Pin It

1000 morts manifestations iranCSDHI - Le vendredi 15 novembre, des milliers d’Iraniens sont descendus dans les rues en réponse à l’annonce du régime selon laquelle les prix du carburant allaient augmenter de façon spectaculaire. Depuis lors, les manifestations se sont étendues et se sont transformées en un soulèvement, le plus important depuis la prise du pouvoir par le régime, il y a quarante ans.

Ce qui a commencé comme une protestation au sujet d’un problème économique spécifique a évolué en un appel (encore) puissant pour un changement de régime.

Le résultat de ces manifestations dépend en grande partie de la réaction de la communauté internationale. La présidente élue du Conseil national de la Résistance iranienne (CNRI), Mme Maryam Radjavi, a appelé l'Union européenne et ses États membres à soutenir le peuple iranien dans ses revendications légitimes en matière de liberté, de démocratie et de droits humains.

Le nombre de martyrs du soulèvement de l'Iran dépasse les 750 ; un cas manifeste de crime contre l'humanité au 21e siècle. Khamenei, Rouhani et les autres dirigeants du régime doivent faire face à la justice, a déclaré Maryam Radjavi, le 3 décembre 2019

La chef de la Résistance appelle également les chefs d’État de l’Union européenne à prendre des mesures urgentes pour mettre fin au traitement brutal des manifestants en Iran. Plus de 1000 manifestants ont été tués - beaucoup ont reçu une balle dans la tête ou dans la poitrine. Des milliers de manifestants ont également été arrêtés et sont détenus. Mme Radjavi a également exhorté les Nations Unies à envoyer une mission d'enquête en Iran afin d'évaluer la situation sur le terrain et d'agir afin qu'il n'y ait plus de meurtres ordonnés par l'État.

Le Guide suprême du régime iranien - Ali Khamenei - a ordonné aux forces de sécurité, notamment au tristement célèbre Corps des gardes de la révolution islamique (les pasdarans), d'ouvrir le feu sur les manifestants dans le but de les disperser. Le régime a également coupé Internet. Il souhaite non seulement que les populations cessent de communiquer entre elles et avec le réseau d'opposition extérieur au pays en ce qui concerne la coordination des manifestations, mais il souhaite également que le reste du monde ne découvre pas ce qui se passe réellement dans le pays.

Les manifestations se sont propagées dans plus de 176 villes dans presque toutes les provinces d'Iran. Les gens ont été entendus ouvertement et explicitement appeler à un changement de régime - en scandant « À bas Khamenei », « À bas le dictateur » et « À bas Rouhani ». Des manifestants ont également été entendus scandant « Nous n’aurons pas de répit tant que nous n’aurons pas obtenu nos droits », démontrant ainsi leur détermination.

Les gens ont également fait preuve de beaucoup de courage parce qu’ils risquaient une arrestation et (littéralement) leur vie afin de faire entendre leur voix. Le régime est incapable de réformer et les gens savent que c’est leur seule option si jamais ils veulent être libérés de la domination des mollahs.

L’intergroupe du Parlement européen « Les Amis d’un Iran libre (FoFI) soutient la principale opposition au régime iranien depuis sa création en 2003. Le groupe bénéficie du soutien de nombreux membres du Parlement européen issus de différents groupes politiques. Il a publié une déclaration concernant l'actuel soulèvement en Iran, déclarant que le régime devait être arrêté dans sa répression brutale contre les manifestants. Le groupe a exprimé son horreur au sujet de la nouvelle selon laquelle des milliers de personnes ont été arrêtées, des milliers d’autres ont été blessées et des centaines ont été tuées.

Source : Stop au Fondamentalisme