Pin It

femme match foot iranCSDHI - Selon les médias officiels, une jeune femme s'est immolée devant un tribunal de Téhéran après avoir appris qu'elle devait purger une nouvelle peine de six mois de prison pour avoir tenté de se glisser furtivement dans le stade Azadi pour assister à un match de football.

Le régime iranien interdit aux femmes spectatrices d'assister aux matchs de football et à d'autres manifestations sportives publiques dans les stades. L’interdiction n’est pas inscrite dans la loi ni dans la réglementation, mais elle est appliquée par les autorités du pays.

L’agence de presse RONKA a déclaré que la femme non identifiée, âgée de 29 ans, s’était immolée devant le tribunal, lundi 2 septembre.

Selon les informations obtenues, elle est sortie du tribunal en criant et en exprimant de vives griefs avant de s’asperger de gaz et de s’immoler.

Sa soeur a déclaré à ROKNA qu'elle était allée assister à un match entre deux équipes nationales iraniennes de football en mars.

« Lorsque ma sœur est entrée dans le stade, des agents l'ont découverte et l'ont arrêtée », a-t-elle déclaré.

Sa sœur a déclaré qu’elle souffrait d'un trouble bipolaire et suivait un traitement depuis deux ans.

Elle a déclaré qu'ils avaient fourni au tribunal suffisamment de preuves pour prouver sa maladie, mais qu'ils avaient poursuivi la procédure judiciaire sans en tenir compte.

« Ma sœur a subi de graves pressions mentales à la prison de Qarchak et elle a eu peur », a-t-elle ajouté.

La jeune femme s’est immolée par le feu après avoir appris au tribunal qu’elle devait encore passer six mois en prison pour s’être faufilée dans le stade de football.

Sa sœur a dit qu'elle était dans un état très critique à l'hôpital.

La tristement célèbre prison de Qarchak est une prison pour femmes située près de Téhéran, connue pour ses conditions de détention, horribles.

Un officier de justice a déclaré que la femme avait été arrêtée pour « vêtement inconvenant » et « affrontement avec la police ».

Il a ajouté qu'elle s'était immolée par le feu pour protester contre le fait que le tribunal ne se soit pas occupé de sa cause à l'époque.

Un médecin de l'hôpital où elle est soignée a déclaré que 90 % de son corps avaient été brûlés au troisième degré et qu'elle était incapable de respirer seule.

Source : Iran News Wire