Publié le : 31st décembre 2020
soulèvement iran

Les protestations s’accélèrent en Iran

CSDHI – Les médias officiels continuent de mettre en garde contre une probable protestation de la population.

La pauvreté déclenchera-t-elle un énorme soulèvement national ?

En effet, en raison de l’incapacité du gouvernement à atténuer les crises croissantes dans ce pays, notamment la pauvreté, l’inflation et la Covid-19, le pays risque d’être le théâtre de futures émeutes.

Le 19 décembre, le quotidien Hamdeli a écrit que le seuil de pauvreté était désormais de 100 millions de rials [environ 325 €], selon la Banque centrale d’Iran (BCI). Cependant, la plupart des travailleurs luttent pour gagner ne serait-ce qu’un quart de ce montant. Et par ailleurs, la sécurité sociale a supprimé de ses registres 70 et 80 médicaments, ce qui signifie que les Iraniens devront payer de leur poche.

Pendant ce temps, l’agence de presse semi-officielle ILNA et le point de vente Siyasat-e Rouz ont discuté de la hausse des coûts de la nourriture. Beaucoup d’entre eux n’ont pas les moyens d’acheter de la viande. Le prix de la volaille a augmenté de 26,2 %, celui de la viande de 13 % et celui du riz de 9,2 %.

Le coronavirus, un facteur aggravant de la crise

L’une des choses qui aggrave le désastre économique est l’épidémie du coronavirus. Mais le gouvernement ne fait pas grand-chose non plus pour lutter contre elle, puisque le nombre de morts a atteint 193 300, lundi 28 décembre.

En fait, le gouvernement ne s’est pas contenté d’essayer de dissimuler le virus au début pour assurer une plus grande participation aux élections et aux défilés de commémoration, boycottés pour des raisons totalement différentes.

Ils sont allés jusqu’à qualifier ce boycott de « bénédiction divine », car ils pensaient qu’il mettrait fin aux protestations de masse qui auraient pu les chasser du pouvoir.

Le gouvernement a même refusé d’acheter des vaccins étrangers. Les responsables, dont le président Hassan Rouhani et le chef du BCI, Abdolnasser Hemmati, lui attribuent la responsabilité des sanctions.

Le groupe Gavi, basé à Genève, est l’un des trois groupes impliqués dans le système de paiement COVAX pour l’achat de vaccins contre les coronavirus. Il a déclaré qu’il n’y avait pas de « barrière juridique » à l’achat de vaccins par l’Iran. Même Nasser Riahi, le chef de l’Union iranienne des importateurs de médicaments, a déclaré au quotidien Sepid que l’Iran pouvait acheter le vaccin et que les affirmations des responsables étaient « fausses. »

En Iran, la population attend ses vaccins

En conséquence, « #BuyVaccine » est devenu un hashtag tendance sur le Twitter iranien dimanche, selon le quotidien Sharq.

Il n’est pas surprenant que la population se méfie du gouvernement, comme l’a écrit le quotidien Arman lundi, car les remarques contradictoires des autorités ont affaibli le peu de confiance que le peuple d’Iran avait dans le régime.

« De nombreux pays ont commencé la vaccination de masse… En attendant, nous, en Iran, attendons toujours de bonnes nouvelles sur la possibilité d’entrée des vaccins en Iran. Tout cela signifie que nous allons faire face à plus de victimes », a écrit le quotidien Shargh le 22 décembre.

« Pourquoi notre peuple et notre personnel médical devraient-ils être privés de ces vaccins ? Quand il s’agit de la vie des gens, pourquoi nos politiciens ne veulent-ils pas changer un peu leur mauvaise politique pour sauver la vie des gens de ce pays ? La vie de notre peuple est-elle sans valeur ? a ajouté le quotidien Shargh.

Source : Iran Focus (site anglais)