Pin It

onu iranCSDHI – Le 11 mars, le Conseil des droits de l’homme de l’ONU à Genève a tenu un dialogue interactif sur la situation des droits humains en Iran et des enfants après la lecture du rapport de Javaid Rehman, Rapporteur spécial de l’ONU sur ce sujet, dont voici un résumé rédigé par le Conseil de l’ONU :

Le Conseil des droits de l'homme a tenu aujourd'hui un dialogue interactif avec Javaid Rehman, rapporteur spécial sur la situation des droits humains en Iran.

Dans son rapport, M. Rehman a déclaré que le peuple iranien était confronté à une multitude de problèmes. Les États-Unis ont de nouveau renforcé leurs inquiétudes face aux nouvelles sanctions imposées par les États-Unis et risquaient d’avoir des répercussions importantes sur les droits économiques et sociaux, en particulier le droit à la santé. Soulignant le problème le plus critique en Iran, le Rapporteur spécial a rappelé que la législation iranienne permettait aux filles de neuf ans à peine et aux garçons de 15 ans à peine d'être condamnés à mort pour certains crimes. Au moins 21 enfants ont été condamnés à mort et au moins 33 enfants ont été exécutés depuis la promulgation de l'article 91 du code pénal en 2013.

Au cours du débat qui a suivi, certains orateurs ont été consternés par le recours généralisé à la peine de mort, en particulier à l'encontre d'enfants, et dans le contexte de la torture et de l'absence de procédure régulière. L’augmentation du taux d’exécution de mineurs, la répression des manifestants et l’état déplorable des droits des femmes sont alarmants. Les orateurs ont demandé à l'Iran d'imposer un moratoire complet sur la peine de mort. Ils ont également appelé l'attention sur la persécution persistante dont sont victimes les minorités ethniques et religieuses, des journalistes et des défenseurs des droits humains. D’autres intervenants ont déclaré que la discussion sur l’Iran était un exemple clair de la politisation des droits humains et de l’adoption de mandats sélectifs à l’encontre de pays en développement, qui ne contribuaient pas au climat de dialogue et de coopération.

 

Dossier

Le Conseil est saisi du rapport du Rapporteur spécial sur la situation des droits humains en République islamique d'Iran (A / HRC / 40/67).

Présentation du rapport du Rapporteur spécial sur la situation des droits de l'homme en Iran

JAVAID REHMAN, Rapporteur spécial sur la situation des droits de l'homme en Iran, a déclaré que le peuple iranien était confronté à une multitude de difficultés. Beaucoup ont exprimé leur préoccupation par le biais de protestations, de manifestations et de grèves. Nombre de leurs soucis sont liés à une inflation en hausse, aux conditions de travail, aux salaires impayés ou en retard, au niveau de vie et à l’accès au travail, à la nourriture, aux soins de santé et à l’eau. La réimposition des sanctions secondaires par les États-Unis a encore accru ces inquiétudes et sont susceptibles d’avoir des répercussions importantes sur les droits économiques et sociaux, en particulier le droit à la santé. C’est dans ce contexte de défis croissants que les inquiétudes relatives aux droits de l’homme, notamment le droit à la liberté de réunion pacifique et à la liberté d’association, s’accroissent. Les comportements inquiétants d'intimidations, d'arrestations, de poursuites et de mauvais traitements des défenseurs des droits humains, des avocats et des militants des droits des travailleurs ont signalé une réponse de plus en plus sévère de la part de l’État. La situation des travailleurs de l’usine de canne à sucre, Haft Tapeh, qui qui ont été arrêtés, illustrent l'ampleur de l'inquiétude. Le Rapporteur spécial a donc exhorté le Gouvernement à libérer toutes les personnes détenues pour avoir exercé leurs droits à la liberté d'expression, de réunion pacifique et d'association. L’évolution de la situation reflète également des développements positifs. À la fin de 2017, un amendement à la loi sur le trafic de drogue avait modifié les peines applicables à certaines infractions liées à la drogue, qui passaient de la peine de mort à une peine d'emprisonnement maximale de 30 ans. Ce changement avait entraîné une réduction significative du nombre de personnes exécutées en 2018 et de nombreux condamnés à mort auraient eu leurs peines commuées.

L’adoption par le Parlement d’un projet de loi autorisant les enfants de mères iraniennes et de pères étrangers à demander la citoyenneté iranienne à l’âge de 18 ans a également été bien accueillie.

