Publié le : 22nd janvier 2021
Nazanin-Mohammad-Nezhad

Nazanin Mohammad Nezhad

CSDHI – Mme Nazanin Mohammad Nezhad est une écrivaine et poétesse, âgée de 33 ans.

Détenue dans un quartier contrôlé par les pasdarans

Les autorités carcérales l’ont emprisonnée dans le quartier 2A de la prison d’Evine en Iran, depuis le 28 novembre 2020. Ce quartier est placé sous le contrôle et la surveillance des pasdarans (IRGC). Le motif de son arrestation n’est pas connu et toutes ses affaires personnelles sont confisquées.

Elham, sa soeur, a posté une vidéo sur son compte Twitter. Elle a déclaré que la famille sait seulement que les pasdarans l’ont enfermée dans le pavillon 2A de la prison d’Evine, qu’ils contrôlent. Elham Mohammad Nezhad a souligné que Nazanin n’était pas politiquement active. Elle aime juste la littérature. Elle a écrit quelques articles dans une publication étudiante.

Comme l’a rapporté le Writers Club, pendant sa détention, elle a eu trois courts appels avec sa famille. Elle a déclaré que les autorités ne l’ont pas autorisée à parler de la raison de son arrestation. Pendant sa détention, les autorités l’ont privée d’avocat et de visite à sa famille.

Nazanin Mohammad Nezhad est née à la fin de l’hiver 1988 à Mahshahr. Elle réside à Téhéran. Lorsqu’elle était étudiante à l’université de Téhéran, elle n’a pas eu le droit d’aller à l’université pendant un an en raison de ses activités étudiantes et de ses articles, publiés dans des publications étudiantes.

En 2009 et lors de manifestations populaires, les autorités iraniennes l’ont détenue pendant quelques jours. Comme l’a écrit la chaîne Iran Writers Club, Nazanin Mohammad Nezhad a publié « quelques poèmes, critiques littéraires, traductions et articles sur les femmes, les travailleurs, les discriminations structurelles dans les universités et les conditions de vie dans les petits comtés du Khouzistan. » (Source : Site web de DW – 11 janvier 2021)

Commandant des SSF : 4000 sites web identifiés

Le chef des Forces de Sécurité de l’Etat (SSF) a déclaré que les autorités ont identifié 4000 sites web. Les SSF ont arrêté plusieurs personnes en relation avec ces sites.

Hossein Ashtari a déclaré aux journalistes : « Ces sites web ont agi pour perturber l’opinion publique pendant la pandémie du coronavirus. Les agents les ont identifiés et ils ont fait l’objet d’une action légale. Ils ont arrêté les personnes liées et présenté aux autorités judiciaires. » (Agence de presse officielle Tasnim – 13 janvier 2021)