Publié le : 26th novembre 2020
colporteuses iran

La vie tragique des colporteuses en Iran

CSDHI – En Iran, les colporteuses sont confrontées à l’humiliation et au risque de mort. En ces temps difficiles il est difficile de joindre les deux bouts.

Ce sont les premières victimes de la paupérisation de la société

Luttant contre la pauvreté et la misogynie institutionnalisée, ces femmes sont de travailler de longues heures pour un maigre salaire. De surcroît, elles doivent éviter de prendre les places occupées par les hommes. Ainsi, elles sont contraintes de travailler dans les espaces les plus fréquentés. C’est là que le risque de contracter un coronavirus est le plus élevé.

Il y a au moins 4 millions de femmes chefs de famille en Iran. Le régime iranien a admis que 82 % d’entre elles sont au chômage et vivent sous le seuil de pauvreté. Mais cela est étonnant car le régime aime cacher les statistiques qui leur font perdre la face. Ces femmes font tout ce qu’elles peuvent pour que leur famille reste en vie.

Elles sont économiquement abandonnées par le régime

Cependant, le gouvernement fait de son mieux pour assurer le contraire, semble-t-il, avec des règles incroyablement strictes concernant les services sociaux. Pour y avoir droit, une femme doit gagner moins de 60 % du salaire mensuel minimum. Dans le cas contraire, elle est considérée comme inéligible. Mais si elles gagnent moins que le salaire minimum fixé par le ministère du travail, comment peuvent-elles être considérées comme admissibles sans aide sociale ?

Même celles qui ont droit à l’aide sociale constateront qu’elle ne leur permet pas de subvenir à leurs besoins, sans parler de ceux de leurs enfants. Elles doivent donc vendre des biens pour survivre.

« Je dois travailler dans cette station de métro à haut risque plusieurs heures par jour. Je n’ai pas d’autre moyen de gagner ma vie. Je suis la chef de famille et j’ai deux enfants étudiants. Mon loyer s’élève à plus d’un million de Tomans. Que dois-je faire ? », a déclaré à ILNA une femme qui vend des foulards dans la station de métro.

« Mon mari est malade et couché à la maison. Je dois travailler. La moitié de mes revenus partent dans le loyer de la maison ! Dans la banlieue de Karaj, le loyer me coûte plus d’un million de tomans par mois. Est-ce que je peux me permettre d’être au chômage ! J’ai peur du Coronavirus, j’ai très peur, mais je n’ai pas le choix. Les prix ont augmenté et je dois prendre le métro plus qu’avant », a déclaré une femme de 60 ans, citée par ILNA.

Bien sûr, les informations officielles sur les colporteuses sont, au mieux, confuses.

Le régime iranien les condamne à mort

Seyed Ali Mafakherian, PDG de l’Organisation de Téhéran et de la Société pour l’emploi, a déclaré en septembre que Téhéran comptait 10 000 colporteurs. Tandis que Hassan Khalilabadi, membre du conseil municipal de Téhéran, a attribué cette augmentation au coronavirus et à la hausse du chômage qui en résulte, notamment chez les femmes.

Le gouvernement, plutôt que d’aider les personnes appauvries ou, à tout le moins, d’arrêter de les voler, blâme les pauvres pour leurs problèmes. Il s’en prend même violemment aux plus vulnérables.

« Les agents de sécurité nous font descendre des trains. Ou bien ils ne nous autorisent pas à travailler dans les gares. Ils nous disent simplement : « Allez, partez d’ici ! En général, les agents ne nous traitent pas bien », a déclaré une femme.

« J’ai donné les avertissements nécessaires pour cela. Le centre de surveillance fournit des informations … À l’entrée des gares, si nous remarquons les colporteuses, nous les expulsons », a déclaré Farnoush Nobakht, PDG de la société d’exploitation du métro de Téhéran et de sa banlieue.

Bien sûr, comme le souligne l’économiste et professeur Zahra Karimi Moghari, la seule façon d’éliminer les colporteuses est de créer des emplois décents qui leur donnent une sécurité financière.

Cependant, l’expérience montre que le système en place ne permettra pas d’atteindre cet objectif. Les autorités iraniennes veulent maintenir le pouvoir. En outre, elles considèrent la répression des femmes comme un moyen idéal d’étouffer la société entière.

Source : Iran Focus (site anglais)