pauvreté et le manque d’accès à Internet ont fait que 50 % des élèves en Iran ne sont pas scolarisés. Cela représente environ 7,5 millions. Ce chiffre est basé sur ceux de 2018 concernant la population totale des enfants en âge d’être scolarisés en Iran.

36 % des élèves en Iran (environ 5,5 millions d’élèves) qui vivent dans des villages et des régions reculées n’ont pas les moyens d’acheter un smartphone ou une tablette. C’est ce qu’a écrit le journal Javan, soutenu par les pasdarans, le 5 septembre 2020.

Hossein Ali Shahriari, chef de la Commission de la santé du Parlement des mollahs, a affirmé, le 14 octobre 2020 que « 3,5 millions d’étudiants en Iran n’ont pas accès aux smartphones ou aux tablettes. »

Le porte-parole de la Commission de l’éducation a également révélé que « 3 millions d’étudiants n’ont pas de smartphones ou de tablettes pour accéder à l’éducation en ligne. » Plus de 50 % des villages n’ont pas d’accès à Internet. » (The state-run Modara.ir, 12 octobre 2020)

3,5 millions d’étudiants en Iran n’ont pas les moyens de payer l’enseignement en ligne du ministère de l’éducation. Ils ne peuvent pas acheter l’équipement nécessaire. Et même s’ils l’ont fait, ils n’ont pas accès à l’internet. (tejaratnews.ir, 14 octobre 2020)

Les enfants qui travaillent

La constitution du régime ne mentionne pas les lois et les projets de loi sur la protection de l’enfance. Mais en plus de cela, les lois existantes ouvrent la voie à l’exploitation des enfants.

Par exemple, le régime iranien délivre des certificats de travail officiels et des papiers d’identité aux enfants qui travaillent.

Le nombre d’enfants qui travaillent en Iran se situe, selon la plupart des estimations non officielles, entre 2 et 7 millions.

Au moins un quart des étudiants iraniens sont contraints de quitter l’école chaque année. Un grand nombre d’entre eux rejoignent les 3 à 7 millions d’enfants qui travaillent. (Nahid Tajeddin, membre du conseil d’administration de la Commission sociale du Majlis, Salamat News, 27 septembre 2017)

Environ 4 à 5 % des enfants travailleurs et des rues en Iran sont atteints du sida. Un tiers des enfants infectés ont entre 10 et 14 ans. Deux tiers d’entre eux ont entre 15 et 18 ans. Environ 5 % des garçons et 1 % des filles qui travaillent dans les rues consomment de la drogue. (Al-Arabiya citant le ministère iranien de la santé, 17 juin 2019)

Beaucoup de ces enfants des rues en Iran ont un poids insuffisant. 77 % d’entre eux ont des problèmes dentaires et buccaux et 65 % ont des problèmes cardiaques et pulmonaires.

L’analphabétisme, la privation d’éducation, la privation d’une enfance douce, le fait de contracter le virus HIV AIDs, la dépendance, la dépression, les blessures, les suicides, les abus sexuels, la violence incontrôlée, etc. font partie des maux sociaux qui menacent les enfants travailleurs. » (Agence de presse Howzeh – 1er juin 2020)

Exécution, emprisonnement et torture d’enfants en Iran

Les punitions infligées aux enfants en Iran font partie des questions difficiles liées aux violations des droits de l’homme en Iran. Prenons les exemples des peines de prison et des condamnations à mort.

Selon la Convention des Nations unies relative aux droits de l’enfant, un enfant désigne tout être humain âgé de moins de 18 ans. Mais les lois du régime iranien fixent l’âge légal de la responsabilité à 15 ans pour les garçons et à 9 ans pour les filles.

Malgré toutes les oppositions et critiques nationales et internationales, et malgré l’accent mis par les lois internationales sur l’interdiction d’exécuter des délinquants mineurs de moins de 18 ans, le régime iranien continue de poursuivre et de condamner à mort des enfants comme des adultes.

