Publié le : 30th avril 2021

crackdown-on-protests-in-Sarab-Kahman-village

CSDHI – Les forces de sécurité du régime des mollahs ont ouvert le feu et utilisé des gaz lacrymogènes, mercredi, contre des habitants du village de Sarab Kahman. Ils protestaient contre l’abattage de leurs noyers par des agents du gouvernement. Le village susmentionné se situe dans la province occidentale du Lorestan, en Iran.

Les forces spéciales ont ouvert le feu sur les villageois avec des balles réelles. Avec des fusils à plomb, ils ont blessé de nombreux habitants, dont des femmes. Les forces spéciales ont attaqué les maisons et les jardins des villageois. Le nombre de blessés est encore inconnu.

Les forces du régime ont tenté d’abattre les noyers de ce village, le mercredi 28 avril 2021. Mais elles ont rencontré une résistance farouche des habitants du village. En particulier, parce que ces arbres sont leur source de revenus et ont passé des années à les faire pousser.

Selon des sources locales, les affrontements ont commencé mercredi vers midi. C’est à ce moment de la journée que les forces de sécurité ont attaqué les maisons et les jardins pour couper les arbres des villageois.

Les SSF (Forces de sécurité de l’Etat) ont tiré des gaz lacrymogènes sur les résidents. Elles les ont abattus avec des fusils à plomb, blessant un grand nombre d’entre eux. Certains de ces blessés sont en très mauvais état. Quelques-uns d’entre eux ont été transférés à Khorramabad, capitale de la province de Lorestan.

Des images d’un certain nombre de locaux blessés se trouvent sur les plateformes de médias sociaux et d’une agence de presse officielle.

Selon l’agence de presse Rokna, le gouverneur du comté de Selseleh dans le Lorestan, Morteza Mahdavikia, a confirmé les affrontements. Il a affirmé que « la police a rétabli la sécurité dans la région » et que tout était « sous contrôle. »

Le responsable du Lorestan a affirmé que le gouvernement tentait de reprendre les terres qui lui appartenaient.

Mahdavikia a déclaré que l’attaque d’hier était la « deuxième phase » de « libération des terres nationales. » Le gouverneur a déclaré que le plan était mis en œuvre avec l’appui du pouvoir judiciaire et du juge en chef du Lorestan.

« Il est certain que ces procédures se poursuivront jusqu’à ce que les droits publics soient réalisés. Et jusqu’à ce que les terres et les montagnes soient reprises à ceux qui recherchent leurs avantages personnels », a ajouté M. Mahdavikia.

Il a qualifié les habitants de « profiteurs ». Il a déclaré qu’ils avaient affronté les forces de sécurité pour des raisons de « sécurité. »

Mahdavikia a menacé les habitants en disant qu’ils seraient « punis pour ce qu’ils ont fait. »

Source : Iran HRM