Khamenei trump comité mort iranEXPRESS - Ebrahim Raisi est impliqué dans les exécutions signalées de milliers de prisonniers politiques dans les années 1980, sous l’égide du premier Guide suprême du pays, Ruhollah Khomeini.

Raisi est un confident de confiance de l'actuel Guide suprême, Ali Khamenei. Il sera nommé à ce poste à la fin de cette semaine, devenant l'un des membres les plus puissants du régime iranien. Le « Comité de la mort » a été formé par Khomeiny afin d’éliminer tous les prisonniers politiques qui soutenaient encore le parti d’opposition de l’époque, l’organisation des Mojahidine du peuple iranien.

Mahmoud Sadeghi, membre réformiste du Parlement, a déclaré : « De nombreux juges de l'appareil judiciaire sont optimistes quant aux changements imminents du Président du pouvoir judiciaire.

M. Sadeghi a également ajouté qu'il espérait que le bureau « retrouverait encore une fois sa place indispensable dans la lutte contre la corruption ».

Au cours de sa longue carrière judiciaire, Raisi a été chargé d'envoyer des milliers de prisonniers à la potence en 1988.

Selon certaines estimations, la commission aurait prononcé 30 000 condamnations à mort au cours d'une période de cinq mois.

Mais ces estimations sont très controversées. Amnesty International a affirmé dans un rapport récent que ce nombre serait plus proche de 4 500.

Plus récemment, Raisi s'était présenté contre Rouhani lors de l'élection présidentielle de 2017 et, malgré sa défaite face au Président actuel, il est devenu une personnalité de confiance au sein de son gouvernement.

Il est actuellement le gardien d’Astan Quds Razavi, la fondation de bienfaisance la plus riche en en charge de la ville la plus protégée de l’Iran, Mashhad.

En outre, le nouveau responsable de la justice a également été annoncé comme le futur successeur de Khamenei.

En dehors de la politique intérieure du pays, les tensions entre l’Iran et les États-Unis ont commencé à s’intensifier au cours des derniers mois.

Les États-Unis ont déployé leur système de défense aérienne et antimissile le plus avancé, le Terminal High Altitude Area Defence (THAAD) en Israël alors que Donald Trump fait étalage de toute sa puissance militaire dans la région.

Ils ont déclaré que cette initiative visait « à démontrer l'engagement continu des États-Unis à l'égard de la sécurité régionale d'Israël ».

Trump a également sorti les États-Unis de son traité nucléaire avec l'Iran, au début de cette année, tout en se retirant de l'accord nucléaire de 2015.

L'accord de 2015, connu sous le nom de Plan d'action global commun, était destiné à freiner le programme d'énergie nucléaire de l'Iran, qui, selon l'Occident, constituait un front pour la création d'une bombe nucléaire.

Mais Trump s'est retiré du marché, le qualifiant de « pourri » et d’« avarié ».

Le président a également imposé des sanctions à Téhéran dans le but de bloquer les capacités nucléaires du pays.

 

0
0
0
s2sdefault

Recherche

Twitter

RT @afchine_alavi: Tchaharchanbé Souri, fête du feu à travers l'Iran, s’est transformée en mouvement de protestation contre le régime des m…

csdhi.org