En dépit de ces mesures, le Rapporteur spécial a noté que les arrestations en cours d'avocats et des défenseurs étaient préoccupantes compte tenu des préoccupations liées à leur droit à un procès équitable. Cela était troublant, compte tenu des informations faisant état de mauvais traitements pour contraindre à faire de faux aveux au stade de l'enquête. La discrimination à l’égard des minorités ethniques et religieuses, notamment des communautés bahaïe, azerbaïdjanaise, turque, kurde et balouche, s’est traduite par un nombre disproportionné d’arrestations et de condamnations de membres de ces groupes. Un certain nombre de femmes ont été arrêtées et condamnées à la prison. Plus généralement, le Rapporteur spécial s'est dit préoccupé par la jouissance du droit à la santé découlant de la réimposition de sanctions secondaires en novembre 2018 et des restrictions imposées aux transactions financières, qui ont eu une incidence sur la disponibilité et le coût des médicaments, des services médicaux, des fournitures et du matériel. Il a appelé tous les États à prendre toutes les mesures possibles pour s’assurer que les garanties et exemptions humanitaires et procédurales empêchent un impact préjudiciable sur la jouissance des droits de l'homme en Iran dans la politique et la pratique.

Soulignant la question la plus critique en Iran, le Rapporteur spécial a rappelé que la législation iranienne autorisait les filles âgées de 9 ans à peine et les garçons âgés de 15 ans à peine d'être condamnés à mort pour certains crimes. Cela constitue une violation de la Convention relative aux droits de l'enfant et du Pacte international relatif aux droits civils et politiques. Au moins 21 enfants ont été condamnés à mort et au moins 33 enfants ont été exécutés depuis l'entrée en vigueur de l'article 91 du code pénal en 2013. Au moins 85 enfants ont été condamnés à mort, tandis que six ont été exécutés en 2018. D’après les informations examinées, de nombreux enfants condamnés à mort avaient un statut économique et social inférieur, bénéficiaient d’une éducation et de réseaux de soutien et, dans certains cas, avaient fait face à des situations extrêmes, notamment des mariages forcés et la violence conjugale présumée. Toutefois, la loi iranienne ne permettait pas au tribunal de tenir compte de ces facteurs atténuants. Le Rapporteur spécial a réitéré son appel à l'Iran d’abolir les exécutions actuelles de mineurs délinquants et commuer leurs peines de mort. Il a également invité le Gouvernement iranien à s’engager avec lui sur le fond et le contenu de son rapport et sur les questions préoccupantes conformément à l’engagement commun de travailler à l’amélioration de la situation des droits humains en Iran.

 

Dialogue interactif

L'Union européenne est préoccupée par le fait que des personnes exerçant leurs droits à la liberté d'expression, d'association et de réunion continuent d'être arrêtées, détenues et harcelées, ainsi que par les informations selon lesquelles les minorités ethniques et religieuses sont dans l'impossibilité de jouir de leurs droits humains et a exhorté le gouvernement à prendre les mesures nécessaires pour garantir le respect des libertés fondamentales. Le Danemark a déclaré que l’utilisation continue à la peine de mort était extrêmement préoccupante, en particulier à l'encontre des enfants et dans le contexte de la torture et de l'absence de procédure régulière. Il a demandé au Rapporteur quelles étaient les perspectives de renforcement des acteurs de la société civile. Israël a déclaré que l'Iran devrait être fermement dénoncé car il fournissait des armes au Hamas et au Hezbollah au détriment du peuple iranien. Il s’est dit préoccupé par le taux croissant d’exécutions de mineurs, la répression des manifestants et la situation déplorable des droits des femmes.

Le Royaume-Uni a noté avec inquiétude le nombre d'exécutions figurant dans le rapport et a exhorté l'Iran à imposer un moratoire complet sur la peine de mort. Il s'est également inquiété de la persécution persistante des minorités ethniques et religieuses et a demandé à l'Iran d’abandonner l'enquête criminelle menée contre les journalistes de la BBC Persia. La Belgique est préoccupée par les informations faisant état de la peine de mort imposée à des enfants. Il a demandé au Rapporteur spécial de donner des précisions sur les problèmes spécifiques rencontrés par les filles au sein du système de justice pénale iranien. L'Allemagne s'est déclarée sérieusement préoccupée par les restrictions imposées à la société civile, notamment les droits de réunion, d'expression et l'oppression systématique des personnes lesbiennes, gays, bisexuelles et transgenres, des journalistes, des défenseurs des droits humains et des minorités ethniques et religieuses. L'Allemagne a demandé à l'Iran de proclamer un moratoire complet sur la peine de mort.