Le régime iranien est le plus grand détenteur de records en matière d’exécution d’enfants et de jeunes délinquants. Et cela fait dix ans que ça dure. Il condamne à mort des adolescents et il les exécute après avoir atteint l’âge de 18 ans, et parfois juste avant.

Exécution d’enfants lors des manifestations

Le régime des mollahs a tué au moins 23 enfants en Iran lors de la répression sanglante des manifestations de novembre 2019.

Ces manifestations ont eu lieu à la suite de la multiplication par trois du prix de l’essence. Les forces de sécurité et les forces militaires ont utilisé des armes à feu, des chars et des hélicoptères pour réprimer les protestations.

Il existe de nombreuses informations en 2019 sur l’arrestation et la torture d’enfants en Iran.

Citant une source bien informée, Amnesty International a fait état de tortures généralisées d’enfants de 11 à 17 ans dans l’une des villes de la province de Kohgiluyeh-et-Boyer-Ahmad à la suite des manifestations de novembre 2019. Les agents du renseignement et les forces de sécurité ont arrêté les élèves à leur domicile ou à l’école.

Les forces de sécurité ont brutalisé et blessé les enfants arrêtés dans les écoles. Ils ont également utilisé des pistolets paralysants pour leur administrer des décharges électriques.

Selon les informations, les agents du régime ont transféré les enfants arrêtés au centre de correction et de réhabilitation de Yasouj ou à la prison de Dehdasht après la fin de leurs interrogatoires.

Minorités religieuses

Les minorités religieuses sont privées d’accès à l’éducation minimale en raison de leurs croyances. De nombreux enfants en Iran sont privés de leur droit à l’éducation en raison de leur foi.

Dans un cas récent, en juillet 2020, un étudiant bahaï d’élite de 15 ans, à Karaj près de Téhéran, n’a pas eu l’autorisation de poursuivre ses études en raison de ses croyances religieuses. Adib Vali n’est pas autorisé à s’inscrire en dixième année. Plusieurs fois médaillé pour ses résultats, le directeur de l’école de Salam lui a dit le 8 juillet qu’il ne pouvait pas poursuivre ses études à l’école. Adib a étudié de la septième à la neuvième année à l’école de Salam. Il était le meilleur élève de sa classe.

Enfants sans papiers d’identité

La pauvreté est la principale raison de l’existence d’enfants sans certificat de naissance en Iran.

Les statistiques sur le nombre d’enfants non enregistrés varient, de plusieurs dizaines de milliers à un million de personnes, dont la plupart vivent dans les provinces frontalières, notamment au Sistan-Baloutchistan et au Khorasan Razavi (Hamshahri, 19 décembre 2019).

Les pères disent généralement qu’ils n’ont pas l’argent nécessaire pour obtenir les certificats de naissance de leurs enfants. Sans certificat de naissance, les enfants ne peuvent pas aller à l’école. Les hôpitaux ne peuvent pas les admettre, même s’ils sont malades. Dans une vidéo en ligne, une petite fille a déclaré qu’elle souhaitait pouvoir aller à l’école. Un père a fait signe à sa petite fille en disant : « En raison de la thalassémie, tous ses organes tombent en morceaux, l’un après l’autre. Mais parce qu’elle n’a pas d’acte de naissance, elle n’est pas hospitalisée. Ma fille est paralysée. »

Dans une autre partie de la vidéo, on demande à plusieurs filles, assises par terre, « Qui n’a pas de carte d’identité ? Tout le monde a levé la main. Ces enfants innocents sont tous privés de la possibilité d’étudier, d’avoir une carte d’identité nationale,. Ils ne peuvent même pas recevoir une aide financière.

Les mariages d’enfants

Le régime a officiellement enregistré 234 000 mariages de jeunes filles de moins de 15 ans de mars 2017 à mars 2018 (année persane 1396). 194 de ces mariages étaient des mariages de fillettes de moins de 10 ans. Les derniers chiffres sur les mariages de moins de 15 ans en Iran pendant la même période étaient de 43 000.

