Publié le : 27th avril 2021

baloutches-zine-frontaliere-iran-pakistanCSDHI – Cela fait près de deux semaines que de nombreux transporteurs de carburant baloutches, détenus sans nourriture ni eau dans la zone tampon de Saravan, dans le sud-est de l’Iran, ne peuvent pas rentrer dans leur pays.

Les transporteurs de carburant baloutches en pleine crise humanitaire

Selon un rapport du site Web officiel Hamshahri, le responsable des prières du vendredi à Saravan, Abdolsamad Sadaati, a déclaré que la situation des transporteurs de carburant baloutches était en train de se transformer en crise humanitaire.

Avant le Nouvel An persan (21 mars), le Pakistan a fermé ses frontières aux transporteurs de carburant iraniens. L’Iran a alors également fermé ses frontières, laissant les négociants en carburant baloutches sans nourriture ni eau entre les deux frontières.

Le Pakistan et l’Iran ont fermé leurs frontières, les Baloutches se retrouvent emprisonnés dans une zone tampon

« De nombreux négociants en carburant iraniens sont bloqués de l’autre côté de la frontière, sans nourriture ni eau. Ils ne sont pas autorisés à rentrer. De ce côté-ci de la frontière (en Iran), les habitants stockent du gaz dans leurs maisons », a déclaré Abdolsamad Sadaati, un religieux sunnite.

Sadaati a déclaré que ce problème se reproduit périodiquement.

« Les responsables n’ont pas donné de réponse claire quant à la raison pour laquelle les autorités ont fermé les frontières. A noter que les habitants n’ont aucune autre source de revenus, puisqu’ils ne peuvent pas cultiver dans cette région », a-t-il ajouté.

Sans le commerce du carburant, les commerçants baloutches sont contraints de stocker des barils de gaz dans leurs maisons et celles de leurs proches dans les villages situés à la frontière sud-est de l’Iran.

Les habitants du village de Haqabad, près de la frontière de Saravan, stockent le carburant dans des barils de 1 000 litres. Ces derniers représentent un gros danger car ils peuvent s’enflammer ou exploser à tout moment. Dans cette région du sud-est de l’Iran, les températures peuvent atteindre des niveaux élevés.

Ces derniers jours, une explosion a eu lieu dans une maison près de la frontière de Kalegan.

« Il y a deux ou trois semaines, les autorités ont fermé la frontière. Et les transporteurs de carburant sont restés bloqués. Les réserves de nourriture du village étaient épuisées. Les transporteurs de carburant venaient chez nous et demandaient de l’eau. Les femmes du village leur faisaient du pain. Toutefois, cela fait un moment que personne n’est venu depuis la fermeture de la frontière », a déclaré l’un des habitants du village de Hagabad à Hamshahri Daily.

Transporter du carburant à travers la frontière est leur seule source de revenus

Les villageois qui sont allés au Pakistan pour recevoir un traitement médical sont également confrontés à des difficultés. Selon les habitants, si quelqu’un tombe malade, il se rend au Pakistan avec les voitures des négociants en carburant. Puis, il paie des pots-de-vin pour passer la frontière afin qu’au moins les frais de son voyage soient couverts une fois qu’il aura vendu son carburant.

En moyenne, un millier de transporteurs de carburant traversent quotidiennement la frontière de Saravan. Avec la fermeture de la frontière, leur seule source de revenus n’existe plus.

La semaine dernière, des groupes de défense des droits humains ont signalé qu’un transporteur de carburant bloqué dans la zone tampon était mort par manque de nourriture et d’eau.

Contexte

Le 22 février, des manifestations ont éclaté dans le sud-est de la province lorsque des transporteurs de carburant baloutches se sont rassemblés près d’une base des pasdarans à Saravan. Ils protestaient contre la fermeture de la frontière. Les gardes, qui avaient creusé de grands trous à la frontière pour empêcher les transporteurs de carburant de passer, ont abattu les manifestants. Ils ont tué et blessé des dizaines de personnes.

La Campagne des activistes baloutches a déclaré que les forces du régime iranien ont tué au moins 10 Baloutches dans les affrontements. Mais, un témoin oculaire a affirmé que « les agents du régime ont tué et/ou blessé plus de 50 personnes. »

Le terme « transporteur de carburant » est une conséquence malheureuse de 42 ans de corruption et de mauvaise gestion du régime iranien. Cela a entraîné un manque important de possibilités d’emploi, en particulier pour les Iraniens du sud-est de l’Iran.

De nombreux habitants du sud-est de l’Iran, dans le Sistan-Baloutchistan, doivent transporter du carburant de l’autre côté de la frontière pour gagner chichement leur vie.  Le régime considère que les transporteurs de carburant sont des « contrebandiers. » Les forces de sécurité les prennent régulièrement pour cible.

La deuxième plus grande province d’Iran, le Sistan-Baloutchistan, est également l’une des plus pauvres selon les médias officiels iraniens.

Source : Iran News Wire