Publié le : 13th janvier 2021

Khamenei-RohaniInternational Policy Digest, 9 janvier 2021 – En tant qu’Irlandais-Iranien, je suis ravi d’entrer en 2021 avec un sentiment d’espoir renouvelé concernant l’avenir de la politique européenne à l’égard de ma patrie.Pendant la plus grande partie de ma vie, j’ai vu avec consternation les dirigeants occidentaux laisser le régime iranien s’en tirer avec des meurtres – parfois littéralement. Mais aujourd’hui, la justice est rendue à au moins deux agents du régime iranien, et cela pourrait très bien préparer le terrain pour des campagnes de responsabilisation plus larges.

Les tendances de longue date à la conciliation ont été remises en cause par Washington avec l’avènement d’une stratégie de « pression maximale » visant à forcer la République islamique à opérer de vastes changements. Mais les gouvernements européens l’ont repoussée avec suffisamment de force pour donner l’impression qu’ils se rangeaient en fait du côté d’une dictature iranienne, au détriment des valeurs qui définissent la démocratie occidentale.

Il a été décevant, mais pas surprenant, de constater que l’Union européenne et certains de ses membres ont donné la priorité à l’accord nucléaire iranien de 2015 avant toute autre question, surtout après le retrait du président américain Donald Trump de l’accord en 2018. Dans les discussions qui ont suivi, les Européens ont évité de faire référence au terrorisme et aux violations des droits de l’homme au niveau national, encore plus que lors des négociations initiales. Même lorsque l’Iran a systématiquement violé toutes les dispositions de l’accord nucléaire, l’UE a refusé d’adopter une position plus ferme à l’égard de la République islamique.

Dans une large mesure, cette impudeur persiste encore aujourd’hui. Ce n’est pas la direction politique de l’UE qui m’a inspiré mon optimisme à l’approche de 2021, mais plutôt son système judiciaire. Fin novembre, pour la première fois, un diplomate iranien a été traduit en justice après avoir été inculpé de terrorisme. Un tribunal d’Anvers, en Belgique, doit rendre son verdict le 22 janvier. Le ministère public a demandé au tribunal d’imposer la peine maximale de 20 ans d’emprisonnement à Assadollah Assadi.

 

Les preuves du procureur démontrent qu’Assadollah Assadi, le troisième conseiller de l’ambassade d’Iran à Vienne, a commandé trois agents en 2018 alors qu’ils tentaient de faire exploser une bombe à un rassemblement annuel d’expatriés iraniens à Paris.

Non seulement le lieu ciblé était situé au cœur de l’Europe, mais des centaines de dignitaires politiques du monde entier y ont également assisté, dont beaucoup de parlementaires et d’éminents experts en politique étrangère d’Europe et d’Amérique du Nord. Selon toute vraisemblance, certains d’entre eux auraient été tués si l’équipe d’Assadi avait accompli sa mission de faire exploser la bombe.

Le procès a établi qu’Assadi a personnellement fait passer des explosifs d’Iran en contrebande, dans sa valise diplomatique, alors qu’il voyageait sur Austrian Airlines avec un passeport diplomatique ; et qu’il avait agi sur les instructions explicites de hauts responsables du régime iranien. Les procureurs ont cité cette affaire comme un exemple de terrorisme d’État contre des cibles européennes, avec des conséquences potentiellement fatales pour le personnel occidental. Ce récit du complot a certainement contribué à souligner la nature autodestructrice des politiques occidentales qui ignorent les activités malveillantes de Téhéran. Par extension, l’affaire Assadi a certainement contribué à pousser les décideurs politiques occidentaux à reconnaître le coût potentiel d’un refus de voir les activités malveillantes du régime.

Cela dit, je suis d’un optimisme prudent, comme la plupart de mes compatriotes iraniens, j’en suis sûr. L’affaire Assadi est une étape importante, mais elle n’a pas encore été étayée par des changements politiques officiels qui permettraient de progresser dans la bonne direction.

Le procès à venir en Suède contre Hamid Noury, un ancien interrogateur, est une autre raison d’être optimiste. C’est la première fois qu’un responsable iranien est poursuivi – ou subit des conséquences quelconques – pour avoir participé au massacre d’environ 30 000 prisonniers politiques en Iran en 1988.

Noury est accusé d’avoir mené des interrogatoires sous la torture dans les prisons d’Evine et de Gohardasht dans le cadre de la tentative du régime clérical d’éradiquer la dissidence organisée, en particulier l’Organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran (OMPI/MEK). Les déclarations des témoins indiquent que Noury a non seulement collaboré avec la « commission de la mort » qui était responsable de l’envoi de milliers de dissidents à la potence, mais qu’il a personnellement procédé à certaines des exécutions.

Les poursuites engagées contre Noury et Assadi pourraient être la première étape vers des efforts plus concertés visant à demander des comptes à tous les autres auteurs de ces crimes. Pour ce faire, la politique étrangère européenne doit suivre le mouvement et s’efforcer de réparer les années d’échec de la politique iranienne.

Si l’on ne saurait trop insister sur l’importance de ces poursuites, nous ne devons pas pour autant nous reposer sur nos lauriers. Nous devons continuer à exiger un véritable changement de politique de la part des décideurs européens, mais nous pouvons, du moins pour le moment, considérer la justice en action comme une raison d’être optimiste, à un moment où les Iraniens – et le monde entier – en ont le plus besoin.