Pin It

Khomeiny 1988 iranCDN - WASHINGTON : Ils sont assurément les stars de la politique iranienne. Ces mollahs sont au début de la quarantaine et semblent encore jeunes. Pourtant les années 1980 et plus particulièrement celle de 1988 ne sont pas loin...

Comme l'a dit le Guide suprême théocratique Ali Khamenei, ni le pouvoir en place ni l'opposition ne peuvent se démarquer de l'ère « cruciale » des années 1980 de la République islamique. Mais qu'est-ce qui était si « crucial » à cette époque ? Pourquoi les personnalités impliquées dans la campagne de terreur menée par l’Iran dans les années 1980 et le génocide de 1988 continuent-elles de dominer l’actualité en Iran ? Pourquoi la population iranienne leur accorde-t-elle tant d'importance ?

Violence persistante en Iran

Dans son dernier compte-rendu sur l'Iran, publié le 2 août, Amnesty International a décrit en détail le carnage qui se poursuit en Iran.

« Les défenseurs des droits humains qui recherchent la vérité, la justice et réparation pour des milliers de prisonniers qui ont été sommairement exécutés ou qui ont disparu par la force dans les années 80 ont été confrontés à de nouvelles condamnations de la part des autorités. Parmi eux figurent des membres de la famille de victimes, devenues par nécessité des défenseurs des droits humains, ainsi que des défenseurs des droits humains plus jeunes qui se sont tournés vers les médias sociaux et d'autres plates-formes pour discuter des atrocités commises dans le passé. »

Le compte-rendu vient de mettre en lumière les derniers actes de répression brutale.

La nouvelle répression a relancé les appels à une enquête sur l'assassinat de plusieurs milliers de prisonniers politiques lors d'une vague d'exécutions extrajudiciaires survenue dans le pays au cours de l'été 1988. »

1980 : La terreur commence dans les premières années de la République islamique.

Après son arrivée à Paris, l'ayatollah Khomeiny avait juré, dans une interview accordée au journal français Le Monde, qu'il se retirerait du pouvoir en Iran pour poursuivre ses études à Qom. Mais deux ans après la chute du chah, l'homme qui avait fait cette promesse était déjà devenu méconnaissable. Il a rapidement oublié sa formation théologique afin de se débarrasser de son prétendu Premier ministre trop libéral, Mehdi Bazargan, et de régner sur le pays, d’une main de fer.

Les premiers signes de dissidence sous le règne de Khomeiny sont apparus lorsqu’il a imposé à la Constitution iranienne le principe du Velayat-e Faghih ou le droit au pouvoir absolu d’un guide religieux. Ayant déjà lancé la croisade terroriste iranienne dans le pays, il a été le fer de lance de la répression sanglante des minorités kurde et turkmène du pays. Le programme de Khomeini était également considéré comme « un coup à la tête ou le voile au-dessus de la tête » pour les femmes. * Il a permis de les exclure de nombreux rôles clés au sein du gouvernement et de la société.

Fraude électorale et guerre sans fin

Les premières élections législatives et présidentielles ont été minées par une fraude électorale généralisée. Ces manœuvres illégales ne laissaient aucune place à l’opposition, ne leur permettant même pas un seul siège à l’Assemblée. La politique étrangère radicale de Khomeiny a entraîné deux événements explosifs et tragiques au cours de ses premières années au pouvoir : La prise d'otages de l'ambassade américaine à Téhéran ; et la longue guerre contre l'Irak.

L’ayatollah a qualifié la guerre Iran-Irak de « don divin ». Rendant hommage à ce cadeau, il a envoyé des vagues de milliers d’enfants sur les champs de mines irakiens pour les faire exploser.