La République tchèque a pris bonne note de l’engagement de l’Iran avec le Haut-Commissariat aux droits de l’homme, mais elle est restée consternée par le recours généralisé à la peine de mort. Elle s'est également dit préoccupée par la situation des minorités ethniques et religieuses et des personnes lesbiennes, gays, bisexuelles, transgenres et intersexuées.

Cuba a noté que la discussion sur l'Iran était un exemple clair de la politisation des droits de l'homme et de l'adoption de mandats sélectifs adoptés contre des pays en développement, qui n’ont pas contribué au climat de dialogue et de coopération nécessaire à la protection effective des droits de l'homme. La Fédération de Russie a réitéré son point de vue selon lequel la discussion sur les droits humains en Iran n'était pas objective et qu'elle était politisée. C’est un gaspillage inutile des fonds des Nations Unies, qui seraient mieux utilisés pour l’assistance technique et le renforcement des capacités des pays.

 

Remarques intermédiaires du Rapporteur spécial

JAVAID REHMAN, Rapporteur spécial sur la situation des droits humains en Iran, a exhorté le gouvernement à mettre fin immédiatement à l'exécution des mineurs délinquants et à respecter ses engagements en vertu du droit international des droits de l'homme, notamment du Pacte international des droits civils et politiques, de la Convention sur la Droits de l'enfant et les recommandations de l'Examen périodique universel. Il a mis en exergue un certain nombre de préoccupations concernant les défenseurs des droits humains, notamment une surveillance accrue de la part de l'État, ainsi que l'interdiction de YouTube, de Twitter et d'Instagram. Des femmes ont été arrêtées pour avoir protesté contre le voile obligatoire. Des journalistes ont été intimidés et l'affaire du personnel de la BBC Persian a été soulevée à nouveau. La position prise par l'État iranien vis à vis du personnel persan de la BBC a été déplorée, notamment par des ordres de gel temporaires où le personnel de la BBC était accusé. Le gouvernement a été instamment invité à mettre un terme à toutes les poursuites engagées contre des journalistes. En ce qui concerne le système de justice pénale et les minorités, il a déclaré que les dirigeants ethniques et religieux étaient représentés de manière disproportionnée lors des exécutions et des arrestations. En ce qui concerne les exécutions, on a remarqué que les balouches et les bahaïs étaient ciblés. La discrimination fondée sur le sexe a été constatée même en matière d'exécutions, l'âge limite étant fixé à 9 ans pour les filles et à 15 ans pour les garçons ; on s’est également inquiété de l'âge du mariage, qui est de 13 ans pour les filles. Les filles sont victimes de discrimination dans tous les aspects de la vie, de l'emploi, de l'éducation et du mariage. Le gouvernement a été instamment prié de respecter les principes de la primauté du droit.

 

Dialogue interactif

La Nouvelle-Zélande s’est inquiété que le gouvernement iranien réagisse de manière de plus en plus sévère face aux manifestations et a demandé l'interdiction de la peine de mort pour les mineurs. Elle a déploré la persécution des minorités ethniques et religieuses, en particulier des membres de la religion bahaïe. L’Irlande a appelé à un moratoire sur les condamnations à la peine capitale prononcées à l’encontre de délinquants mineurs en Iran et s’est déclarée préoccupée par le harcèlement des minorités religieuses et ethniques. Il a également appelé l'Iran à mettre fin à la discrimination à l'égard des femmes. La Chine s'est opposée à l'imposition de mécanismes externes aux pays sans leur accord, car cela ne contribuerait pas à la protection des droits humains. Elle a exprimé l'espoir que la communauté internationale examinerait de manière objective et impartiale la situation des droits humains en Iran.

L'Islande s'est félicitée de la réduction du nombre d'exécutions en Iran en 2018, mais a objecté que la peine de mort était toujours appliquée aux enfants. L'Islande a regretté que des défenseurs des droits humains, des avocats, des journalistes et des militants syndicaux soient arrêtés et harcelés. Le Luxembourg a appelé les autorités iraniennes à coopérer pleinement avec le Rapporteur spécial. Il a réitéré sa ferme opposition à l'application de la peine de mort à des délinquants mineurs, en tant que violation flagrante du Pacte international relatif aux droits civils et politiques et de la Convention relative aux droits de l'enfant. Les Seychelles ont pris acte avec satisfaction de la réduction du nombre d'exécutions en Iran, mais sont restées profondément préoccupées par le recours persistant aux peines de mort, en particulier pour les enfants délinquants. Ils ont encouragé l'Iran à envisager des mesures alternatives à la peine de mort et à lutter contre la discrimination à l'égard des minorités ethniques et religieuses.

