Publié le : 26th novembre 2020

manifestations iranCSDHI – Le dimanche 22 novembre, les employés d’une entreprise de soins de santé de la province de Yazd ont organisé un rassemblement.

Protestation contre des salaires non payés

Ils protestent contre la discrimination systématique. Lors de leur rassemblement devant le bureau du gouvernorat de la province, ils ont également réclamé leurs salaires non payés et en retard.

Les manifestants ont également demandé au ministère de la santé de dissoudre les entreprises de soins de santé. Selon les employés, ces entreprises sont en dehors du cadre du droit du travail. D’autre part, les manifestants ont déclaré que l’entreprise les a privés de 50 % des pensions. Pourtant, l’article 10 de la loi sur la gestion de la fonction publique les leur accorde.

« Nous n’avons pas le droit au parking de l’entreprise. Nous n’avons jamais bénéficié de prestations sociales, d’heures supplémentaires et d’avantages jusqu’à présent », a expliqué le personnel protestataire.

Actuellement, plus de 900 employés travaillent dans ces entreprises et en tant que personnel contractuel. Au cours des neuf derniers mois – depuis le début de la maladie Covid-19 en Iran -, ils ont travaillé aux côtés du personnel médical dans différents hôpitaux et centres médicaux.

Le bilan des décès dus à la maladie Covid-19 bat tous les records dans la province de Yazd

En outre, parallèlement au début de la saison d’automne, le nombre de décès dus aux coronavirus a augmenté de façon spectaculaire et a battu tous les records. La semaine dernière, deux hauts fonctionnaires ont démissionné du ministère de la santé. C’est l’incapacité du gouvernement à contenir la crise sanitaire et l’ingérence des politiciens dans les questions médicales qui les a conduit à agir ainsi.

Le 20 novembre, Reza Malekzadeh, vice-ministre de la santé, et Ali Nobakht, conseiller du ministre de la santé, ont démissionné. Ils protestent contre les échecs du gouvernement dans la lutte contre la crise sanitaire. Dans leurs lettres de démission adressées au ministre de la santé Saeed Namaki, ils lui ont ouvertement reproché l’augmentation effrénée du nombre de décès.

L’ancien ministre des sciences et actuel chef du Conseil médical suprême d’Iran, Mostafa Moeen, a également blâmé le ministère de la santé pour les méthodes et les remèdes non scientifiques. « La négligence concernant les conséquences des mesures et des autorisations non scientifiques du ministère de la santé sont les médiums qui mènent à diverses questions. Notamment, la médecine islamique, traditionnelle ou iranienne qui joue littéralement avec la vie des gens alors qu’elle est scientifiquement non fondée », a cité le quotidien Hamshahri le 22 novembre.

Notamment, Yazd est l’une des provinces iraniennes les plus touchées avec un taux de mortalité supérieur à la moyenne nationale. Au cours des derniers mois, les médecins et les infirmières du secteur public ont à maintes reprises lancé des rassemblements. Ils réclamaient leurs arriérés.

Aux côtés du personnel médical des provinces du Khouzistan, de Kerman, de Markazi, du Lorestan, de Khorassan-e Razavi et de l’Azerbaïdjan occidental, les travailleurs de la santé de Yazd ont organisé plusieurs rassemblements devant le gouvernorat provincial.

Les employés d’entreprises de soins de santé sous contrat demandent l’intervention du ministère de la santé

La situation des employés de la société de santé Yazd n’est que la partie émergée de l’iceberg. Les travailleurs de la santé des entreprises sous contrat estiment que leurs employeurs travaillent dans l’illégalité et les exploitent.

Dans ce contexte, ces personnes désintéressées ont demandé à maintes reprises au ministère de la santé de dissoudre ces entreprises. Ces sociétés privent leur personnel de ses droits minimums. Tandis que le ministère de la santé et ses subordonnés lui versent un salaire plusieurs fois supérieur à celui des employés contractuels.

Bien entendu, tout le personnel médical contractuel est confronté à des problèmes similaires. Auparavant, le chef de la Task Force Covid-19 de Téhéran, Alireza Zali, avait demandé au ministère de la santé d’embaucher officiellement ces travailleurs de la santé.

L’administration de Hassan Rouhani a d’abord accepté le plan. Puis, elle a annoncé qu’elle en embaucherait au moins 3 000. Cependant, après plusieurs mois, le plan est resté sur le papier et il n’a toujours pas été mis en œuvre.

Source : INU