L’année 1981 a commencé dans ce contexte

La plupart des mouvements d’opposition ont été réduits au silence dès le début de la croisade terroriste en Iran. Un seul a continué à rassembler de grandes foules et à contester la politique de terreur qui était déjà apparue. À ce moment-là, environ 50 membres de l’OMPI, ou Moudjahidine du peuple, avaient déjà été assassinés par les hommes de main du nouveau régime. Mais cela ne les a pas empêchés de lancer un nouvel appel à une manifestation pacifique le 20 juin 1981. Leur but était de revendiquer les libertés pour lesquelles la monarchie avait été renversée.

Cinq cent mille personnes ont défilé dans les rues de Téhéran sans violence ce jour-là. Le vieux gouverneur a paniqué pendant la manifestation. Il a répondu aux manifestants en donnant l'ordre aux forces gouvernementales d'ouvrir le feu. Le gouvernement a par la suite tué des dizaines de manifestants sur place avant que des raids supplémentaires ne commencent dans le pays. Les prisons regorgeaient d'opposants au régime. Et le gouvernement n'a pas permis à ces opposants de rester longtemps des problèmes. Selon les survivants, des responsables gouvernementaux ont ordonné de les fusiller par groupes de 400 personnes par nuit. Les adultes, les jeunes, les personnes âgées, les femmes - le gouvernement n’a épargné personne. La liste des personnes assassinées dressée par l'opposition comprend même des fillettes de 13 ans.

Ces meurtres ont été suffisamment choquants pour générer une sympathie significative pour le mouvement OMPI/MEK.

1988 : véritable génocide dans les prisons politiques

En 1988, la machine de guerre de Khomeiny était à bout de souffle. « Personne ne se battait sur le front irakien », a déclaré le général Saïd Ghassemi, l'un des commandants militaires de l'époque. Khomeiny mena impitoyablement cette guerre pendant huit longues années. Au cours de cette période, il a répété à plusieurs reprises qu'il poursuivrait la guerre contre l'Irak « jusqu'à la dernière pierre de la capitale ». Mais les événements ont finalement obligé Khomeyni à renoncer à sa guerre et à ses objectifs. Trop attaché au pouvoir, comme beaucoup de dictateurs, il n'a pas compris que ce retrait lui coûterait très cher, à lui et à ses successeurs dans les années à venir.

Sans une guerre pour tout justifier, de la pauvreté à l'assassinat de ses opposants, la théocratie était pleinement consciente qu'elle ne pourrait éviter une explosion sociale. Khomeiny a alors publié une fatwa pour mettre fin à tous les opposants dans les prisons. Cette ordonnance visait même ceux qui purgeaient déjà une peine de prison prononcée par les tribunaux des mollahs. La logique de Khomeiny était simple. Les troubles intérieurs sont gérables tant qu’aucune opposition organisée ne peut mener une émeute.

Sur la base de cette logique, pendant quelques semaines en 1988, le gouvernement iranien a massacré plus de 30 000 prisonniers politiques, dont la plupart étaient des membres des Moudjahidine du peuple d’Iran. Ils ont ensuite été enterrés dans des fosses communes. Selon Hossein Montazeri, alors successeur désigné de Khomeiny, les victimes du massacre incluaient des femmes enceintes et des adolescents. C'était un génocide politique, une extermination pure et simple qui a affecté de nombreuses familles en Iran. Mais le gouvernement n'a permis à personne de faire son deuil. Ce dernier exemple horrible de la terreur iranienne suscite une peur immense chez tous ses citoyens. Et un sombre silence est tombé sur le pays pendant de nombreuses années après ce massacre.

Le nouveau mouvement pour la justice

En 2016, l'OMPI/MEK a soudainement été libérée d'une peur primordiale. Des milliers de militants antigouvernementaux, menacés par un autre génocide imminent, ont été délogés d'un camp en Iraq appelé Liberty et ont été envoyés en exil à l'étranger. Après de longues années de souffrances sous la terreur iranienne et après de nombreuses pertes en vies humaines, les principaux réfugiés politiques iraniens ont été transférés en toute sécurité en Albanie avec l’aide du HCR et de la diplomatie internationale.

