Publié le : 18th février 2021

baloutches-iranCSDHI – Les forces de sécurité iraniennes ont abattu un Baloutche de 19 ans dans une province pauvre du sud-est de l’Iran.  Ce meurtre arbitraire porte à sept le nombre total de tirs mortels des forces du régime en février 2021.

Un Baloutche de plus abattu par le régime

Les forces de sécurité ont abattu le jeune homme baloutche, Mohammad Sanjarzehi, le 15 février. Il transportait un bidon d’essence de 60 litres lorsque les forces de sécurité ont tiré sur sa voiture sans avertissement préalable.

Le régime iranien est bien connu pour ses tirs mortels sur les Iraniens, en particulier sur les membres des minorités baloutche et kurde.

Les citoyens baloutches appauvris sont obligés de transporter du carburant pour joindre les deux bouts.

Les forces de sécurité officielles avaient auparavant tiré sur un autre Baloutche et l’ont tué. Elles ont également blessé un autre Baloutche dans la province du Sistan-Baloutchistan le 13 février.

Des agents de lutte anti-drogue du Sistan-Baloutchistan ont tiré sur la voiture de Qasem Arzi Zehi sans avertissement préalable. Sa voiture s’est renversée, entraînant sa mort. Par ailleurs, ils ont blessé un autre homme non identifié qui était avec lui.

Les forces du régime tuent chaque année des dizaines de citoyens baloutches, y compris des passants innocents, dans ce que les autorités appellent des « opérations de lutte contre la contrebande » dans le Sistan-Baloutchistan.

La province iranienne du Sistan-Baloutchistan

Le Sistan-Baloutchistan est l’une des provinces les plus pauvres d’Iran. Il n’y a pas d’emplois dans la région. Même les personnes instruites doivent recourir à la contrebande de carburant pour gagner leur vie.

Les habitants de la province sont confrontés à des problèmes sociaux. Ils se heurtent aussi à des difficultés économiques incalculables. Cela est dû à la privation et de la pauvreté qui sévissent depuis longtemps et qui s’aggravent à mesure que les inégalités s’accentuent.

Certains ont même fui la province pour la voisine, celle de Kerman. Mais elle est elle-même l’une des plus pauvres du pays. Là, les Baloutches vivent dans des tentes, sans électricité ni eau courante.

Le 5 septembre 2020, Ali Khezrian, membre du Parlement (Majlis), a déclaré : « Nous nous sommes rendus dans la ville d’Iranshahr. C’est la deuxième plus grande ville du sud-est de l’Iran. Nous avons visité ses villages. Malheureusement, les habitants de cette région n’ont pas de douches et des toilettes. Il n’y avait pas d’installations électriques appropriées dans les villages. »

Source : Iran HRM