Pin It

rapporteur spécial droits humains onu iranVOA, le 12 mars 2019 - Le Rapporteur spécial des Nations Unies sur les droits humains en Iran, Javaid Rehman, présente son rapport annuel au Conseil des droits de l'homme à Genève aux côtés de la vice-présidente du Conseil, Vesna Batistić Kos, 11 mars 2019.

Le bilan des droits humains en Iran a été vivement critiqué lundi par le Conseil des droits de l’homme des Nations unies, un expert des Nations Unies soulignant la répression menée par l’Iran contre la dissidence et la pratique des condamnations à mort d’enfants.

Présentant son premier rapport au Conseil basé à Genève, depuis son entrée en fonction en juillet dernier, le Rapporteur spécial sur les droits humains en Iran, Javaid Rehman, a cité ce qu'il a appelé les « schémas inquiétants d'intimidations, d'arrestations, de poursuites et de mauvais traitements » de Téhéran à l’encontre des défenseurs des droits humains, des avocats et des militants des droits des travailleurs qui ont pris part aux récentes manifestations et grèves dans tout le pays.

Il a appelé l'Iran à libérer toutes les personnes emprisonnées pour avoir exercé leur droit à la liberté de réunion et d'association pacifiques.

Rehman a déclaré qu'il se félicitait d'une réduction « significative » des exécutions en Iran des délinquants condamnés pour des infractions liées à la drogue, l'année dernière. Mais il a ajouté que son rapport révélait également qu'en 2018, l'Iran avait exécuté au moins six personnes pour des infractions commises dans leur enfance.

« La pratique, illustrée dans de nombreux cas analysés, consistant à attendre que l'enfant délinquant atteigne l'âge de 18 ans avant son exécution, les ajournements répétés et la vulnérabilité inhérente de l'enfant compte tenu de son âge, s'apparente à une série de tortures et autres mauvais traitements », a déclaré Rehman au Conseil. Il a exhorté l'Iran à abolir une loi autorisant les condamnations à mort d'enfants et à commuer toutes les condamnations déjà prononcées de manière à respecter le droit international.

L'ambassadeur iranien auprès de l'ONU à Genève, Esmaeil Baghaei Hamaneh, a dénoncé le rapport de Rehman, affirmant que le conseil contenait des « fausses allégations, une désinformation absurde et des exagérations hyperboliques ». Il a déclaré que les clercs islamistes au pouvoir en Iran protègent et promeuvent les droits humains, comme une « obligation morale et religieuse » et il a promis que Téhéran continuerait à dialoguer avec divers responsables des droits humains des Nations Unies.

Hamaneh a cité la visite la semaine dernière en Iran de Kate Gilmore, Haut-Commissaire adjointe des Nations Unies aux droits de l'homme, et ce qu'il a appelé une invitation iranienne invitant le Haut-Commissaire des Nations Unies, Michelle Bachelet, à effectuer une visite similaire. Le diplomate iranien a déclaré avoir également rencontré Rehman vendredi à Genève pour discuter du rapport du Rapporteur spécial. Mais l’Iran a rejeté les demandes de Rehman de se rendre dans le pays.

Hassan Nayebhashem, militant des droits humains basé à Vienne, a assisté à la réunion du Conseil des droits de l’homme de lundi et a critiqué les propos de Hamaneh. S'adressant à VOA Persian, M. Nayebhashem a souligné ce qu’il considérait comme une incohérence de la part de l’Iran, qui accuse Rehman de déposer un rapport inexact tout en lui interdisant l’accès au pays afin de recueillir des informations sur son dossier des droits humains.

Nayebhashem a également déclaré ne pas avoir entendu grand chose de nouveau dans la réfutation par le diplomate iranien du rapport du Rapporteur spécial des Nations Unies.

« Le contenu des réponses de Hamaneh était identique à celui de Javad Larijani les années précédentes », a-t-il déclaré, faisant référence à un responsable iranien des droits humains qui s'était précédemment adressé au conseil.