Pin It

Abdolreza Mesri vice président parlement iranCSDHI - Le régime iranien a nommé un ancien membre du « Comité de la mort », qui était chargé de superviser les exécutions lors du massacre des prisonniers politiques en 1988, à la vice-présidence du Majlis, le parlement iranien.

Abdolreza Mesri représentait le procureur révolutionnaire au sein du « Comité de la mort » de la province occidentale de Kermanshah et a envoyé un grand nombre de prisonniers politiques à la potence.

Le nouveau vice-président du Majlis était également interrogateur en chef et tortionnaire au début des années 80 à Kermanshah.

Il a également exercé les fonctions de procureur adjoint dans la province du Kurdistan et de procureur à Kermanshah, où il a joué un rôle actif dans les tortures et exécutions de nombreux prisonniers politiques.

En 2006, il a été nommé ministre iranien de la protection et sécurité sociales, puis ambassadeur de l’Iran au Venezuela en 2009.

Il est apparu évident ces dernières années que les titres de compétences de Mesri étaient faux et que de nombreuses accusations de détournement de fonds et de corruption avaient été portées contre lui au cours de son mandat au ministère de la protection et sécurité sociales.

Il semble que, parce que le régime se trouve dans une impasse et manque de solutions pour faire face à la crise économique et aux tensions régionales, il resserre son emprise en nommant des éléments fermes à des postes clés du gouvernement.

Avant cela, en mars, Ebrahim Raisi, membre du clan extrémiste, juge lors des exécutions de 1988, est devenu le juge en chef de l’Iran.

« Nous considérons que la sécurité est le problème le plus important dans le pays », a déclaré le clerc âgé de 58 ans lors de sa cérémonie d'assermentation en mars.

« Nous ne tolérerons aucune perturbation de la sécurité du pays et ne cèderons pas », a-t-il ajouté dans des commentaires repris par l'agence de presse officielle, Tasnim, affiliée au Corps des gardiens de la révolution (les pasdarans).

L'Iran considère toute forme de dissidence comme une menace pour sa sécurité. De nombreux militants des droits humains, des droits des travailleurs et des droits des femmes ont été condamnés à de lourdes peines sur la base de « prétendues accusations liées à la sécurité ».

Source : Les droits de l’homme en Iran