La Macédoine du Nord a noté la diminution substantielle de la peine de mort. Toutefois, la peine de mort, y compris son application aux mineurs, ainsi que pour des crimes qui ne sont pas considérés comme les plus graves au regard du droit international, reste leur principale préoccupation. La Syrie a réitéré son opposition de principe aux résolutions spécifiques à chaque pays et à leur utilisation en tant qu'outils permettant de s'ingérer dans des pays souverains sous prétexte des droits humains. Le rapport sur l'Iran est un exemple de travail qui n'a rien à voir avec les droits humains.

La communauté internationale bahaïe a déclaré que de nombreuses minorités étaient persécutées en Iran. Les bahaïs n'ont toujours pas le droit de travailler dans le secteur public et ont l’interdiction de travailler dans certains secteurs. Les autorités ont délibérément appauvri un groupe minoritaire et l'ont également empêché de contribuer à l'économie iranienne. Verein Südwind Entwicklungspolitik, a exprimé sa profonde inquiétude devant la nomination de M. Ebrahim Raissi à la tête du pouvoir judiciaire, responsable de l'exécution sommaire de milliers de prisonniers politiques en 1988, ce qui pourrait constituer un crime contre l'humanité.

La Fédération internationale des journalistes a déclaré que les journalistes de BBC Persia étaient systématiquement harcelés et persécutés par l'Iran et ne pouvaient pas retourner en Iran car ils ont été accusés de conspiration. L'oratrice a déclaré qu'elle avait été victime de représailles de la part de l'Iran pour avoir soulevé cette question au Conseil. International Educational Development, Inc. a déclaré que les Kurdes représentaient 13 % de la population iranienne, mais qu'ils représentaient 50 % des prisonniers politiques et 25 % des exécutions. Lawyers 'Rights Watch Canada a déclaré que depuis la mi-2018, l'Iran avait réprimé des avocats et des défenseurs des droits humains. L'organisation a appelé l'Iran à cesser ses attaques contre ceux qui défendent les droits humains. British Humanist Association a appelé l'Iran à s'acquitter de ses obligations au titre de la Déclaration universelle des droits de l'homme et du Pacte international relatif aux droits civils et politiques et abolir le recours à la peine de mort pour apostasie et le blasphème et retirer ces crimes de leurs registres.

 

Remarques finales

JAVAID REHMAN, Rapporteur spécial sur la situation des droits de l'homme en Iran, a exhorté le Gouvernement iranien à se conformer et à respecter toutes ses obligations internationales, en particulier le Pacte international relatif aux droits civils et politiques et la Convention relative aux droits de l’enfant. Il a exhorté l'Iran à mettre immédiatement fin à l'exécution de tous les mineurs délinquants. En outre, le Rapporteur spécial a demandé à l'Iran d'abolir la peine de mort, à la lumière des informations alarmantes sur les condamnations fondées sur des aveux forcés. Si la peine de mort devait être maintenue, elle devrait être réservée au crime de meurtre intentionnel, et non aux crimes économiques et à l'adultère. Le Code pénal a maintenu que la vie d'une femme est la moitié de la vie d'un homme. Pour certaines infractions liées à la sécurité extérieure et intérieure, le choix de l'avocat a été limité pendant la phase d'enquête et il existait un risque d'utilisation de la torture. Les Kurdes et les autres minorités ethniques et religieuses étaient représentés de manière disproportionnée dans le système pénal iranien. La minorité religieuse bahaïe n’est pas reconnue par la Constitution et ses membres sont victimes d’une discrimination importante, notamment en matière d’emploi et d’éducation.

M. Rehman a appelé l'attention sur le traitement réservé aux binationaux et aux ressortissants étrangers et à la double nationalité, notant qu'ils étaient placés longtemps en détention provisoire et que l'accès à un avocat et à un traitement médical leur était refusé. Parlant des limites à la liberté d'expression et de réunion pacifique, le Rapporteur spécial a déploré les arrestations de femmes défenseuses des droits humains, ainsi que l'interdiction de divers médias. Il est également préoccupé par le harcèlement de membres actuels et anciens du personnel de la BBC. Le Rapporteur spécial a appelé à la fin de la criminalisation des personnes lesbiennes, gays, bisexuelles, transgenres et intersexuées.

M. Rehman a rappelé que, dans son rapport, il avait formulé des recommandations détaillées et spécifiques, il a invité le Gouvernement iranien à s’engager avec lui à ce sujet.