Publié le : 16th février 2021
Ebrahim-Firoozi

Ebrahim Firoozi

CSDHI – Le converti chrétien iranien Ebrahim Firoozi a entamé une grève de la faim depuis le 13 février.

Une grève de la faim en signe de protestation

Il demande un « acquittement total » de ce qu’il appelle les « fausses allégations » faites par le ministère du renseignement contre lui.

Il avait précédemment annoncé qu’il allait entamer une grève de la faim pour protester contre la confiscation constante de son téléphone portable et de son ordinateur portable par le ministère du renseignement.

Ce converti chrétien de 34 ans a déjà passé 15 mois en exil. Les autorités l’ont arrêté et conduit à la prison de Chabahar le 8 février. Mais avant cela, elles l’avaient convoqué pour répondre à de nouvelles accusations de « propagande contre la République islamique en faveur de groupes hostiles. »

Ces allégations sont tombées après la diffusion de vidéos sur les médias sociaux. Dans celles-ci, il se plaignait de la poursuite des violations de ses droits.

Arrêté car il s’est converti au christianisme

L’arrestation d’Ebrahim Firoozi a eu lieu en janvier 2010 parce qu’il s’est converti au christianisme. Mais aussi parce qu’il a prétendument organisé des réunions religieuses chrétiennes.

Lors de sa première arrestation, les autorités ont promis de le libérer s’il se déclarait musulman, a indiqué une source. Après le refus de Firoozi, le tribunal révolutionnaire de Karaj l’a reconnu coupable de « propagande contre l’État » pour sa conversion religieuse et ses activités missionnaires présumées. Il l’a condamné à cinq mois de prison avec une peine supplémentaire de cinq mois de prison avec sursis. Les autorités l’ont libéré le 8 juin 2011.

Firoozi est arrêté une seconde fois le 8 mars 2012. En effet, il aurait selon les autorités iraniennes, « tenté de créer un site web enseignant le christianisme. » Le but est de convertir les gens. La justice l’a, à nouveau, accusé de « propagande contre l’État. » Cela lui a valu une condamnation d’un an de prison. A cela s’ajoutent deux ans d’exil. C’est le juge Hassan Babaee du tribunal révolutionnaire de Robat Karim qui a prononcé le verdict. La Cour d’appel a confirmé la décision.

Arrêté trois fois, toujours pour ses croyances

Les forces du régime ont arrêté le chrétien converti, une troisième fois, le 16 septembre 2013. Elles l’ont placé en détention dans le quartier 240. Ce dernier est sous le contrôle du ministère du renseignement, à la prison d’Evine à Téhéran où on l’a « insulté pour ses croyances. » Il a subi des pressions pour faire de faux aveux, a déclaré la source.

En avril 2015, le juge Mohammad Moghisseh de la branche 28 du tribunal révolutionnaire a condamné Firoozi à cinq ans de prison pour « création d’un groupe dans l’intention de perturber la sécurité nationale. »

Sa libération date d’octobre 2019 après avoir purgé près de six ans de prison pour ses activités religieuses. Plus tard, en novembre 2019, on l’a envoyé en exil dans la lointaine province du Sistan-Baloutchistan.

Source : Iran HRM