Publié le : 14th janvier 2021

décès coronavirus iranCSDHI – Les décès dus à la COVID-19 en Iran ont maintenant atteint le chiffre de plus de 200 000. C’est le seuil révélé par l’Organisation des Moudjahidines du peuple d’Iran (OMPI/MEK). En effet, elle dénonce les politiques « inhumaines » du régime qui détruisent la vie des gens.

« L’épidémie de la Covid-19 en Iran s’est transformée en une catastrophe humanitaire majeure. La raison en est la dissimulation systématique et de l’inaction du régime. Maintenant, alors que les pays se préparent à repousser le virus en utilisant des vaccins crédibles, le Guide suprême du régime, Ali Khamenei, a publiquement interdit l’entrée des vaccins américains et britanniques en Iran », ont écrit les dissidents.

En fait, Khamenei a déclaré qu’il avait « ordonné » aux autorités de ne pas importer le vaccin. Pourtant, il a publiquement blâmé les sanctions internationales, malgré le fait que l’Office du contrôle des avoirs étrangers (OFAC) du Trésor américain et l’agent de distribution du vaccin COVAX ont déclaré que les sanctions n’avaient pas arrêté l’importation du vaccin.

Nasser Riahi, le chef de l’Union iranienne des importateurs de médicaments, a admis en décembre qu’il n’y avait aucun problème avec l’achat du vaccin ou de tout autre médicament. Même le président Hassan Rouhani a admis samedi que le régime aurait pu importer des vaccins plus tôt. En effet, les fabricants les leur proposaient, mais il a refusé.

Le MEK a déclaré que cela prouve que le régime voulait utiliser le coronavirus pour opprimer le peuple iranien. C’est ce que Khamenei a clairement indiqué en mars 2020, lorsqu’il a décrit cela comme un « test », une « opportunité » et une « bénédiction divine ». Le régime invente toutes sortes d’excuses. Mais la vérité est qu’ils essaient juste de gagner du temps et de laisser mourir plus de gens.

Le refus d’importer des vaccins a été condamné dans le monde entier. Mansoureh Mills, chercheur à Amnesty International, a déclaré que ce refus était « en phase avec le mépris des autorités pour les droits humains, y compris le droit à la vie et à la santé. Et cela dure depuis des décennies. »

« Les fautorités ont déclaré qu’il n’était pas possible d’importer des vaccins étrangers. Pourtant, nous constatons que des vaccins ont été importés de pays fiables et sont utilisés par des responsables iraniens, ainsi que par leurs enfants et leurs associés », a écrit le journal officiel Aftab-e Yazd.

Le régime prétend développer un vaccin national. Or 167 pharmaciens iraniens ont qualifié cette initiative de « blague », mais il est sous le contrôle de l’institution financière de Khamenei et même les médias officiels disent que cela lui rapportera un énorme profit.

Le régime a non seulement menti sur le virus au début et a continué à le dissimuler, mais il l’a également utilisé pour réprimer les protestations populaires. Nous savons qu’il se soucie davantage de s’accrocher au pouvoir que de la vie des Iraniens. Cela a accru la haine des gens envers le régime et devrait susciter la condamnation internationale.

Source : INU