Pin It

exécutions iranCSDHI - Pour un pays comme l'Iran, la Journée internationale contre la peine de mort signifie beaucoup. Les exécutions ont toujours été utilisées en Iran pour réprimer les opposants politiques pendant le règne du Shah.

Mais après la révolution, lorsque les ayatollahs ont pris le pouvoir, l'exécution de nombreux opposants politiques était justifiée sous l'étiquette de Moharebeh (guerre contre Dieu et l'État).

En 2003, le 10 octobre est la journée pour plaider en faveur de l'abolition de la peine de mort et sensibiliser le public aux conditions et aux circonstances qui affectent les prisonniers condamnés à mort. Cette journée est organisée et soutenue par la Coalition mondiale contre la peine de mort et par de nombreuses autres organisations, notamment Amnesty International.

La peine de mort a été instituée 1 800 ans avant Jésus-Christ, à l'ère de l'ignorance et dans un monde loin de la civilisation. Cette punition a toujours été utilisée pour venger et promouvoir l'intimidation et pour consolider le pouvoir politique.

Dès le premier jour, le régime iranien s’est fondé sur les piliers de la répression intérieure et de l’exportation du terrorisme et d’une mentalité religieuse réactionnaire.

Les violations systématiques des droits humains sont devenues des institutions et se sont poursuivies sans relâche jusqu'à ce jour.

À la fin du mois de juillet 1988, Khomeiny a publié une fatwa ordonnant le massacre de prisonniers politiques. Des commissions de la mort ont été formées dans plus de 70 villes et villages. Au cours de l'été 1988, plus de 30 000 prisonniers politiques ont été massacrés en Iran. La grande majorité des victimes étaient des militants de l'opposition, les Moudjahidine du peuple d’Iran (OMPI/MEK).

Hassan Rohani, le président du régime iranien actuel, se présente comme un modéré. Au moins 3 800 personnes ont été exécutées pendant le mandat de Hassan Rohani, dont 96 femmes, ce qui a permis à l’Iran de devenir le deuxième pays au monde en termes de nombre de personnes exécutées et le premier en termes de nombre d’exécutions par habitant.

En 1998, en tant que secrétaire du Conseil suprême de la sécurité nationale, Hassan Rohani a ordonné la répression des manifestants étudiants de l'université de Téhéran.

Selon les médias officiels, lors des soulèvements nationaux de 2017 et 2018 contre les politiques économiques du régime, plus de 7 000 personnes ont été arrêtées. Les manifestations se sont propagées dans tout le pays et sont devenues une opposition politique au régime théocratique iranien et à son Guide suprême, Ali Khamenei.

Les manifestations ont débuté par un vaste soulèvement national orchestré par l’opposition iranienne et l’Organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran (OMPI/MEK). L’OMPI a joué un rôle de premier plan dans les manifestations qui se déroulent partout en Iran. Alors que le mouvement visant à renverser le régime des mollahs s’est intensifié, le peuple a cherché une alternative viable à la dictature corrompue qui a détruit l’économie et l’environnement iraniens et opprime son peuple depuis quatre décennies. L’OMPI offre une alternative démocratique qui rétablira la liberté en Iran.

Début 2018, Rohani a téléphoné au président français Emmanuel Macron pour lui demander d'agir contre l’OMPI/MEK basé à Paris et l’accusait d'avoir fomenté les récents troubles. Quelque chose qu'Emmanuel Macron a rejeté.

Depuis janvier 2019, 200 personnes ont été exécutées en Iran et le plus grand nombre d’exécutions a eu lieu en juillet et en août. La peine de mort est un instrument permettant au régime de contrôler la société iranienne en pleine agitation.

Grâce aux activités mondiales des partisans de l’OMPI, la violation flagrante des droits humains par le régime iranien est bien connue de tous et l’ONU les a condamnés pour plus de 60 violations.

Nombreux groupes de défense des droits humains dotés du statut consultatif auprès du Conseil des droits humains des Nations-Unies a appelé Michelle Bachelet, Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits humains, à soutenir le lancement d'une mission d'enquête indépendante sur le massacre par l'Iran de milliers de prisonniers politiques, principalement des membres de l’OMPI/MEK.

Dans une déclaration écrite commune à la 42e session du Conseil des droits humains, sept ONG ont déclaré que les auteurs du massacre de 1988 dirigent actuellement le système judiciaire iranien en toute impunité.

Les ONG exigent des comptes pour ce crime contre l'humanité.

Points clés du massacre perpétré par l'Iran en 1988 :

- Plus de 30 000 prisonniers politiques ont été massacrés en Iran au cours de l'été 1988.

- Le massacre a été perpétré sur la base d'une fatwa de Khomeiny.

