Publié le : 26th mars 2021
mesures-repressives-nouvel-an-iranien

Manœuvre des forces de police à Téhéran à la veille du Nouvel An persan

CSDHI – Selon le CNRI et les Moudjahidines du peuple d’Iran (OMPI / MEK Iran), le régime des mollahs a organisé une manœuvre à Téhéran la veille du Nouvel An persan en 1400. Le régime renforce ses mesures de répression contre la population.

Des manoeuvres militaires pour intimider la population

Cette manœuvre ne fait qu’ajouter aux craintes des mollahs d’un nouveau soulèvement.

Dimanche, l’agence de presse étatique Fars, liée aux pasdarans (IRGC), disait dans un article « Coïncidant avec le dernier jour du Nouvel An persan de 1399, la police de Téhéran a organisé une manœuvre militaire le samedi 21 mars 2021, au matin.

Cette manœuvre a eu lieu en présence du commandant des forces de sécurité du régime, du chef de la police de Téhéran et du gouverneur de Téhéran, Anoushirvan Mohseni Bandapi, sur la place Azadi. »

Les pasdarans aux ordres de Khamenei pour instaurer la répression

Dans un récent discours, Hossain Salami, chef des pasdarans, a annoncé la création de trois bases de l’IRGC pour exécuter les prétendus « ordres » de Khamenei visant à contrer la corruption et à accroître la production, dans un message adressé au Guide suprême du régime, Ali Khamenei.

« Votre excellence doit savoir que nous allons lutter contre la corruption. Nous allons mobiliser les groupes du Bassidj et vaincre l’ennemi, et l’empêcher de mettre en œuvre ses politiques. Puis, nous libérerons les médias sociaux de l’oisiveté. Enfin, nous resterons sur le terrain, nous croiserons la stratégie de l’ennemi et aiderons le régime à contourner les sanctions », peut-on lire dans le message de Salami.

Quatre institutions cachent les richesses des mollahs

Salami et Khamenei sont d’accord pour lutter contre la corruption. Mais, ironiquement, les pasdarans et Khamenei contrôlent l’économie iranienne et le vaste réseau de corruption organisé du pays. « Il y a quatre institutions qui contrôlent 60 % de la richesse nationale », explique Behzad Nabavi, ministre dans plusieurs administrations iraniennes. « Cela comprend le siège exécutif de la Directive de l’Imam (Setad Ejraie Farman Imam), la base de Khatam-al-Anbia, Astan-e Quds et la Fondation pour les personnes opprimées et handicapées. »

« Aucune de ces institutions n’est affiliée au gouvernement ou à l’assemblée législative » Ces quatre institutions sont toutes supervisées par Khamenei. Ceci s’ajoute au contrôle des pasdarans et de Khamenei qui contrôlent souvent d’autres institutions économiques en Iran.

Le véritable objectif de ces bases et des ordres de Khamenei est de maintenir le contrôle sur la société et d’accroître l’oppression.

Le régime est dans une impasse

Dans son discours du Nowrouz, Khamenei a admis que son régime se trouve dans une impasse. Il a souligné que le régime se trouve dans une situation délicate. Par conséquent, il a appelé à la « gestion » des plateformes médiatiques.

Khamenei a commencé son discours annuel de Nowrouz samedi, en déclarant : « Certains essaient de créer une impression négative… et de montrer que nous nous dirigeons vers une impasse… L’année 1400 est sensible et importante. », « En juin, nous avons des élections importantes. Elles peuvent avoir un impact significatif sur l’avenir du système. Les ennemis tirent le meilleur parti du cyberespace. Malheureusement, dans le cyberespace de notre pays, les observations nécessaires ne sont pas faites, malgré toute mon insistance. Tous les pays du monde gèrent leur cyberespace. Mais nous sommes fiers d’avoir abandonné le cyberespace. Ce n’est pas un honneur. Cela n’honore pas du tout. Le cyberespace doit être géré », a ajouté Khamenei.

Le Guide suprême iranien cherche désespérément à exercer un contrôle sur une société rétive de diverses manières. Ces politiques autoritaires ne sont, cependant, plus efficaces.

Source : Stop au Fondamentalisme