Pin It

morts manifestations iranCSDHI - On dénombre déjà au moins 61 manifestants morts. Les manifestations contre le régime ont commencé en Iran le vendredi 15 novembre 2019, après que le régime ait triplé le prix de l'essence.

Plus de 107 villes se sont soulevées contre la dictature des mollahs au pouvoir en Iran depuis 40 ans. Les gens scandaient : « Mort au dictateur », « Mort à Khamenei », « Mort à Rouhani, « N'ayez pas peur, nous sommes tous ensemble » et « Les mollahs doivent foutre le camp », tandis que le régime a coupé Internet, mais les unités de résistance de l’organisation des Moudjahidine du peuple iranien (OMPI / MEK) continuent de coordonner une grande partie des manifestations et d’envoyer des images des émeutes.

Le Guide suprême du régime iranien, Ali Khamenei, a ordonné aux forces répressives et aux pasdarans (c’est-à-dire à l'IRGC) d'ouvrir le feu sur les manifestants dans diverses villes. Le nombre de victimes ne cesse d’augmenter, mais l’OMPI a enregistré 61 manifestants tués dans 10 villes par les forces répressives du régime.

Selon le site Internet de l'OMPI, de nombreuses personnes ont perdu la vie les 16 et 17 novembre à Chiraz et Kermanshah.

Jusqu'à présent, 19 manifestants ont été tués à Karaj (dans l’ouest de Téhéran) et dans les régions voisines, 14 à Shahriar (sud de Téhéran), 7 à Behbahan (sud-ouest) et 5 à Khorramshahr (sud-ouest), Marivan (nord-ouest) et Isfahan (centre), 2 à Javanroud (ouest) et dans le district de Baharestan à Téhéran, et 1 à Zargan d’Ahwaz (sud-ouest) et Sirjan (sud).

Il y a quelques heures, l'IRGC a publié une déclaration dans laquelle il déclarait : « Nous prendrons des mesures décisives contre l’insécurité et les actes préjudiciables au bien-être de la population ». Ce qui signifie bien entendu « le bien-être et la sécurité du régime iranien ».

Tout comme lors de l'ère du régime du Shah, le monde est témoin du renversement des mollahs, qui n'ont pas d'autre choix que de réprimer avec brutalité.

A Chiraz, dans le centre-sud de l'Iran, la ville est tombée entre les mains des manifestants et les membres du Majlis (parlement) du régime reconnaissent que la situation est désormais une « crise ».

Khamenei a reconnu le rôle de l'OMPI dans les manifestations en déclarant que « certaines personnes sont sans doute inquiètes de cette décision ... mais le sabotage et l'incendie criminel sont commis par des voyous, pas par notre peuple. La contre-révolution et les ennemis de l'Iran ont toujours soutenu le sabotage et les atteintes à la sécurité et continuent de le faire… De telles actions illégales ne résoudront aucun problème, mais ajouteront de l'insécurité à d'autres problèmes… Le manque de sécurité est la plus grande calamité pour un pays et une société. C'est ce qu'ils recherchent. Vous constatez que tous les centres de sédition sont devenus actifs au cours des deux derniers jours et nuits, le criminel OMPI/MEK appelle continuellement à ces actions et les encourage dans les médias sociaux et ailleurs. »

Mme Maryam Radjavi, présidente élue du Conseil national de la Résistance iranienne, a déclaré dans un tweet que « les atrocités commises par le régime au cours des trois derniers jours constituent sans aucun doute un cas manifeste de crime contre l'humanité. Les responsables ont commis au cours des quarante dernières années des crimes contre l'humanité, notamment 120 000 exécutions politiques et le massacre de 30 000 prisonniers en 1988. »

Ce régime doit être banni de la communauté internationale et Khamenei, Rouhani et les autres dirigeants du régime doivent être traduits devant la justice pour avoir commis un crime contre l'humanité », a poursuivi Mme Radjavi.

Maryam Radjavi a salué les martyrs du soulèvement. « De telles verses de sang injustes ne font qu’ajouter à la détermination du peuple iranien à poursuivre sa résistance légitime et à renverser le régime des mollahs », a-t-elle déclaré.

Source : Stop au Fondamentalisme