Publié le : 26th janvier 2021
mariages-enfants-iran

Mariage de petite fille en Iran

CSDHI – Un projet de loi parlementaire prévoit d’augmenter le montant des prêts au mariage pour les filles de moins de 23 ans. A la suite de son approbation, des responsables et des militants iraniens ont averti que les mariages d’enfants vont augmenter.

La somme accordée au titre du prêt au mariage est en augmentation

Rahim Zar’e, le porte-parole de la commission de fusion budgétaire du Parlement iranien, a déclaré auparavant que les prêts au mariage, qui étaient autrefois de 50 millions de tomans, sont passés à 70 millions de tomans et que « les garçons de moins de 25 ans et les filles de moins de 23 ans recevraient 100 millions de tomans (environ 3 300 €) chacun. »

Selon l’agence de presse officielle ISNA, le vice-ministre des sports et de la jeunesse, Mohammad Mehdi Tondgouyan, a déclaré que le prêt ne contribuerait pas à diminuer l’âge du mariage. Toutefois, cela risque d’encourager les mariages d’enfants.

« Selon nos statistiques, compte-tenu des circonstances acceptables en matière d’économie, de logement et d’emploi, le meilleur âge du mariage selon les hommes est de plus de 26 ans et de plus de 24 ans pour les femmes », a déclaré le vice-ministre.

Les déviations morales vont s’accroître

M. Tondgouyan a ajouté que l’augmentation du prêt au mariage ne fera qu’accroître les « déviations » (morales) et le nombre de « mariages et divorces superficiels », puisque les gens seront encouragés à se marier uniquement pour bénéficier du prêt.

Il a également demandé pourquoi le prêt de 100 millions de toman n’était accordé qu’aux femmes de moins de 23 ans et aux hommes de moins de 25 ans.

« L’inflation et les problèmes économiques ainsi que les problèmes de logement et d’emploi frappent tous les âges », a-t-il déclaré.

« Certains nés dans les années 1980 sont toujours célibataires en raison de problèmes économiques et cette décision leur sera moins commode », a ajouté M. Tondgouyan.

Le ministère des Sports et de la Jeunesse avait averti l’année dernière que l’augmentation des prêts de mariage en 2018 et 2019 avait entraîné une augmentation des mariages d’enfants de moins de 15 ans.

Les demandeurs des prêts sont des mineures : Mariage forcé ?

« Les deux tiers des demandeurs de ces prêts étaient de jeunes femmes de moins de 18 ans, ce qui équivaut à des mariages forcés », a-t-il ajouté.

Une militante des droits des enfants, Tita Ghozati, a également déclaré que l’augmentation du prêt de mariage conduirait à des mariages précoces.

Mme Ghozati a déclaré que la pauvreté et la toxicomanie causent les mariages précoces.

« Dans de tels cas, les familles préfèrent les mariages d’enfants au travail des enfants, car cela permet d’offrir de meilleures conditions à l’enfant », a déclaré Mme Ghozati.

« La proportion de mariages précoces est généralement plus élevée dans les zones non urbaines et dans les zones touchées par la pauvreté. Cela montre que les changements culturels et l’amélioration de l’éducation économique et sociale feront baisser le nombre de mariages d’enfants », a ajouté la militante.

Selon le Centre statistique d’Iran, 7 000 filles de moins de 14 ans ont été mariées au cours des trois premiers mois du calendrier persan en 2020 (mars, avril, mai).

Le Parlement iranien rejette un projet de loi proposant d’augmenter l’âge du mariage d’enfants

Le Parlement iranien a continuellement rejeté un projet de loi proposant d’augmenter l’âge du mariage pour les enfants.

Le soi-disant projet de loi sur les enfants-conjoints, présenté au Parlement en 2016, proposait une interdiction absolue du mariage des filles iraniennes de moins de 13 ans et une interdiction absolue du mariage des garçons de moins de 16 ans.

Selon le député Hassan Nourozi, qui est un ardent défenseur du rejet du projet de loi, celui-ci comporte des « problèmes ».

Selon des députés iraniens, une fille de 15 ans est apte à se marier !

« À notre avis, le projet de loi pose certains problèmes parce qu’un grand nombre de critères ne sont pas acceptables. Les représentants de la Commission des affaires juridiques considèrent qu’une jeune fille de 15 ans n’est pas une enfant… et est apte à se marier », a déclaré le religieux.

M. Nourozi a déclaré que selon les lois de la charia, la jurisprudence de Qom et les experts iraniens et libanais, une fille entre dans la puberté à l’âge de 9 ans. Et les fanatiques concernés la considèrent comme apte au mariage.

En effet, les mariages d’enfants ont des conséquences désastreuses pour les jeunes mariées, notamment la grossesse, la mort en couches, la dépression et parfois le suicide, en plus du divorce et du manque d’éducation.

La Convention des Nations unies relative aux droits de l’enfant a interdit les mariages d’enfants.

Le mariage d’enfants ou le mariage sans le libre et plein consentement des deux époux est une violation des droits humains. Il n’est pas conforme à plusieurs accords internationaux, notamment la Déclaration universelle des droits de l’homme, la Convention sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes (CEDAW) et la Convention sur le consentement au mariage, l’âge minimum du mariage et l’enregistrement des mariages. Selon l’UNICEF, environ 39 000 filles de moins de 18 ans se marient chaque jour dans le monde.

Source : Iran News Wire