Soulagés, les dirigeants exilés des Moudjahidine du peuple en Irak ont relancé leur offensive précédemment endormie contre le gouvernement iranien. Ils ont rapidement lancé un mouvement réclamant justice pour les victimes du génocide de 1988.

Un mouvement renouvelé prend de la force

Ce mouvement s'est rapidement étendu à l'Iran. Le mouvement était particulièrement résolu à atteindre toutes les familles qui avaient perdu des membres lors du massacre. Amnesty International a signalé l’existence d’un enregistrement audio clé, jusque-là inconnu, qui révélait de nouvelles informations de première main sur l’élaboration du massacre de 1988.

« Un enregistrement audio, publié en août 2016, d'une réunion de 1988 dans laquelle on entend les dirigeants discuter et défendre les détails de leur projet de procéder à des exécutions collectives […] a déclenché une chaîne de réactions sans précédent de la part de dirigeants qui ont dû admettre pour la première fois que des exécutions collectives en 1988 étaient prévues aux plus hauts niveaux de gouvernement. »

Beaucoup de jeunes ne connaissaient pas cette époque de l’histoire de leur pays. En outre, ils ne se sont généralement pas identifiés au pouvoir politique existant ni à ses ramifications. Mais la découverte de cette cassette audio a prouvé l’existence du régime terroriste iranien. Beaucoup de ces jeunes nouvellement éclairés et engagés ont rejoint le mouvement à ce moment-là. Ils ont uni leurs forces pour demander au peuple iranien de traduire en justice les dirigeants de la dictature iranienne.

La première erreur impardonnable de Khamenei

Pendant longtemps, l’ayatollah Ali Khamenei, dirigeant de la dictature de Téhéran, avait prévu de manipuler les élections présidentielles de 2017. Son objectif était de confier à l'un de ses plus proches associés, le mollah Ebrahim Raisi, la présidence de la République islamique. Mais dans cet effort, la première grande erreur du Guide suprême a été de sous-estimer l’ampleur de la propagation du mouvement pour la justice dans l’ensemble du pays.

En tant que membre de la « commission de la mort » de Téhéran, Ebrahim Raissi a été l'un des principaux protagonistes du massacre de 1988. Khomeiny l'a formé au système pénitentiaire afin d'assurer le « bon » déroulement de la fatwa qui a ordonné le massacre.

La candidature de Raissi a suscité un tollé général. Un slogan de protestation de premier plan apparaissant fréquemment sur les murs et sur les réseaux sociaux résume le sentiment de la population. « Ni bourreau ni charlatan. » (Le bourreau était Raissi, tandis que le charlatan, c’était Hassan Rohani, le président sortant.)

La deuxième erreur impardonnable de Khamenei

La deuxième grave erreur de Khamenei a été fondamentale et a suivi la première. Il n'a tout simplement pas compris que le slogan susmentionné, très populaire, signifiait la présence d'un troisième protagoniste lors de la pré-campagne des élections. Le régime a structuré les élections de manière à les faire ressembler à une compétition entre seulement deux factions politiques. Mais le peuple et la Résistance iranienne sont entrés en scène en tant que troisième force, minant les deux factions.

Khamenei n'a tout simplement pas saisi le changement subtil mais dangereux de l'ambiance de la rue, à temps pour le contrer. Pour cette raison, Khamenei n'a pas réussi à modérer sa pression contre Hassan Rohani, qu'il a appliquée avec l'intention de le retirer du pouvoir. Cet échec l’a poussé à jouer sa dernière carte : évoquer le massacre de 1988.

« Le peuple iranien ne veut pas de ceux qui, au cours des trente-huit dernières années [depuis la révolution en 1979], n'ont su que pendre et mettre des gens en prison », a déclaré Rohani le 7 mai lors d'une campagne électorale à Oroumieh (dans le nord-ouest du pays).
Cela a servi de référence, à peine voilée, aux meurtres des prisonniers politiques.

