amnesty international 2CSDHI - En 2017, le nombre de condamnations à mort et d'exécutions effectuées a globalement diminué dans le monde entier. Ceci est dû en partie aux mesures qui ont été prises en Iran - l'un des cinq principaux bourreaux dans le monde.

L’Observatoire des droits de l'homme d’Amnesty International a récemment publié son rapport sur la situation de la peine capitale dans le monde et a indiqué que l'Iran impose désormais des limitations aux exécutions effectuées pour les crimes liés à la drogue.

Au cours de l'année 2017, au moins 993 exécutions ont eu lieu, soit une baisse significative par rapport à 2015, où le chiffre était d'au moins 1 600. Plus de la moitié des exécutions enregistrées ont eu lieu en Iran.

Fait inquiétant, l'Iran exécute toujours les personnes qui ont commis leurs crimes avant l'âge de 18 ans.

Amnesty International a déclaré que la situation des droits de l'homme en Iran en ce qui concerne l'exécution en tant que forme de châtiment est extrêmement préoccupante. La conseillère de l'organisation sur la peine de mort, Chiara Sangiorgio, a déclaré que la République islamique est en « violation flagrante des protections établies par les normes et règles internationales ».

La plupart des exécutions se font par pendaison et au moins 31 exécutions ont eu lieu en public l'année dernière.

En Iran, la peine de mort a été prononcée contre des prisonniers qui avaient été privés de procès équitable. Souvent, les prisonniers ont été illégalement arrêtés et se sont vus refuser une procédure officielle. Souvent, l'accès à un avocat est refusé et l'accusation n'est parfois jamais connue par le public.

 

 

Les prisonniers en Iran sont souvent torturés, très souvent pour leur extorquer de faux aveux. Les autorités iraniennes sont connues pour diffuser de soi-disant « aveux » avant que le procès n’ait lieu. Amnesty International souligne qu'il s'agit d'une violation majeure en ce qui concerne la présomption d'innocence.

 

Le secrétaire général d'Amnesty International, Salil Shetty, a déclaré qu’il y a un mouvement positif qui est en cours, mais qu'il restait encore des mesures urgentes à prendre, en particulier en ce qui concerne l'horrible pratique du meurtre d’Etat.

 

Shetty a déclaré : « La peine de mort est un symptôme d'une culture de la violence, pas une solution à cela. Nous savons qu'en galvanisant le soutien des peuples du monde entier, nous pouvons résister à cette punition cruelle et mettre fin à la peine de mort partout dans le monde ».

 

Les exécutions ne sont qu'un exemple des problèmes rencontrés par le peuple iranien, qui est harcelé et opprimé par les forces iraniennes. Les violations des droits de l'homme se produisent quotidiennement et les gens sont privés de liberté dans de nombreux domaines de la vie - de la façon dont ils se socialisent, à ce qu'ils vénèrent et avec qui ils se socialisent.

 

Cependant, le peuple iranien appelle à un changement de régime parce qu'il sait que c'est son seul espoir de liberté et de démocratie. Fin décembre 2017, les gens sont descendus dans la rue pour protester contre les problèmes économiques qui affligent le pays. Cependant, les manifestations sont rapidement devenues des manifestations antigouvernementales que les autorités ont tenté de réprimer par la force.

 

Le gouvernement iranien règne avec crainte mais le peuple risque d'être arrêté, emprisonné, torturé et même exécuté pour avoir montré aux autorités qu'il n'acceptera pas cela.

 

 

Source : Les droits de l’homme en Iran

0
0
0
s2sdefault

Recherche

Twitter

RT @cjwerleman: Ahmad Hamada was detained and tortured by the Assad regime for 7 years before being released this week. WATCH him be reuni…

csdhi.org