Publié le : 21st janvier 2016

ramezan ahmadkamalCSDHI, le 15 janvier 2016 – Ramezan Ahmad Kamal est actuellement dans sa sixième année d’incarcération dans la prison de Gohardacht à Karaj, à l’ouest de Téhéran.

Ce prisonnier politique a été arrêté par les Gardiens de la Révolution au printemps de 2008, près de la ville de Maku au nord-ouest de l’Iran. Il a d’abord été blessé par balle lors de cet incident.
Il a écrit une lettre au Dr Ahmed Shaheed, Rapporteur spécial des Nations Unies sur les droits de l’homme en Iran :
« Je vous écris cette lettre pour que vous puissiez peut-être, être la voix de mon corps fatigué et de ma souffrance devant toutes les organisations des droits de l’homme et amoureux de la liberté à travers le monde. Lors de mon arrestation, j’ai reçu cinq balles dans le ventre, le bras et la jambe. A ce jour, j’ai été détenu dans plusieurs prisons différentes (Maku, Ghazvin, Urumieh, Evine et Gohardacht). Pendant cette période, j’ai supporté de nombreux problèmes différents, y compris la thérapie dont j’avais besoin pour mon bras, qui est actuellement quelque peu paralysé.
« Je me suis mis en grève de la faim dans la prison de Ghazvin. Ensuite, j’ai été transféré dans la prison de Gohardacht. Après de nombreux suivis, il y a quelques jours, j’ai bénéficié d’une permission du bureau du procureur pour être admis dans un hôpital privé.
« Enfin le 1er janvier, mon tour était venu pour que je rende à l’hôpital. Quand je suis entré dans le véhicule, les autorités de la prison de Gohardacht ont commencé à me battre très sévèrement et de façon inhumaine. Ils m’ont infligé des coups de matraques, des coups dans la tête. Mes oreilles, mon nez saignaient terriblement. Les traces de mes blessures sont encore visibles. Je suis resté 6 jours dans le coma après ce passage à tabac ».
Source : Campagne pour la défense des prisonniers politiques et civils