Pin It

RFI - C'était hier la Journée mondiale contre la peine de mort. Plusieurs associations ont manifesté dans le monde pour demander l'abolition des exécutions capitales.

Particulièrement visé cette année l'Iran, où le nombre des pendaisons a fortement augmenté depuis le début de l'année. Selon les chiffres des défenseurs des droits de l'homme, plus de 200 condamnés ont déjà été exécutés en 2007.

A Paris des centaines de personnes se sont réunies place de la Bastille. Les organisateurs avaient choisis de mettre en scène une fausse pendaison, rappelant ainsi les exécutions pratiquées à Téhéran.

Reportage de Nicolas Falaise

Le mannequin de tissu noir est couché sur le bitume, une corde passée autour du cou. La corde est attachée à une petite grue installée sur un camion.  Lorsque le bras de la grue est actionné, la corde se tend, le mannequin s'élève au-dessus du sol, et la petite foule contemple en silence la silhouette que le vent fait lentement tourner sur elle-même.

Eléonore Maurel milite au sein d l'Action des chrétiens pour l'abolition de la torture. Elle explique que l'on vient d'assister à la simulation d'une pendaison publique telles qu'elles sont organisées en Iran.

« On aligne plusieurs grue les unes à coté des autres et on pend différentes personnes au même moment et récemment, début septembre, il y a eu 21 exécutions qui ont eu lieu de cette façon simultanément. »

Un peu plus loin voici un groupe d'Iraniens exilés en France qui brandissent des drapeaux de leur pays ou des pancartes montrant des scènes de pendaisons. Laya décrit ainsi les photos qu'elle porte à bout de bras, les clichés d'un homme qui sourit la corde au cou, juste avant son exécution.

« L'homme rit. Pourquoi ? Parce qu'il sait très bien que le régime en faisant des pendaisons et en arrêtant les gens veut intimider tout un peuple. Il rit pour dire au peuple ‘n'ayez pas peur, c'es pas grave, on meurt, mais dignement'. »

A l'occasion de cette journée internationale de la peine de mort, les organisations de défense des droits de l'homme ont lancé un appel aux pays membre de l'ONU leur demandant de prononcer un moratoire sur les exécutions capitales en Iran et ailleurs.

(R F I journal de 7h00 - 11 octobre)