Publié le : 3rd avril 2021

femmes-bahaiesCSDHI – Le 27 mars, sept femmes bahaïes iraniennes du nord-est et du sud de l’Iran sont convoquées à Mashhad, dans le nord-est de l’Iran, pour purger leur peine de prison pour avoir pratiqué une religion interdite.

On leur a dit de se présenter dans les 10 jours pour purger leur peine.

Selon l’agence de presse HRANA, les cinq femmes s’appellent Nika Pakzadan, Faraneh Daneshgari, Sanaz Eshaghi, Nekisa Hajipour et Naghmeh Zabihian.

En octobre 2020, la 3e branche du tribunal révolutionnaire de Mashhad a condamné ces bahaïes iraniennes à un an de prison chacune. La cour d’appel a aussi confirmé la peine. Elles sont accusées de « diffusion de propagande contre l’État du fait de leur statut de Bahaïes. »

Leurs arrestations datent du 15 novembre 2015 à Mashhad également.

Avant cela, au cours de l’hiver 2011, les SSF ont arrêté Naghmeh Zabihiyan, avec d’autres citoyens bahaîs. En effet, ils avaient organisé une exposition de travaux manuels dans la maison d’un citoyen bahaï. La justice a condamné Mme Zabihiyan à six mois de prison pour « diffusion de propagande contre l’État. »

Selon d’autres informations, deux femmes bahaïes identifiées qui s’appellent Maral Rasti et Mahnaz Jan Nesar ont été transférées à la prison de Bandar Abbas, dans le sud de l’Iran. Elles doivent y purger leur peine de deux ans de prison. Les autorités judiciaires les ont condamnées à une peine globale de 14 ans de prison avec six autres bahaïs, détenus dans la prison depuis le mois dernier. En plus de leur peine d’emprisonnement, elles sont condamnées à une interdiction d’appartenir à des groupes politiques ou sociaux pendant deux ans et de participer à des rassemblements bahaïs. Elles sont également condamnées à participer de force à cinq sessions de cours « ethniques. »

La persécution des bahaïs en Iran

Selon des sources non officielles, il y aurait plus de 300 000 adeptes de la foi bahaïe en Iran. Cependant, la Constitution de la République islamique d’Iran ne reconnaît que l’islam, le christianisme, le judaïsme et le zoroastrisme et ne reconnaît pas le bahaïsme.

Depuis la révolution islamique de 1979 en Iran, les bahá’ís iraniens sont systématiquement persécutés dans le cadre de la politique des mollahs. Au cours de la première décennie de cette persécution, les forces iraniennes ont tué ou exécuté plus de 200 bahaïs. Des centaines d’autres sont torturés ou emprisonnés. Des dizaines de milliers ont perdu leur emploi. Leur accès à l’éducation et d’autres droits – tout cela uniquement en raison de leur croyance religieuse.

La persécution des bahá’ís d’Iran est toujours en cours et des dizaines de bahaïs croupissent dans les prisons de ce pays.

Source : Iran HRM