Publié le : 2nd avril 2021

CSDHI – Vahid et Habib Afkari sont les frères du champion de lutte et manifestant Navid Afkari. Souvenons-nous de son exécution par le régime des mollahs. Les deux frères sont emprisonnés depuis sept mois dans la prison Adel Abad de Chiraz, dans le sud-ouest de l’Iran.

Les deux frères de Navid Afkari maintenus dans une section fermée

Selon des informations de l’agence de presse HRANA, les frères se trouvent dans la section « Ebrat » ou « Cautionary », depuis septembre 2020. C’est à cette date que le régime a exécuté Navid. La section Ebrat est également connue comme la section « fermée ». Là, les détenus n’ont pas le droit de communiquer avec le monde extérieur.

Malgré les supplications de leur famille pour qu’ils soient transférés dans la section des prisonniers politiques, ils sont toujours maintenus à Ebrat. Ils n’ont pas le droit de communiquer. Ils ne reçoivent aucun traitement médical. Les autorités emmènent parfois les condamnés à mort à Ebrat avant l’exécution de leur peine.

Le 30 mars, Saeed Afkari, un autre des frères, a écrit sur Twitter qu’il avait rendu visite à Habib et Vahid pour la première fois pour Nowrouz.

« J’ai rendu visite à Habib et Vahid pour la première fois à l’occasion du Nowrouz. Les autorités carcérales les maintiennent toujours en isolement. Les autorités leur ont interdit d’appeler et de recevoir tout traitement médical. »

Navid Afkari pendu par les mollahs en septembre 2020

Le 12 septembre dernier, le régime a exécuté le champion de lutte Navid Afkari. La justice l’avait condamné à mort pour son rôle dans les manifestations de l’été 2018 pour leur ville natale de Chiraz. Le jeune homme de 27 ans n’a pas hésité à clamer son innocence. Il a suscité l’attention internationale du président américain Trump, de la FIFA et de nombreuses autres personnalités sportives mondiales.

Selon l’agence de presse Tasnim, affiliée aux pasdarans, le juge en chef de la province de Fars, dans le sud-ouest de l’Iran, a annoncé que Navid avait été pendu le 12 septembre 2020. Le régime avait accusé Navid d’avoir tué un agent de sécurité. Pourtant il n’a cessé de clamer son innocence. Il a même avoué que les autorités l’avaient contraint de faire de faux aveux sous la torture.

En octobre 2020, son frère a fait un récit complet des derniers jours précédant son exécution.

Ni Navid ni sa famille ne savaient que les agents du régime allaient l’exécuter le 12 septembre. Son exécution a choqué le monde entier. Les mollahs iraniens l’ont pendu malgré une campagne internationale en cours pour empêcher l’exécution. Les Iraniens ont salué Navid Afkari comme un héros national et son nom est encore visible sur des graffitis anti-régime dans tout le pays.

Source : Iran News Wire