Publié le : 2nd avril 2021

covid19

CSDHI – Le coronavirus, également connu sous le nom de COVID-19, a coûté la vie à plus de 241 400 personnes dans tout l’Iran. C’est ce qu’a affirmé le Conseil national de la résistance iranienne (CNRI) et l’OMPI/MEK.

Le CNRI et les Moudjahidines du peuple d’Iran (OMPI/MEK) ont rapporté que le 8 janvier, Ali Khamenei a déclaré que « l’importation des vaccins américains et britanniques Covid-19 est interdite. » « Je l’ai dit aux responsables, et maintenant, je le dis publiquement. »

Les décès dus au coronavirus

Les gouvernements du monde entier s’efforcent d’accélérer le processus de vaccination contre le coronavirus mortel. En réduisant de manière significative le taux de mortalité, ils pourraient faire des pas importants vers l’éradication de ce virus redoutable. Le régime iranien, au contraire, pousse le pays dans la direction opposée.

Des vaccins COVID-19 ?

Selon l’analyse de l’OMPI/MEK, le régime essaie toujours de faire porter le chapeau à la communauté internationale pour toutes les crises sociales et économiques qui se produisent en Iran.

L’excuse des autorités

Les responsables excusent leur achat ridicule de vaccins contre le coronavirus en mettant en doute leur efficacité. Le 27 février, Hassan Rouhani a déclaré : « Les effets secondaires des vaccins ne sont pas vraiment clairs pour nous, et quel vaccin est le plus efficace et jusqu’à quand sont-ils efficaces. » « Certaines personnes à travers le monde ont même peur de s’injecter le vaccin ! »

Par conséquent, la vaccination de masse en Iran commencera dans six ou sept mois dans le meilleur des cas. Le 29 décembre 2020, l’agence de presse semi-officielle ISNA a cité Yahya Ebrahimi, membre de la Commission de la santé du Parlement (Majlis). Il a déclaré : « La production de masse de ce vaccin nécessite certaines infrastructures, et le vaccin Covid-19 en Iran commencera sa production de masse en juillet ou août 2021. »

Vaccins américains et britanniques

Selon la coalition de l’opposition iranienne, le Conseil national de la résistance iranienne (CNRI), et l’Organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran (OMPI / MEK), Khamenei a des arrière-pensées pour maintenir la propagation inexorable de la Covid-19 à travers l’Iran.

En outre, Kianush Jahanpour, l’ancien porte-parole du ministère de la Santé, aujourd’hui à la tête de la Food and Drug Organization, a déclaré que 50 000 volontaires seraient recrutés pour les essais cliniques de phase III. Selon Jahanpour, « le transfert de technologie et la production conjointe étaient des conditions préalables à l’autorisation des tests sur les humains dans le pays. »

Les vaccins ont été rapidement écartés par le régime

La nouvelle des essais cliniques de dernière phase des vaccins cubains Covid-19 a été rapidement rejetée par le régime. Cependant, leur anonymat, ainsi que leurs déclarations contradictoires et leur bravade, ont poussé les analystes à examiner la question en profondeur.

Le 9 janvier, l’agence Reuters écrivait : « Cuba a déclaré tard dans la journée de vendredi qu’elle avait signé un accord avec l’Iran pour le transfert de la technologie de son vaccin-candidat le plus avancé contre le coronavirus et la réalisation des derniers essais cliniques du vaccin en République islamique. »

Les Iraniens ont été horrifiés lorsqu’ils ont découvert que des vaccins expérimentaux étaient injectés dans de nettoyants. Le gouvernement a été critiqué par les net-citoyens pour avoir mis en danger des personnes démunies. À la suite de la colère du public face aux terribles décisions du gouvernement, Mme Jahanpour est apparue à la télévision officielle le 26 mars pour nier l’injection de vaccins cubains dans les nettoyants. « L’essai du vaccin irano-cubain contre le coronavirus n’a pas encore commencé. »

Les médias contrôlés par le régime n’ont pas mentionné quand ces citoyens démunis ont reçu leur première injection de vaccin ni pourquoi le gouvernement n’avait pas signalé la première phase. Entre-temps, le gouvernement iranien refuse de payer les salaires des fonctionnaires, ainsi que leurs prestations d’assurance. Il est donc trop étrange que le gouvernement ait vacciné gratuitement des travailleurs à faible revenu.

Le MEK, l’opposition iranienne au régime des mollahs, surveille la situation depuis le début de l’épidémie, car on ne peut faire confiance à l’honnêteté du régime corrompu des mollahs dans de telles situations. Le régime prétend que le nombre de personnes décédées ne représente qu’un sixième du chiffre avancé par le MEK.

Les responsables iraniens utilisent la crise sanitaire pour assurer leur domination, arguant que « l’Iran n’est pas dans un autre monde, et qu’il est impossible que le monde remporte des succès significatifs et diminue le taux de mortalité alors que les victimes du coronavirus en Iran sont en augmentation. »

Source : Stop au Fondamentalisme