Publié le : 18th juin 2021
election raissi

Ebrahim Raïssi

CSDHI – Ebrahim Raïssi, candidat à la mascarade électorale présidentielle iranienne, lève les mains en votant dans un bureau de vote à Téhéran, Iran, le 18 juin 2021. Les électeurs iraniens se rendent aux urnes aujourd’hui, vendredi 18 juin, pour élire un nouveau président.

Election présidentielle, aujourd’hui

Mais l’apathie des électeurs est forte alors que le pays du Moyen-Orient connaît une poussée de coronavirus et une économie dévastée par les sanctions américaines.

Le président sortant, Hassan Rohani, a effectué le maximum de deux mandats.

De multiples candidats se sont retirés de la course. Ou on les a disqualifiés à l’approche du scrutin d’aujourd’hui.

Mercredi, deux candidats de la ligne dure se sont retirés de la course, apportant leur soutien à un autre candidat de la ligne dure, Ebrahim Raïssi, le chef du pouvoir judiciaire iranien. L’ancien chef de la Banque centrale Abdolnasser Hemmati, l’autre homme politique encore en lice, est un candidat réformateur.

Des candidats se retirent et M. Raïssi sera probablement le vainqueur

Selon les analystes politiques, le vainqueur probable sera Raïssi, 60 ans. Il bénéficie du soutien du guide suprême, l’ayatollah Ali Khamenei. L’implication passée de Raïssi dans des violations des droits humains ferait de lui un président problématique pour l’Occident, selon l’analyste iranien Behnam Ben Taleblu de la Fondation pour la défense des démocraties, basée à Washington.

« Il est malheureusement surtout connu pour avoir supervisé de manière méprisable ce que l’on appelle une commission de la mort à la fin des années 1980. Il a exécuté le décret d’assassinat de l’ayatollah Khomeini et tué plus de 5 000 prisonniers politiques à Téhéran », a déclaré M. Taleblu.

Le Guide suprême pousse les Iraniens à aller voter

Khamenei a encouragé les 59 millions d’électeurs du pays à se rendre aux urnes, mettant en garde les Iraniens contre une conspiration étrangère visant à saper le vote. Le Conseil des gardiens du régime iranien a approuvé et contrôlé tous les candidats.

L’Iran est secoué par une série d’événements qui ont façonné le paysage électoral. L’assassinat ciblé du général iranien Qassem Soleimani en janvier 2020 par un drone américain a suscité la fureur de l’opinion publique. Quelques jours plus tard, les forces iraniennes ont accidentellement abattu un avion de ligne ukrainien. Ce terrible évènement a entraîné la mort des 176 personnes à bord. L’incident a suscité des manifestations antigouvernementales dans plusieurs villes.

Il y a donc eu un cycle d’événements interconnectés qui ont atténué le sentiment populaire. Et en novembre 2019, les autorités ont aussi brutalement réprimé les manifestations contre la hausse des prix du pétrole. Donc, les Iraniens ordinaires ne sont pas particulièrement enclins à voter », a déclaré Sanam Vakil. C’est le chef adjoint du programme Moyen-Orient et Afrique du Nord à Chatham House, basé à Londres, dans une interview accordée à VOA.

Des pourparlers sont en cours dans le domaine nucléaire

L’Iran a considérablement augmenté son enrichissement nucléaire depuis que les États-Unis ont quitté l’accord de 2015, connu sous le nom de plan d’action global conjoint, ou JCPOA. On pense que l’Iran est à quelques mois de créer suffisamment de matière fissile pour une arme nucléaire. Les États-Unis envisagent de réintégrer l’accord nucléaire de 2015. Mais uniquement si l’Iran met fin à l’enrichissement. L’Iran affirme que les États-Unis doivent d’abord suspendre les sanctions. Des pourparlers sont en cours à Vienne.

« La levée des sanctions serait une énorme aubaine. Elle pourrait avoir des retombées, extrêmement significatives pour les gens ordinaires. Cela dit, je pense que les Iraniens d’aujourd’hui sont moins investis dans l’accord sur le nucléaire iranien. Ils font moins confiance aux États-Unis ou aux pays européens », a déclaré M. Vakil.

Tous les candidats à la présidence iranienne soutiennent les négociations visant à relancer l’accord nucléaire.

Source : VOA