Publié le : 20th juillet 2021

tempete-politique-iran

CSDHI – Les crises en Iran submergent le régime iranien. Ses responsables, de la plus basse à la plus haute position, avouent et montrent leur inquiétude qu’il n’y a plus de solution pour sauver le règne de 42 ans des mollahs.

Mostafa Hashemi Taba, ancien candidat à la présidence, dans une interview accordée au quotidien officiel Shargh, a rappelé au gouvernement la menace de bouleversements sociaux en rappelant les inefficacités du gouvernement dans divers domaines. Prenons l’exemple des coupures d’électricité et leurs dégâts, le logement, le chômage, la pauvreté et la faim. Il a déclaré :

 » M. Raïssi a hérité des ruines de M. Rouhani. M. Kayhan écrit que deux années devraient être consacrées à enlever ses débris. Pourtant nous pouvons dire que deux ans ne suffiront pas. En fait, il faut beaucoup plus de temps pour débarrasser le pays de ses débris et le reconstruire. Et ce que l’on appelle décombres, en réalité, ce ne sont pas des décombres. Ce sont plutôt le résultat de vents semés, et pas seulement le résultat des actions de M. Rouhani. Bien qu’il y ait participé. Nous ne pouvons qu’attendre le tourbillon qui naîtra de ce terrain.

« Ces vents ont été semés pour n’importe quelle raison, y compris l’ignorance et la construction d’utopies imaginaires, loin des possibilités et des limites. Que nous le voulions ou non, que nous les nions avec des mots éloquents ou avec des cris et des slogans, et que nous présentions à nouveau des utopies résultant de notre pouvoir et de nos capacités, cela donnera son résultat. Et c’est un tourbillon.

« Bien sûr, ce semis de vent continue sans compter, comme si nous voulions convertir la Maison Blanche en mosquée, le Palais de l’Elysée en Hosseiniyeh, et le Palais de Buckingham en Mehdiyeh, et bien sûr nous ne savons pas pourquoi le Kremlin est laissé de côté.

« Le Guide suprême a déclaré à plusieurs reprises dans ses discours que les candidats à la présidence ne devaient pas faire de promesses au peuple au-delà des capacités du pays. C’est très vrai. Mais nous savons que de nombreuses installations du pays ont été dépensées. Nous n’avons pas d’autre choix que de contenir les tempêtes. Ces tempêtes viennent tour à tour et peut-être ensemble. Nous voulons mentionner certains de ces vents dont nous avons maintenant récolté la tempête. J’espère que ce n’est pas vrai et que ce n’est pas comme ça que j’écris :

« 1. l’occupation du nid d’espions américains (bien sûr, toutes les ambassades sont des espions) était le vent que nous avons semé et le résultat de l’invasion de notre pays par Saddam.

La vente de devises sur le marché libre était le vent que nous avons semé. Les contrebandiers ont acheté ces devises. Et nous avons récolté la tempête de nombreux produits de contrebande dans le pays. Et cela continue.

Nous avons argumenté sur le choix du mot « croissance » ou « développement » ou « progrès » et ignoré l’essence de l’histoire et succombé à la hausse des coûts et des pressions actuels. Maintenant nous récoltons la tempête de l’appétit insupportable de la consommation qui est plus que la production.

Nous avons semé le vent de l’expansion gouvernementale (quantitative et financière). Maintenant nous récoltons la tempête de la lourde dette publique et du déficit budgétaire de 50 %, tout comme nous assistons à la tempête de l’inflation.

Nous avons semé le vent de la « banque islamique » et imposé des contrats islamiques aux banques. Nous avons créé des banques islamiques privées. Nous récoltons aujourd’hui la tempête de banques privées en faillite. Puis, nous avons fait l’expérience de la possession de diverses facilités par les banques. Nous réalisons qu’une partie importante de la monnaie ou de la liquidité et de l’inflation était le résultat de ces semailles.

Nous avons semé le vent de la dépréciation des installations du pays, et nous vivons maintenant une tempête d’équipements de transport et de fret usés et inadéquats. Nous constatons que des millions de tonnes de nos produits de base se trouvent dans les ports du transport intérieur retardé et au bord de la décomposition.

Nous avons semé le vent du manque de développement scientifique et qualitatif de l’agriculture. Aujourd’hui, nous sommes confrontés à une tempête d’importation de 25 millions de tonnes de marchandises.

Alors que nous avons été sanctionnés par les États-Unis (et par conséquent par tous les autres pays), nous avons semé le vent de la normalité de la société et de la désorganisation face aux sanctions. Par conséquent, nous récoltons la tempête du mécontentement public et l’augmentation des privations des pauvres.

Nous avons semé le vent de ne pas faire attention au creusement de puits profonds autorisés et illégaux. Aujourd’hui nous assistons à une tempête de puits secs et d’affaissement des terres agricoles.

Nous avons coupé le droit d’eau de lacs comme Oroumieh. Aujourd’hui nous récoltons le risque d’une tempête de sel et le lourd coût de sa réhabilitation (qui n’est apparemment pas possible).

Nous avons semé l’indifférence à la privatisation et à la recherche de rentes et à la vie luxueuse et prospère. Aujourd’hui nous récoltons la tempête de la corruption, des conflits de classe et de la privation.

Nous avons semé la négligence à l’égard des eaux usées et des déchets. Aujourd’hui, nous recueillons d’énormes quantités de déchets et gérons des eaux usées dans certaines villes. »

Nous avons semé l’indifférence à l’égard de la privatisation, de la recherche de rentes et de la vie luxueuse et prospère. Nous récoltons aujourd’hui la tempête de la corruption, des conflits de classe et des privations.

Nous avons semé l’insouciance à l’égard des eaux usées et des déchets. Et aujourd’hui nous récoltons d’énormes quantités d’ordures et d’eaux usées courantes dans certaines villes. »

Source : INU