- La grande majorité des victimes étaient des militants de l'opposition, les Moudjahidine du peuple (OMPI / MEK).

- Les commissions de la mort ont approuvé toutes les condamnations à mort.

- Alireza Avaei, membre des commissions de la mort, est aujourd’hui le ministre de la justice de Hassan Rouhani.

- Les auteurs du massacre de 1988 n'ont jamais été traduits en justice.

- Le 9 août 2016, une cassette audio a été publiée pour la première fois par l’ancien héritier de Khomeiny, reconnaissant que ce massacre avait eu lieu et avait été ordonné aux plus hauts niveaux.

Lors d'une conférence qui a eu lieu au siège des Nations Unies à Genève, le vendredi 20 septembre 2019, des experts internationaux des droits humains ont appelé à mettre un terme à l'impunité dont jouissent les responsables du régime iranien en ce qui concerne les conditions atroces des droits humains en Iran, et plus particulièrement ceux qui ont participé au massacre des membres et des partisans de l’OMPI/MEK pendant l’été 1988.

« Pourquoi devrait-il y avoir maintenant un tribunal pour le crime contre l'humanité commis en 1988 ? D'abord, parce que les avocats ont examiné les preuves et savent de manière certaine qu'un crime a été commis. Si l'Iran le conteste, nous avons un processus à cet effet », a déclaré Kirsty Brimelow, QC, avocate internationale en matière des droits de l'homme, dans son allocution d'ouverture.

« Je suis un témoin. J’ai échappé à la prison de Khomeiny ; sinon j'aurais été l'une des victimes du massacre de 1988. J'ai été condamné à huit ans de prison. Après l'exécution de ma sœur, j'ai réussi à m'échapper après trois ans. Mon père a été envoyé en prison à ma place », a déclaré Behzad Naziri, ancien prisonnier politique et membre de la coalition de l'opposition iranienne, le Conseil national de la résistance iranienne (CNRI).

« Le temps est venu pour la communauté internationale de mettre fin à trois décennies d'impunité pour les dirigeants du régime des mollahs en Iran et de les tenir pour responsables de leurs crimes. Le moment est venu de renvoyer le dossier des violations des droits humains en Iran, en particulier les exécutions des années 1980 et le massacre de 1988, au Conseil de sécurité des Nations unies. Le moment est venu pour Khamenei et ses complices de faire face à la justice pour avoir commis des crimes contre l'humanité. Le moment est venu pour les Nations Unies de lancer une mission internationale d'enquête sur le massacre de 1988 en Iran. Et le moment est venu pour le monde de reconnaître le droit du peuple iranien à la résistance et de lutter pour renverser le fascisme religieux des mollahs. J'exhorte la communauté internationale, le Conseil de sécurité des Nations unies, le Conseil des droits humains des Nations unies et ses États membres, ainsi que les autres agences des Nations unies concernées, l'Union européenne et tous les défenseurs des droits humains et de la justice à se lever et à mettre fin à l'impunité des responsables du massacre de 1988 », a déclaré Mme Maryam Radjavi, présidente élue du CNRI, à la conférence Appel à la justice pour le massacre de 1988 à Achraf 3 (siège du groupe d'opposition iranien OMPI/MEK en Albanie) en juillet 2019.

Mme Maryam Radjavi croit en un futur Iran sans peine de mort. Elle a déclaré : « Notre plan pour l'avenir est un Iran sans peine de mort et exempt de torture. Notre plan met fin à la torture et à toutes les formes de violation des droits humains en Iran ».

« La Résistance iranienne a déclaré il y a plusieurs années qu'elle appelait à l'abolition de la peine de mort et à la fin de la torture et de toutes les formes de violation des droits en Iran. Notre plan est de faire renaître l'amitié, la conciliation et la tolérance, ainsi que de mettre fin aux décrets religieux des mollahs. Nous rejetons le code pénal inhumain et les autres lois abusives de ce régime. Nous pensons que le châtiment (Retribution) est une loi inhumaine et nous préconisons des lois basées sur le pardon, la compassion et l'humanité », a déclaré Maryam Radjavi dans son discours sur l'abolition de la peine de mort.

Au cours des quatre dernières décennies et plus particulièrement des six dernières années, Hassan Rohani a joué un rôle clé dans toutes les violations des droits humains du régime en tant que président et président du Conseil suprême de sécurité du régime des mollahs.

Il incombe à la communauté internationale, en particulier à l’ONU, de tenir le régime iranien et son président pour responsables de permettre de telles violations flagrantes des droits humains et de renvoyer le dossier des violations des droits de l’homme de l’Iran devant le Conseil de sécurité des Nations Unies.

Source : Stop au Fondamentalisme