Publié le : 4th mai 2021

flagellation-iran

CSDHI – Le 3 mai 2021, à Téhéran, le régime iranien des mollahs a condamné trois Iraniens à recevoir des coups de fouet. Ils sont accusés de vol. Selon le site internet étatique Javan Online, les agents du régime ont arrêté l’un des accusés au cours de l’été 2019 pour vol avec usage d’un couteau, à Ispahan, dans le centre de l’Iran.

L’homme a « avoué » lors des interrogatoires cinq chefs d’accusation de vol en utilisant un couteau. Il a affirmé avoir « blessé » cinq de ses victimes.

La justice l’a condamné à la prison, au fouet et à la restitution des biens volés.

Le tribunal pénal de Téhéran a jugé les deux autres accusés, de nationalité afghane. Les autorités les ont placés en détention mais ils les ont ensuite libérés sous caution et ils ont fui le pays.

Leur procès s’est déroulé par contumace. Ils ont tous les deux été condamnés à 15 ans de prison, à 74 coups de fouet et à la restitution des biens volés.

Toutes les conventions internationales relatives aux droits civils et politiques interdisent l’utilisation de châtiments inhumains. Pourtant, la flagellation est régulièrement pratiquée par le régime iranien. Plus de 100 « infractions » sont punies par la flagellation en vertu de la loi iranienne. Selon un rapport d’Amnesty International publié en 2020, au moins 160 personnes ont été condamnées à la flagellation pour vol et agression. Mais aussi pour des actes protégés par le droit international relatif aux droits humains.

Source : Iran News Wire