Ironiquement, le sinistre ministre de la justice du premier gouvernement Rohani, Mostapha Pourmohammadi, a également été impliqué dans les meurtres. Il s'est même félicité « d'avoir exécuté l'ordre de Dieu » pour préserver le régime en 1988. De plus, il n'a pas manqué de rappeler à Rohani qu'il avait lui-même occupé des postes clés dans le domaine de la sécurité pendant les 37 années précédentes. Ainsi, il n'était pas innocent. Mais en jouant sur ce registre, Rohani a voulu rappeler au Guide suprême les risques qu’il prenait. C’est-à-dire jusqu’au déclenchement de l’insurrection postélectorale, comme ce fut le cas en 2009.

« Le tueur de 1988 » se répand dans la capitale et les grandes villes

Le mouvement a continué de gagner du terrain pendant les campagnes électorales d'avril et mai 2017 et les slogans contre Raissi se sont multipliés. Les slogans faisant référence au « tueur de 1988 » sont devenus viraux à Téhéran et dans les autres grandes zones urbaines d’Iran. Ils ont rappelé une fois de plus aux citoyens assiégés de l’Iran les terribles années 1980, les terribles années de la terreur iranienne.

Peut-être de façon inhabituelle, la théocratie régnante de l’Iran a été lente à saisir cette évolution. C’est donc très tard que le dictateur de la théocratie s’est aperçu qu’il avait sous-estimé le mouvement croissant pour la justice. Il a tenté de renverser la tendance dans son discours prononcé le 4 juin 2017 à l’occasion de la mort de Khomeiny, en proclamant que « les années 80 ont été des années cruciales dans l’histoire de la République islamique ».

Khamenei a essayé de justifier les massacres en disant que son régime aurait été renversé dans ces années si Khomeini n’avait pas mis en œuvre des mesures extrêmes. Mais le citoyen iranien moyen savait déjà la vérité.

La théocratie met en scène un contre-coup de propagande

Depuis lors, diaboliser l’opposition pour justifier la répression des années 80 est devenue une industrie de propagande officielle du régime terroriste iranien - dirigé par son dictateur théocratique bien installé. Cette contre-attaque contre la vérité englobe désormais toute une cinémathèque officielle qui tente de justifier le massacre de 1988. Il inclut également les déclarations de routine d'une série de dignitaires et d'Imams, pendant la prière du vendredi, à travers le pays. Des déclarations telles que la déclaration suivante du jour de prière du 21 juillet faite à l'Assemblée des experts par Ahmed Khatami, l'un de ses membres. Khatami lui-même est un proche collaborateur de Khamenei.

« Nous devons décorer tous ceux qui ont tué les Moudjahidine du peuple sur ordre de l'Imam Khomeiny."

Mais le régime ne peut pas sortir de l'ombre des victimes. Dans la composition de son nouveau gouvernement, Rohani a limogé Pourmohammadi. Mais le renvoi était en grande partie esthétique. Rohani a simplement remplacé Pourmohammadi par Alireza Ava’i, un autre membre de la commission de la mort impliquée dans le massacre des prisonniers politiques dans la province du Khouzistan en 1988.

Que réserve l'avenir ?

Dans ces circonstances, les revendications de puissance continuent de croître tant en Iran qu’à l’étranger. Les familles des victimes ont fait appel à l’ONU pour qu’elle enquête sur les actes de la théocratie iranienne et traduise en justice les responsables de la série apparemment interminable des meurtres et des massacres perpétrés dans le pays.

Plus récemment, des expositions commémorant l'anniversaire du massacre de 1988 ont été organisées à Paris, à Londres et à Washington, DC. Des survivants et des membres de famille des personnes disparues étaient présents à l'ouverture de ces expositions. Pendant ce temps, les murs de Téhéran et des grandes villes du pays résonnent avec des appels à la justice pour les victimes de la terreur iranienne tout au long des meurtrières années 80.

Enfin, la vérité semble rattraper les mollahs d’Iran. Ils pensaient avoir réussi à enterrer la mémoire collective de leurs crimes. Mais ils ont enterré les corps des victimes. Pas leur mémoire.