Selon les nouvelles statistiques publiées par l’organisation nationale du recensement, les détenteurs du record des mariages d’enfants de moins de 15 ans en 2017 étaient les provinces :

  • de Zajan avec 14,7 %,
  • du nord du Khorasan avec 12,5 %,
  • de l’est de l’Azerbaïdjan avec 11,8 %,
  • d’Ardabil avec 11,6 % et
  • de Razavi Khorasan avec 11,5 %.

Parvaneh Salahshouri, membre du parlement des mollahs, avait précédemment annoncé que les mariages précoces de moins de 15 ans constituaient 6 % de l’ensemble des mariages. (IRNA – 6 janvier 2019)

Ali Kazemi, conseiller auprès du député de la branche judiciaire, a annoncé en mars 2019, qu’entre 5 et 600 000 filles se marient chaque année. Ce chiffre concerne les mariages officiellement enregistrés. Il n’inclut pas ceux qui ne l’ont pas été officiellement. (Le quotidien officiel Entekhab – 4 mars 2019)

L’âge légal du mariage des filles est fixé à 13 ans

L’âge légal du mariage pour les filles en Iran est de 13 ans. La commission parlementaire judiciaire et juridique a rejeté un projet. Celui-ci proposait d’augmenter l’âge minimum du mariage pour les filles en décembre 2018. (Agence de presse Fars – 23 décembre 2018)

La pauvreté est l’une des principales raisons des mariages précoces chez les enfants, en particulier chez les filles.

L’année dernière, l’agence de presse officielle IRNA a publié un document choquant. C’était un article sur les prêts au mariage et leur relation avec la vente d’enfants en Iran. Le rapport disait : « Le régime a porté le montant du prêt au mariage à 30 millions de tomans en 2019. Ensuite, le nombre de mariages d’enfants de moins de 15 ans a quadruplé dans certaines régions du pays. Certaines familles vendent pratiquement leurs filles pour avoir ce prêt. Les statistiques du registre national sur le divorce des filles de moins de 13 ans montrent que les mariages d’enfants sont en augmentation dans le pays. Les experts estiment que cette question a des conséquences horribles pour l’avenir ». (IRNA – 31 décembre 2019)

Le projet de loi pour la protection des enfants et des adolescents

Le 21 mai 2020, le peuple iranien a vécu un terrible choc. Il a appris que le père de Romina Ashrafi, 14 ans, l’avait décapitée pendant son sommeil. Ce qu’on a appris après ont confirmé que le père de Romina savait qu’il bénéficierait du soutien du régime clérical. Mais aussi, des lois misogynes injustes du pouvoir judiciaire avant de tuer sa fille.

A la suite du meurtre de Romina Ashrafi, d’autres crimes d’honneurs épouvantables ont eu lieu. Ils ont eu un impact significatif sur l’opinion publique, tant en Iran qu’à l’étranger.

Une semaine plus tard, Hassan Rouhani a répondu à l’indignation générale suscitée par ces crimes d’honneur. Le président des mollahs a ordonné l’adoption du projet de loi sur les droits de l’enfant.

Le parlement a adopté, à la hâte le 7 juin 2020, le projet de loi sur la protection des enfants et des adolescents, après 11 ans de traîtrise. Le projet de loi est en fait dépourvu de toute garantie exécutive. Il n’aborde aucune des politiques ou des lois du régime qui violent les droits des enfants en Iran. Le projet de loi ne prévoit pas non plus de moyens pour garantir l’allocation d’un budget suffisant pour répondre aux besoins des enfants travailleurs ou des veuves d’enfants.

Le projet de loi n’aborde pas davantage les lois sur le mariage du régime clérical. Celles-ci fixent l’âge légal du mariage pour les filles à 13 ans. Et l’âge légal de la responsabilité pénale des filles est fixé à 9 ans.

En outre, le projet de loi ne contient pas de dispositions garantissant une aide financière aux familles à faible revenu. Le but est d’améliorer les conditions de vie et l’éducation de leurs enfants.

Source : Iran HRM