Publié le : 12th avril 2021

protestations-iran

CSDHI – Ces derniers mois, le peuple iranien a considérablement augmenté ses manifestations contre ses dirigeants théocratiques à travers le pays.

Le peuple iranien n’en peux plus du régime iranien archi corrompu

Ils annoncent de manière flagrante leur déception face à la mauvaise gestion, la corruption et les décisions hasardeuses des autorités. « Nous sommes au bout du rouleau », disent couramment des citoyens de différentes classes dans diverses villes et villages.

Depuis de nombreuses années, les responsables iraniens attribuent tous les problèmes et toutes les difficultés aux étrangers. Ils se vantent de leurs progrès scientifiques. Ils justifient leurs incapacités en blâmant les autres pays. Cependant, l’expérience de l’accord de 2015 sur le nucléaire iranien, officiellement connu sous le nom de plan d’action global conjoint (JCPOA), et les milliards de dollars accordés aux ayatollahs ont prouvé qu’il y a avant tout une barrière intérieure devant la nation.

« Sans méritocratie et état de droit respecté, rien ne changera »

« La situation de notre pays ne s’améliorera pas, et nos problèmes (économiques) ne seront pas résolus parce que la principale raison de nos problèmes est interne. Même s’il pleut de l’or, mais que nous ne bénéficions pas de la méritocratie et de l’État de droit, rien ne sera résolu », a déclaré Javad Mansouri, le premier commandant des pasdarans (IRGC) dans une interview accordée à l’agence de presse Fars, contrôlée par l’IRGC, le 9 décembre 2013.

En outre, le 13 août 2018, Daily News a cité le Guide suprême Ali Khamenei qui a dit : « Les problèmes économiques du pays sont le résultat d’une mauvaise gestion interne du gouvernement et pas seulement à cause de la pression des États-Unis. »

La corruption a gangréné tout le régime et s’oppose au progrès du pays

En d’autres termes, la corruption systématique est le principal obstacle qui a empêché le peuple iranien de prospérer et de progresser. Ce phénomène a détourné le destin du pays. Il a laissé une économie faible et fragile fondée sur le blanchiment d’argent, les détournements de fonds et le népotisme.

« Vous avez créé un champ… L’économie iranienne fonctionne sur un champ corrompu… Elle est pleine de non-transparence et de corruption », a déclaré Abbas Akhoundi, l’ancien ministre des Routes et du Développement urbain, dans une émission de télévision.

Pendant ce temps, les médias officiels soulignent l’isolement international et la haine sociale intérieure comme conséquences de la corruption et du blanchiment d’argent. « La récente hausse des prix a rendu la société nerveuse, la mettant au bord d’une explosion sociale. Cette explosion se produira bientôt si elle ne se produit pas aujourd’hui », écrit le quotidien Arman dans son édition du 3 avril.

La haine du peuple pour le régime

D’autre part, les citoyens iraniens déclarent ouvertement leur haine des gouvernants et de leurs combines. Du 4 au 7 avril, le peuple a organisé au moins 56 manifestations. Il y a eu des rassemblements, des grèves et des marches, malgré une nouvelle poussée de la maladie du coronavirus. Les manifestants ont souvent scandé : « Nous n’avons pas vu la justice », « Nous ne votons plus » et « Mort au gouvernement trompeur », en référence à la prochaine élection présidentielle prévue en juin.

« Vous ne pouvez plus nous tromper avec de belles paroles. Nous reviendrons demain. Cette fois, nous resterons debout jusqu’à la fin. Nous obtiendrons nos droits, même si vous m’abattez ici », a déclaré un manifestant lors d’un rassemblement de retraités à Ispahan le 4 avril.

Le peuple ne veut pas voter aux prochaines élections présidentielles

« Malheureusement, comme nous avons menti, les gens ne font plus confiance à nos paroles en tant que responsables », a déclaré Mehrdad Veis-Karami, député au Parlement (Majlis) de la province du Lorestan, lors d’une séance publique le 6 avril.

À l’approche de l’élection présidentielle, la République islamique est sérieusement mise à mal par les protestations incessantes et la méfiance du peuple. Les candidats potentiels se présentent comme des figures progressistes et de l’opposition pour gagner l’acceptation du peuple, ce qui est une confession inverse des horribles échecs du gouvernement au cours des 41 dernières années.

« Nous ne votons pas pour le vol, le pillage, la répression, la pauvreté, les prix élevés et les exécutions, ainsi que pour ceux qui ont tué les passagers de l’avion de ligne ukrainien. Nous ne voterons pas non plus pour ceux qui ont décidé d’exécuter Navid et d’autres personnes », a déclaré le 2 avril un citoyen de Mashhad, capitale de la province de Razavi Khorasan, dans le nord-est de l’Iran.

Source : Iran Focus (Site anglais)