Publié le : 7th juin 2021

protestations

CSDHI – Récemment, des travailleurs de différents secteurs de la société ont défilé pour réclamer leurs droits. L’effondrement financier actuel de l’Iran a laissé 90 % de la population dans une pauvreté et une misère profonde. À mesure que la crise s’aggrave, les travailleurs sont également incapables de se procurer les produits de première nécessité. Par conséquent, ils sont contraints de protester.

Le Conseil national de la résistance iranienne (CNRI) et les Moudjahidines du peuple d’Iran (OMPI/MEK) ont signalé que les jeunes enseignants iraniens ont décidé de poursuivre la grève jusqu’à ce que leurs revendications soient satisfaites. Ils ont manifesté à Téhéran et à Ispahan du 29 mai au 2 juin.

Des professeurs d’université protestations ont également organisé des manifestations dans les régions de Khouzistan et de Fars, ainsi que par des clients escroqués des instituts bancaires Caspian et Estelak à Téhéran.

Ce sont les manifestations dans lesquelles les femmes étaient à l’avant-plan. Elles ont pris la tête du mouvement.

Des enseignants ont protesté devant le ministère de l’Éducation à Téhéran. Tout au long des mois d’avril et de mai, ces jeunes enseignants, en majorité des femmes, ont organisé des manifestations devant le Parlement et le ministère de l’Éducation. Cependant, ils n’ont pas encore atteint leurs objectifs.

Des enseignants travaillant sous contrat temporaire dans des écoles privées d’Ispahan ont organisé une manifestation devant le ministère de l’Education de la province d’Ispahan le 30 mai. « L’emploi est le droit indéniable des enseignants des écoles privées », lisaient les pancartes tenues par des Iraniennes.

Pendant ce temps, devant le parlement à Téhéran, des enseignants d’écoles privées ont également défilé. Ils ont scandé : « Le gouvernement doit répondre, nous voulons la justice », clament ces femmes.

Des enseignants « vendant leurs services » à Téhéran se sont joints à de jeunes enseignants pour manifester à côté du parlement des mollahs le 31 mai, demandant aux membres du parlement de décider de leur statut d’emploi.

Le 30 mai, des professeurs de l’Université Azad du Khouzistan à Ahwaz se sont joints aux protestations contre leurs conditions de vie déplorables. « Certains de nos collègues ont de graves problèmes », a déclaré l’un des participants au rassemblement devant l’université Azad.

Le même jour, des enseignants de l’Université Azad de la province de Fars se sont rassemblés devant l’Université Azad de Chiraz pour demander une augmentation de salaire afin d’améliorer leurs conditions de vie.

Le personnel de l’hôpital principal de Karaj et de l’hôpital Bou Ali de Téhéran a défilé à l’intérieur du complexe hospitalier les 28 et 29 mai. Les employés et le personnel de l’hôpital travaillent dans des conditions extrêmement difficiles.

En raison de la politique inhumaine du régime en matière de Covid-19, la plupart du personnel de santé n’est pas vacciné. Il doit faire face à une charge de travail déraisonnable.

Cette manifestation a vu une forte présence féminine. « Nous entendons des mensonges depuis cinq ans » et « assez de promesses creuses, nos paniers sont vides », ont-elles scandé.

Deux jours après, les investisseurs de l’Institut financier Caspian ont organisé un rassemblement devant le bâtiment du pouvoir judiciaire de Téhéran. Après cinq ans, les clients escroqués n’ont toujours pas reçu leurs dépôts.

Vaccins COVID-19 ?

Les propriétaires fonciers de la phase 6 de Pardis ont organisé une manifestation devant le bâtiment du pouvoir judiciaire à Téhéran le 1er juin. Ils ont exigé le remboursement de l’argent que la société chargée de construire la nouvelle métropole de Pardis leur avait volé.

Cette série de manifestations reflète à quel point la société iranienne s’est effondrée. Des personnes de tous horizons n’ont d’autre choix que de protester pour faire valoir leurs droits.

Source : Stop au Fondamentalisme