Publié le : 3rd avril 2021

protests-in-Saravan

CSDHI – Plus d’un mois se sont écoulés depuis les protestations à Saravan. Celle-ci avaient débuté à la suite du meurtre de négociants baloutches en carburant. Les forces du régime avaient alors arrêté au moins 16 citoyens baloutches, ainsi que leurs familles. Depuis lors, nous n’avons plus aucune nouvelle de ces personnes.

Les forces du régime les avaient emmenées dans les centres de détention de Zahedan, la capitale de la province du Sistan-Baloutchistan.

Les familles de ces personnes s’inquiètent de leur sort depuis plus d’un mois.

Elles ont fait des efforts pour localiser leurs proches en se rendant dans divers bureaux gouvernementaux. Cependant, elles n’ont reçu aucune réponse jusqu’à présent.

Les pasdarans et les forces de sécurité ont arrêté et tiré à balle réelle sur certains des détenus. Omar et Yahya Shekl Zehi, en font partie. Ils ont été hospitalisés.

L’un des détenus d’Iranshahr s’appelle Yahya Shekl Zehi. Il s’est réfugié dans une mosquée alors qu’il était blessé par balle par la police. Après avoir découvert son emplacement, la police du renseignement a arrêté Yahya, malgré sa jambe blessée. Elle l’a emmené dans un lieu inconnu. La famille de Yahya a cherché dans plusieurs hôpitaux. Toutefois, elle ne l’a toujours pas trouvé.

Un mois après les manifestations, le nombre exact de détenus est toujours inconnu. Voici les noms d’au moins 16 citoyens, arrêtés pendant les manifestations à Saravan :

Mohammad Shahrestanzehi

Aziz Shahrestanzehi

Mohammad Darzadeh

Abdoljalil

Zakaria

Saeed

Omar

Yahya Shekl Zehi

Iraj Dehwari

Abdollatif Malekzadeh

Malek Kheiri

Abed Baluchzehi

Farzad Sepah

Manifestations à Saravan

Des protestations ont éclaté dans la province du Sistan-Baloutchistan, dans le sud-est du pays, le 22 février. Les transporteurs de carburant baloutches s’étaient alors rassemblés près d’une base des pasdarans à la frontière, à Saravan. Ils protestaient contre la fermeture de la frontière. Les gardiens, qui avaient creusé de grands trous à la frontière pour empêcher les transporteurs de carburant de passer, ont abattu les manifestants, tuant et blessant des dizaines de personnes.

Le régime a coupé ou perturbé les connexions Internet dans la nuit du 24 février pour réprimer les protestations du Sistan-Baloutchistan. Toutefois, des affrontements sporadiques et d’autres formes de protestation se sont poursuivis. Ils se sont étendus à plusieurs autres villes de la province, notamment à la capitale provinciale, Zahedan.

Le gouvernement a envoyé des renforts d’autres régions pour réprimer les protestations.

Selon des sources locales, les pasdarans ont tué au moins 40 des porteurs de carburant baloutches. Plus de 100 ont été blessés et transportés dans des hôpitaux.

Source : Iran HRM