Publié le : 7th juin 2021

raïssi

CSDHI – En août 2016, le fils de Hossein Ali Montazeri, ancien adjoint du fondateur de la République islamique Ruhollah Khomeini, a divulgué un enregistrement audio datant de 1988 sur la rencontre de feu Montazeri avec plusieurs « juristes. » Il y avait Hossein-Ali Nayyeri, chef des tribunaux révolutionnaires islamiques de Téhéran, Morteza Eshraghi, procureur de Téhéran, Ebrahim Raïssi, procureur adjoint de Téhéran et Mostafa Pour-Mohammadi, représentant du ministère du Renseignement et de la Sécurité (MOIS).

Ces autorités étaient membres des « commissions de la mort », formées sur la base de la fatwa de Khomeini visant à purger toutes les prisons des prisonniers politiques en 1988. Dans son décret, Khomeini a clairement insisté sur l’exécution immédiate de ceux qui étaient affiliés à la principale organisation d’opposition, l’Organisation des Moudjahidines du peuple d’Iran (OMPI/MEK). Toutefois, les exécutions se sont étendues par la suite à d’autres militants politiques.

À l’époque, Montazeri a tenté de convaincre les personnes nommées par Khomeini d’arrêter les exécutions pour sauver la réputation de la République islamique. Cependant, M. Raïssi, âgé de 28 ans, a persisté à pendre immédiatement 200 autres prisonniers politiques avant le mois sacré de Muharram.

L’adjoint de Khomeini a demandé à la commission d’arrêter les exécutions. Il s’est alors déclaré « préoccupé par l’avenir de l’islam et de la révolution. » En effet, Montazeri avait convoqué les autorités judiciaires pour empêcher de nouvelles exécutions. Cependant, selon l’enregistrement audio, elles tentaient de l’encourager à procéder à de nouvelles exécutions.

Montazeri : Les membres des commissions de la mort sont les criminels les plus cruels

Dans l’enregistrement, Montazeri a dénoncé les exécutions extrajudiciaires. Il les a qualifiées de « plus grand crime de la République islamique. » Il a ajouté que « l’histoire nous condamnera pour ce crime. » Il a également blâmé les membres de la commission pour ces exécutions et les a qualifiés de « criminels. »

« À mon avis, c’est le plus grand crime depuis le début de la République islamique. L’histoire nous condamnera. Ce [crime] a été remis par vous, personnalités « bonnes et religieuses » du système judiciaire. Vous serez mentionnés parmi les criminels de l’histoire », a déclaré Montazeri.

Le fils de Montazeri a déclaré qu’il existait d’autres bandes sonores et documents concernant ce crime. Cependant, il n’a pas exposé les preuves restantes, craignant une réaction des appareils de sécurité et judiciaires.

Selon l’OMPI/MEK, les mollahs iraniens ont exécuté plus de 30 000 prisonniers politiques dans tout l’Iran au cours de l’été 1988. Les autorités iraniennes n’ont pas encore annoncé le nombre réel de victimes. Toutefois, elles évoquent parfois ce crime comme une « victoire glorieuse » et comme un signe de « la fermeté de Khomeiny contre l’ennemi. »

Notamment, dans une lettre adressée aux autorités iraniennes le 3 septembre 2020, sept rapporteurs spéciaux des Nations unies ont déclaré que les exécutions extrajudiciaires et les disparitions forcées de milliers de prisonniers politiques en 1988 « peuvent constituer des crimes contre l’humanité. »

En outre, le 3 mai, dans une lettre ouverte adressée à la Haute-Commissaire des Nations unies aux droits humains, Michelle Bachelet, plus de 150 anciens rapporteurs et experts de l’ONU lui ont demandé de créer une commission d’enquête sur le massacre de 1988 en Iran.

Actuellement, Ebrahim Raïssi, qui a insisté en 1988 sur l’exécution des 200 prisonniers politiques restants, se présente à la mascarade électorale présidentielle du 18 juin comme le candidat favori du Guide suprême Ali Khamenei. C’est un signe flagrant de la détérioration de la situation des droits humains en Iran. En tant que chef du pouvoir judiciaire, Raisi a ordonné l’exécution d’environ 280 prisonniers en 2020. Désormais, les observateurs prévoient bien plus de violations des droits humains avec le président Raisi.

Source : INU